Extension Factory Builder
18/04/2014 à 14:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un pied en Europe, l'autre en Afrique, Dobet Gnahoré tournera aux États-Unis en 2015. Un pied en Europe, l'autre en Afrique, Dobet Gnahoré tournera aux États-Unis en 2015. © DR

Bété, malinké, dida, lingala, créole, français, anglais... Le répertoire de la chanteuse ivoirienne Dobet Gnahoré semble n'avoir pas de limites. Et gagne en épaisseur dans un nouvel album porté par une voix riche en émotions.

En marge des divas actuelles, de la Malienne Oumou Sangaré à la Béninoise Angélique Kidjo, l'Ivoirienne Dobet Gnahoré est en train de tisser une oeuvre singulière. Vive et sans complexe, elle poursuit un parcours riche en émotions, en rencontres et en créations. Installée aujourd'hui en Belgique, celle qui a commencé sa carrière comme danseuse et percussionniste au sein de la troupe Ki Yi Mbock, une compagnie artistique panafricaine basée à Abidjan, sort Na Drê.

Un quatrième album dans lequel elle chante en bété, en malinké, en dida, en lingala, en créole haïtien, en français et en anglais ! "J'aime promouvoir la richesse de nos langues maternelles - qui, pour certaines, ont tendance à disparaître - pour faire passer un message d'unité entre les peuples sur notre continent", déclare-t-elle en disciple avisée de Miriam Makeba, figure tutélaire et polyglotte qui l'a beaucoup inspirée.

Quelle que soit la langue choisie, sa voix a gagné en épaisseur et se confronte ici à des sonorités plus cosmopolites, en accord avec son nouveau look. Son style vestimentaire tranche en effet avec celui affiché sur ses albums précédents, notamment l'acoustique Ano Neko, qui lui a valu un large succès d'estime en 2004. "Je crée moi-même mon style en dessinant des modèles de costumes et je les fais coudre par des couturiers qui réalisent mes idées", avance-t-elle, alors qu'elle arbore sur la pochette de Na Drê une coiffure, un maquillage et des boucles d'oreille à faire pâlir d'envie une danseuse du groupe Africa '70 de Fela Kuti.

"Na Drê" est une comptine amoureuse touchée par la grâce, qui l'installe au panthéon des chanteuses africaines contemporaines.

Donnant son nom à l'album, "Na Drê" est une comptine amoureuse touchée par la grâce, qui l'installe au panthéon des chanteuses africaines contemporaines. Elle explique ainsi son évolution : "Avec ce disque, j'ai fait le choix d'un album moins rythmé, moins puissant au niveau musical et vocal. J'ai voulu plus de mélodie, de douceur, et des chansons simples que n'importe qui puisse retenir. Le style de musique que je fais est susceptible de toucher tout le monde, il n'est pas associé à une mode particulière, c'est vraiment la musique que je ressens et c'est peut-être pour ça que je suis toujours là !"

"La femme peut changer le monde"

Comme elle l'a toujours fait, Dobet Gnahoré célèbre une nouvelle fois les femmes : "Je parle des femmes battues, des amoureuses, de celles qui accouchent dans des conditions difficiles, des mariages arrangés... J'ai conscience de tout ce qu'elles endurent et de la force qu'elles ont pour surmonter certaines difficultés, en Afrique plus qu'ailleurs. Je pense que les choses changent petit à petit, mais il y a encore beaucoup à faire ! Pour cette raison, la femme doit être chantée tous les jours, car elle est merveilleuse et courageuse, elle possède une force mentale incroyable et elle peut changer le monde."

Na Drê évoque aussi le développement inexorable du continent. "Les Africains doivent se réveiller pour vraiment changer les choses. Dans "Baara", je chante : "Travaillons ensemble pour notre Afrique." Il nous reste vraiment à cultiver l'union et l'amour et à arrêter de dire des mots, rien que des mots. Il faut agir maintenant, chaque geste a son importance. Les mentalités aussi doivent évoluer", ajoute-t-elle, confiante.

Si elle joue essentiellement en Europe, Dobet Gnahoré entamera une grande tournée américaine en 2015. "Ma collaboration avec India Arie m'a ouvert des portes aux États-Unis, surtout après la victoire de la chanson "Pearls" aux Grammy Awards qui m'a donné plus de visibilité. J'ai aussi chanté "Palea" en duo avec India Arie devant la famille Obama à Washington !" En dépit de ce succès américain, l'Ivoirienne préfère retourner jouer en Afrique, où elle se sent revivre à chaque performance. Ce retour sur le continent pare sa musique de couleurs inédites.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : retour sur l'affaire Youssoufou Bamba

Côte d'Ivoire : retour sur l'affaire Youssoufou Bamba

Retour sur le limogeage de l'ambassadeur de Côte d'Ivoire auprès des Nations unies à la suite d'un couac diplomatique entre Abidjan et Rabat.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Côte d'Ivoire : Bernard Kieffer, à la recherche du frère perdu

Dans le "Frère perdu", le frère de Guy-André Kieffer, disparu en Côte d'Ivoire en 2004, relate sa quête de vérité au coeur de la Françafrique.[...]

Côte d'Ivoire - Kolo Touré : "Gagner un titre avec son pays, il n'y a rien de plus fort"

À 34 ans, Kolo Touré est un jeune retraité international heureux. Pour "Jeune Afrique" il revient sur sa carrière en Premier League, parle de son avenir et de sa joie d'avoir remporté[...]

Une nouvelle carte diplomatique pour la Côte d'Ivoire

D'ici à 2018, la Côte d'Ivoire devrait s'être dotée de 175 représentations diplomatiques. Résultat d'une réforme de la diplomatie à la fois ambitieuse et... économe.[...]

Livres : Houphouët par son docteur

Le médecin Edmond Bertrand publie ses carnets de souvenirs avec l'ancien président ivoirien Félix Houphouët-Boigny.[...]

NSIA-Banque nationale du Canada, "une alliance de long terme"

La Banque Nationale du Canada a confirmé le 25 mars l'information publiée une dizaine de jours plus tôt par Jeune Afrique. Elle entre au capital de l'ivoirien NSIA, prenant 20,9% des parts.[...]

Msgr Paul Siméon Ahouanan : "Les Ivoiriens doivent apprendre à se pardonner pour avancer"

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, a nommé le 24 mars l'archevêque métropolitain de Bouaké à la présidence de la nouvelle Commission nationale de réconciliation[...]

Côte d'Ivoire : investi par le RDR, Alassane Ouattara est officiellement candidat à sa réélection

Le président ivoirien Alassane Ouattara a été officiellement désigné dimanche candidat du Rassemblement des républicains (RDR) à l'élection présidentielle d'octobre[...]

Côte d'Ivoire : le président Ouattara désigné dimanche candidat à sa succession

Le président ivoirien Alassane Ouattara sera investi dimanche par son parti comme candidat à la présidentielle d'octobre, une élection cruciale pour ce pays qui sort d'une décennie de crise [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2779p126.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2779p126.xml0 from 172.16.0.100