Extension Factory Builder
29/07/2014 à 17:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Marcus Miller (dr.) et Mustapha Baqbou après une fusion réussie le 14 juin dernier. Marcus Miller (dr.) et Mustapha Baqbou après une fusion réussie le 14 juin dernier. © Karim Tibari/A3 communication

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi : innover.

Face au port, la grande scène du festival Gnaoua et musiques du monde d'Essaouira se dresse, majestueuse, sur la place Moulay-el-Hassan ouverte aux quatre vents. Deux mouettes, perchées sur le mur cernant la place, veillent. Vigies impassibles, à l'image de l'indolence qui prend le visiteur. À côté, résonnent les grands tambours et les crotales des Gnaouas de la parade accueillant les invités de marque.

Neila Tazi Abdi, qui préside le festival depuis sa création en 1998, est entourée de quelques ministres du gouvernement Benkirane (mais aucun islamiste), du conseiller du roi André Azoulay, de Son Altesse impériale perse Farah Diba (femme du Chah), de Leïla Shahid, représentante de la Palestine à Bruxelles, de l'ambassadeur des États-Unis à Rabat, Dwight Bush, et d'une foule d'anonymes. Pour sa 17e édition, du 12 au 15 juin, le "Woodstock marocain" est devenu populaire, et même pour les mondanités, il est conseillé de tomber la cravate.

Dans quelques heures, l'ouverture du festival se fera sur la grande scène avec le violoniste Didier Lockwood, rejoint plus tard par le maalem Hassan Boussou. Maalem ("maître"), un titre qu'il a hérité de son père, Hmida Boussou, l'un des grands noms de ce genre musical. Connus des seuls initiés il y a encore une vingtaine d'années, les Gnaouas (ceux qui viennent de Guinée, une étymologie possible) traînaient une bien mauvaise réputation : celle d'un ordre confrérique malfamé à mi-chemin entre le saltimbanque et le mendiant.

Depuis près de deux décennies, ces "clochards célestes" sont devenus les hôtes des plus grands noms de la musique mondiale : cette année encore, le bassiste américain Marcus Miller, la chanteuse folk-soul germano-­nigériane Ayo, le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf. Leur musique, qualifiée de blues africain, est devenue incontournable.

>> Lire aussi : Au Maroc, c'est la "Festival fever"

À Essaouira, la fête se décline en grand format ou en concerts intimistes reprenant le format des lila, ces séances d'invocation des esprits divins que certains assimilent à de l'exorcisme. Passeurs et intercesseurs, les musiciens amadouent les mlouk, esprits invisibles. Mais si on y prête attention, elles doivent bien être là, ces créatures tapies dans l'ombre des remparts ocre de l'ancienne Mogador, portées par les alizés qui balaient la ville et lui assurent ce climat tempéré. Quand le rythme s'accélère, les mlouk s'emparent des corps, qui paraissent alors agités par une gigue incontrôlable, et de l'âme, jusqu'à l'évanouissement parfois.

"There's a natural mystic blowing through the air" ("une mystique naturelle souffle dans l'air"), chantait Bob Marley. Quelque chose d'ineffable. La libération lascive des corps, s'ajoutant au syncrétisme évident de traditions spirituelles diverses. Et peu importe si les Gnaouas se conçoivent comme des musulmans pieux, invoquant sans cesse les saints et le Prophète.

"Le festival a sauvé la musique gnaoua"

L'esprit vaguement libertaire qui rassemble femmes voilées et jeunes filles cheveux dénoués au vent, locaux et étrangers en goguette, soufis et adeptes d'autres nourritures de l'esprit, tout ce melting-pot fait "l'esprit gnaoua". "Il y a quelques décennies, il était inimaginable, pour certains maalem, de laisser des Blancs participer à une lila", se souvient Karim Ziad, directeur artistique du festival. Reconnu aujourd'hui comme un genre musical, le tagnaouite a pour porte-parole l'association Yerma Gnaoua, chargée de préserver le patrimoine et de défendre les intérêts des artistes. La musique gnaoua a dorénavant son anthologie, dévoilée en juin dernier. Réalisée sous la direction du musicologue marocain Ahmed Aydoun et du maalem Abdeslam Alikane, elle est une étape supplémentaire dans une approche patrimoniale rigoureuse.

La réalisation majeure de ce festival a été de faire de la marge, d'un art considéré comme mineur ou du moins folklorique un centre, une vitrine attractive pour toute la ville d'Essaouira. Ancienne base navale et autrefois principal port de Tombouctou, dont la conception avait été ordonnée par le sultan Mohammed Ben Abdellah (dit Mohammed III) en 1764 à l'ingénieur français Théodore Cornut, Essaouira était tombé en déshérence dans le courant du XXe siècle. Aujourd'hui, la ville tire la majorité de son dynamisme économique du tourisme et de la culture.

Pour les Gnaouas, qui ont continué à transmettre leur tradition orale et musicale à l'ombre des nombreuses confréries de la ville, l'événement est un tournant. "Le festival a vraiment sauvé la musique gnaoua. Elle était appelée à disparaître", souligne Karim Ziad. Et de poursuivre : "Le regretté maalem Hmida Boussou disait que la musique gnaoua a été sauvée de l'extinction à Essaouira. Les plus grands se détournaient de leur art, d'autres se tournaient vers d'autres influences."

En soirée de clôture, le maalem Hamid El Kasri a repris le classique Chalaba, manifeste et quasi-hymne du festival : "Messieurs, ne prenez pas le tagnaouite comme de la mendicité déguisée. Nos aïeux l'ont honoré et nous l'ont légué comme un patrimoine précieux", et il a partagé la scène avec le Malien Bassekou Kouyaté. Tout un symbole pour le festival qui, à l'image de cette ville, se veut le lieu de réunion et de transmission entre les deux rives du Sahara. Ce concert commun a visiblement conquis le public, tant le ngoni, certes "customisé", de Kouyaté semblait ouvrir des voies audacieuses au guembri plus traditionnel de Kasri. À l'origine, les deux instruments sont semblables.

On retrouve d'ailleurs des déclinaisons de cette basse en bois recouverte de peau, à deux ou trois cordes, chez les griots mandingues, les Peuls de Guinée et... les Gnaouas d'Afrique du Nord. Ici, c'est l'instrument du maalem, qui pince et gratte de ses doigts et bat le caisson comme un tambour. "Il faut sauter le pas, explique Kouyaté. Mon père ne voulait pas que je fasse des solos, mais je ne pouvais pas me contenter de garder le ngoni à trois cordes des ancêtres. Aujourd'hui, mon instrument a neuf cordes. J'ai dit à maalem Hamid d'essayer la pédale wah-wah. J'espère qu'il le fera."


Les instruments ganouis. © Infographie : Elena Blum pour J.A.

Des improvisations éphémères et sublimes

Fusion : le mot est sur toutes les lèvres sans que personne ne sache le définir. À Essaouira, ce sont d'abord ces concerts à rallonge où les maalem du cru rencontrent sur scène des musiciens internationaux. On connaît la liste, plus ou moins mythique, des artistes entrés dans la transe des crotales assourdissants et des lignes sourdes du guembri : Robert Plant, Randy Weston, voire Jimi Hendrix, qui a un temps résidé à Essaouira.

Plus près de nous, de grands noms ont donné à la fusion souirie ses titres de noblesse : Louis Bertignac, Nguyên Lê, Pat Metheny, Maceo Parker, etc. Bâtir des rencontres avec les meilleurs artistes permet aux maalem de s'ouvrir, comme dans une gigantesque session musicale de rattrapage qui se poursuit encore. Arrangeur de génie et compositeur prolifique, Karim Ziad parvient, dans le choix des artistes qu'il programme et la conception des fusions, à faire durer la magie de ces rencontres. Quitte à se mettre lui-même derrière la batterie, pour des improvisations éphémères et sublimes.

"La fusion est réussie quand le musicien invité accompagne le maalem gnaoua et essaie d'intégrer sa musique", témoigne le maalem marocain Abdeslam Alikane, également directeur artistique du festival. "À charge pour les Gnaouas d'être ouverts et hospitaliers. C'est un art complexe où la spontanéité et l'improvisation prennent leur part, mais il y a aussi du travail, de la préparation."

Invité de marque cette année, le génial Marcus Miller - qui a composé Tutu, le grand album du retour de Miles Davis dans les années 1980 - a pu ainsi dialoguer avec le maalem Mustapha Baqbou, dont la technique se rapproche du slam, qu'il affectionne. "J'ai regardé ses concerts sur YouTube, écouté beaucoup de musique gnaoua, qui présente de nombreuses ressemblances avec la samba du Brésil, le calypso des Caraïbes. Nous avons répété une heure, mais je reviendrai jouer avec Baqbou." Promesse d'un plaisir sans cesse renouvelé, la fusion est certainement la voie du renouveau pour les maalem.

>> Lire aussi notre couverture du festival d'Essaouira en 2013

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Du 27 au 30 novembre, le Maroc organise le Forum mondial des droits de l'homme. Un événement chargé de symboles pour un pays qui sort d'un passé marqué par de nombreuses violations des droits h[...]

Football : les fédérations d'Afrique australe boudent le Maroc

Dans un communiqué publié le 22 novembre, les fédérations d'Afrique australe expliquent qu'elles déclinent l'invitation de Rabat à venir assister, en décembre, à la Coupe du[...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra[...]

Maroc : CGI entame sa sortie de la Bourse de Casa

Le holding CDG Développement vient de déposer un projet d'offre publique de retrait sur les titres CGI. L'autorité de marché a dix jours pour statuer sur le projet. Les premiers détails d'une[...]

Maroc : le corps du délit

En se mettant elles-mêmes en scène, de jeunes artistes marocaines bousculent les stéréotypes liés au statut de la femme. Issues d'une génération décomplexée par[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable[...]

Maroc : enquête sur le contrat controversé de Sicpa

Au Maroc, la société suisse chargée du marquage fiscal des boissons et du tabac est loin de faire l'unanimité. Outre des tarifs jugés excessifs, l'opacité de sa gestion pose[...]

Maroc : inondations meurtrières dans le Sud

La région du Sud-est du Maroc a connu des intempéries exceptionnelles dimanche 23 novembre. Bilan provisoire : au moins 32 personnes tuées et 6 portées disparues.  [...]

Le Maroc face à la "Daesh connection"

Plus d'un millier de Marocains ont décidé de rejoindre les rangs de l'État islamique. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs motivations ? Comment sont-ils recrutés ? Comment les autorités[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers