Extension Factory Builder
09/06/2014 à 12:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'L'Afrique doit arrêter de créer pour elle seule, elle doit créer pour le monde'. "L'Afrique doit arrêter de créer pour elle seule, elle doit créer pour le monde". © Sandra Rocha pour J.A.

Exposé du 28 mai au 30 juin à la galerie Guirandou Arts pluriels d'Abidjan, le designer ivoirien installé à Paris s'est fait une spécialité : travailler le palmier.

Solide silhouette élancée à l'image de ses Demoiselles de Grand-Bassam - des étagères façonnées en hommage aux femmes réprimées par l'administration coloniale française en 1949 -, Jean Servais Somian s'est lancé un défi : dompter le cocotier ! Cette plante qui se dresse le long du littoral et dans les terres d'Éburnie n'est pas un arbre à proprement parler, et son tronc pas vraiment du bois. Rarement sculptée à cause de ses nombreuses fibres, elle requiert un savoir-faire unique. "Depuis quinze ans, je livre un combat avec le cocotier. Il me faut trouver des troncs aux fibres ultracompactes qui permettent d'en vider le coeur, ce qui limite les possibilités de création et impose une direction aux pièces à inventer. C'est la plante qui dicte sa forme à l'objet", explique le designer né en Côte d'Ivoire en 1971. Avec l'expérience, il a pris "conscience de [s]es limites" et a créé, avec des forgerons ivoiriens, les outils adaptés lui permettant de mener à bien ses réalisations.

Le palmier, qu'il ne travaille qu'à partir de morceaux récupérés, il aime l'aérer, le creuser ou le perforer pour en faire des pièces uniques ajourées. Lampes, commodes, vases, amphores, étagères, miroirs, les combinaisons sont multiples. "Jean Servais Somian renouvelle le champ du design made in Côte d'Ivoire en employant des matériaux qui font corps avec son environnement souche, explique le critique d'art ivoirien Franck Hermann Ekra. Sa facture fait fusionner les horizons géographiques et temporels, et s'inscrit avec force dans une contemporanéité nomade. Il recycle et fixe le temps à l'aide d'objets porte-mémoire venus d'ici et d'ailleurs."

>> Lire aussi : Design : les petits génies de l'African touch

Formé à l'âge de 16 ans auprès de Georges Ghandour, un ébéniste d'origine libanaise qui fournissait en meubles de style Félix Houphouët-Boigny et la petite bourgeoisie de la sous-région, Jean Servais Somian découvre le cocotier à Grand-Bassam, où il a passé une partie de son enfance. Un artisan descendant d'une famille de sculpteurs du roi, le "vieux Kanga", lui montre comment s'y prendre avec ce matériau rebelle. Ce qui lui permet, quand meurent ses grands-parents et sa tante, qui l'ont élevé, de subvenir à ses besoins. "J'avais un bon filon. Je fréquentais les Français du 43e bataillon d'infanterie de marine, à Abidjan. Ils aimaient mes meubles. La coke, aussi !" avoue celui qui finira par quitter la lagune Ébrié pour éviter de partir à la dérive. Cap sur Paris. S'enchaînent alors les petits boulots chez les ébénistes du faubourg Saint-Antoine, puis d'autres sans rapport avec sa vocation quand il se retrouve sans papiers. "Serveur, vigile, j'ai tout fait, s'amuse-t-il. J'ai même passé mes nuits à laver les panneaux routiers du quartier de la Défense !"

>> Lire aussi : Ces colorés objets du désir

Mais cet hyperactif ne tient pas en place et, à partir de 1996, il multiplie les allers-retours entre sa terre d'adoption et sa terre natale, où, avec des amis, il ouvre à Abidjan un piano-bar, le Zigzag, qu'il meuble de ses créations. Ses chaises de gardien relookées confectionnées à partir de planches de bois reliées par des lanières de cuir (un clin d'oeil aux corsets du couturier français Jean Paul Gaultier) séduiront un reporter du New York Times, qui lui en commandera cinquante exemplaires. "Ma clientèle a d'abord été occidentale, commente-t-il. Les Africains ne s'intéressent à moi que depuis peu."

Une exposition parisienne en 2000, et surtout une participation à la Biennale internationale du design de Saint-Étienne en 2002 offrent une bonne visibilité à l'artiste, qui, installé à Paris, continue de produire en Côte d'Ivoire, où une dizaine d'artisans oeuvrent à ses côtés dans ses ateliers de Grand-Bassam et d'Abidjan. Même s'il travaille aussi l'ébène, l'iroko, le bété, le manguier, c'est avec le cocotier que Jean Servais Somian attire l'attention du monde du design. "En face de mon stand, il y avait celui de Philippe Starck. La claque ! C'est là que j'ai mesuré le chemin qu'il me restait à faire. À la fin de la première journée, j'étais totalement déprimé. Le lendemain, j'étais en une du journal local. Mon stand s'est rempli de monde, alors que moi j'étais totalement flippé parce que je ne voyais que les limites de mon travail !" raconte-t-il hilare.

Les débuts n'ont pourtant pas toujours été faciles : "Les critiques m'ont blessé quand elles affirmaient qu'il n'y avait pas de design africain, mais seulement de l'artisanat." Pas de quoi pour autant décourager cette forte tête qui projette de monter un laboratoire de design à Grand-Bassam. Au programme : recherche, formation, professionnalisation, innovation à partir des techniques modernes et traditionnelles. "Sortons des sentiers battus pour créer une nouvelle économie. On n'arrivera jamais à la perfection, philosophe-t-il, mais visons l'excellence. Soyons ambitieux : l'Afrique doit arrêter de créer pour elle seule, elle doit créer pour le monde."

>> Lire aussi : "Design en Afrique, s'assoir, se coucher et rêver"

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne Première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Côte d'Ivoire : quand Ouattara recadre ses ministres sur les frais de déplacement à l'étranger

Un voyage à 400 millions de F CFA, une assistante ministérielle défrayée à 3 000 dollars par jour... Le dernier déplacement aux États-Unis du Premier ministre ivoirien Daniel Kablan[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers