Extension Factory Builder
04/02/2003 à 10:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'incertitude qui règne sur les marchés du pétrole depuis octobre 2002 rend difficile toute prévision quant à l'impact réel d'un conflit en Irak, à court et moyen terme, pour une économie mondiale qui tourne déjà au ralenti. Difficile aussi de cerner l'impact sur le continent africain, même si, à de rares exceptions près - les douze producteurs africains recensés, et encore... -, il est acquis que les répercussions seront largement négatives.
Avec ses 8 millions de barils extraits chaque jour (b/j), l'Afrique représente un peu moins de 10 % de la production mondiale, contre plus du tiers pour le Moyen-Orient. Sa consommation, elle, demeure très limitée - autour de 2,5 millions de b/j - l'essentiel de la production étant destiné à l'export.

Du côté des producteurs africains, toute hausse du prix du baril de brut de 1 dollar apporte une recette additionnelle brute estimée à 5,5 millions de dollars par jour - soit près de 2 milliards de dollars en année pleine -, dont les principaux bénéficiaires sont le Nigeria, l'Algérie, la Libye et l'Angola. Mais ce niveau de recettes demeure très théorique. Dans la réalité en effet, tout dépend des accords passés avec les multinationales du pétrole, de l'existence ou non d'une compagnie pétrolière nationale, et des accords de partage de production ou du montant des royalties qui sont reversées. À ce petit jeu, ce sont surtout l'Algérie et la Libye qui tirent leur épingle du jeu. Suivies par l'Égypte - le pays a dépassé le stade de l'autosuffisance pour devenir un gros exportateur -, puis par le Nigeria, l'Angola, le Gabon et la Guinée équatoriale, où les multinationales trustent, il est vrai, plus du tiers des recettes.

Avec un cours du pétrole autour des 22 dollars le baril en 2002, l'Algérie a ainsi perçu 16 milliards de dollars de ses ventes d'hydrocarbures, contre plus de 22 milliards de dollars en 2001. Si le baril se maintient durablement au-dessus de la barre des 30 dollars, Alger pourrait engranger en 2003 une recette supplémentaire de 5 milliards de dollars. Cette manne additionnelle pourrait s'élever à 3 milliards dans le cas de la Libye, à 7 milliards pour le Nigeria et à un peu plus de 1,5 milliard pour l'Angola. Dans le même temps, Libreville pourrait obtenir un bonus de 360 millions de dollars et Malabo un peu plus de 500 millions de dollars, en raison de la croissance exponentielle de sa production. À Brazzaville, le budget 2003 intègre déjà ces cours favorables du brut en tablant sur 180 milliards de F CFA (275 millions de dollars) de recettes supplémentaires, soit 22 % de plus que dans le budget 2002. On imagine aisément le bénéfice que ces pays pourraient tirer d'une flambée durable du pétrole et d'un maintien des cours entre 40 et 50 dollars !
Pourtant, face à cette dizaine de nantis - auxquels il faut ajouter la Tunisie, producteur certes en déclin, mais qui parvient à couvrir ses besoins -, c'est tout le reste du continent qui tire la langue lorsque le pétrole atteint des sommets. À commencer par la première puissance, l'Afrique du Sud, dont la consommation quotidienne atteint 490 000 b/j, soit 20 % environ de la consommation totale du continent.
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Antiaméricanisme primaire ?

Article précédent :
Tout un symbole

AUTRES

Cérémonie du 14 juillet en France : les Algériens sur les champs, polémique au tournant

Cérémonie du 14 juillet en France : les Algériens sur les champs, polémique au tournant

Le président François Hollande souhaite associer les Algériens au défilé du 14 Juillet à l'occasion du centenaire de la Grande Guerre. Tollé de part et d'autre de la[...]

L'exemple à ne pas suivre

Il y a l'écume : ces nouvelles d'inégale importance relayées jour après jour et même heure après heure par les médias écrits ou audiovisuels. Il arrive qu'elles nous s[...]

Tunisie : l'inscription aux élections générales perturbée par des attaques informatiques

L'inscription en ligne et par SMS sur les listes électorales pour les élections législatives et présidentielle de la fin de l'année en Tunisie a été perturbée par des attaqu[...]

Téléphonie : le Rwanda, le Kenya et l'Ouganda abolissent leurs frontières

 Dès septembre prochain, les coûts de communication entre le Rwanda, le Kenya et l’Ouganda se feront aux tarifs des communications locales, en vertu d'un accord signé entre les trois pays le 08 juill[...]

Sondage "Jeune Afrique" : vous avez élu Feghouli, Slimani et Enyeama meilleurs joueurs africains du Mondial

Même s'ils n'ont pas passé les huitièmes de finale de la Coupe du monde au Brésil, les Africains n'ont pas à rougir de leurs prestations. Surtout les sélections nigérianes et alg&e[...]

Copa Barry : "Après Lamouchi, la Côte d'Ivoire a des bases saines"

International ivoirien depuis 2000, Boubacar Barry Copa (34 ans) a disputé au Brésil sa troisième Coupe du Monde avec les Eléphants. Il revient pour Jeune Afrique sur l’élimination des El[...]

Racisme : dans une pub, une ONG sud-africaine compare un enfant noir à un chien

Le spot publicitaire de l'ONG Feed a child, qui lutte contre la malnutrition infantile, provoque un tollé depuis début juillet en Afrique du Sud. On y voit une riche femme blanche donnant à manger à un [...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis à vis des importations [...]

Gaza : Abu Dhabi débloque 25 millions de dollars pour l'aide humanitaire d'urgence

Le président des Émirats arabes unis, Sheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, a annoncé jeudi, dans un communiqué, le déblocage de 25 millions de dollars pour l'aide humanitaire d'urgence à [...]

Afrique du Sud : Eugene de Kock, assassin du régime d'apartheid, reste en prison

Les autorités sud-africaines ont refusée jeudi la demande de mise en liberté conditionnelle d'Eugene de Kock, un colonel de police responsable d'enlèvements, de torture et d'assassinats d'opposants so[...]

Maroc : trois ans de prison pour des militants dénonçant les conditions d’exploitation d'une mine

Une cour d’appel de Ouarzazate a condamné à trois ans de prison ferme trois militants contre les conditions de gestion et d’exploitation d’une mine d’argent dans le sud-est du Maroc, l’[...]

Cinéma : silence, en Afrique on ne tourne pas

Unifrance films, l'organisme chargé de la promotion des films français dans le monde, vient de rendre public un rapport sur le cinéma en Afrique. Destiné à évaluer le continent c[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces