Extension Factory Builder
09/04/2014 à 19:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans le camp de Choucha (Tunisie), à la frontière libyenne. Dans le camp de Choucha (Tunisie), à la frontière libyenne. © http://zoo-project.com

L'artiste franco-algérien qui avait rendu hommage aux martyrs de la révolution tunisienne a été retrouvé mort.

"La rue a tué l'artiste de rue", soupire Amor Ghedamsi, secrétaire général du Syndicat des métiers des arts plastiques tunisien, repensant à Bilal Berreni, alias Zoo Project, rencontré dans le hasard du bouillonnement postrévolutionnaire. Le jeune street artist de 23 ans, qui avait notamment rendu hommage aux morts de 2011, a fini sa course à la morgue de Detroit (Michigan), fauché par une balle dans la tête.

"C'était un aventurier du macadam, un introverti, inconscient de la violence des villes et épris de liberté. Il se taisait, observait, s'effaçait pour absorber tout ce qui l'entourait", se souvient Halim, un riverain de la rue Zarkoun, à Tunis, où Bilal avait été hébergé quelque temps par une famille. Celui qui porte le prénom du premier affranchi de l'islam a si bien cultivé son anonymat qu'il a fallu neuf mois à la police américaine pour faire le lien entre le corps sans papiers retrouvé en juillet 2013 dans un squat et l'artiste qui redoutait toute médiatisation. "C'est simple : je fuis les gens qui creusent pour en savoir plus sur moi. Je n'ai jamais fait de peintures pour avoir mon nom sur la toile", avait-il écrit au magazine alternatif Article 11.

Ce diplômé en graphisme et communication qui a fréquenté l'École Boulle, prestigieux établissement parisien d'arts appliqués, a souffert de l'exclusion : "Zoo Project est parti des pigeons. Ils sont là, tout le monde les rejette. Un peu comme pour moi qui peignais sur les murs. On me disait : "Va peindre ailleurs !" C'est une dure leçon : quand tu fais vraiment ce que tu veux, tu restes seul", expliquait en 2011 au quotidien français Le Monde celui qui était admiratif du travail d'Ernest Pignon-Ernest, locomotive de l'art urbain.

S'il refusait de s'exposer, il persistait à transcrire le chaos qu'il traversait. Avec 600 euros en poche, ce Franco-Algérien avait déboulé à Tunis en mars 2011 pour "voir une révolution, car l'art n'est pas en dehors de la vie". D'une discussion avec le frère d'une victime des émeutes surgit l'idée d'immortaliser les martyrs tunisiens, en installant, dans les lieux publics, leurs effigies, grandeur nature, brossées dans le deuil du noir et blanc. Mais l'escadron de papier qui veillait sur une agora naissante n'a pas suffi à protéger l'artiste de la curiosité des médias et des sollicitations. Comme à l'accoutumée, il a fui.

Attiré par "la détresse de ceux qui ne sont plus considérés ni traités comme des humains, parqués dans des non-lieux", c'est avec ses nouveaux amis du camp de réfugiés de Choucha, à la frontière libyenne, qu'il créa la même année au coeur du désert une improbable armada où de grandes voiles, portant l'effigie de ces clandestins - la plupart subsahariens -, signifiaient à la fois l'errance et la liberté. Depuis, le vent de sable a tout emporté, mais Bilal, qui aimait tant brouiller les pistes, laisse une quarantaine de pages écrites lors d'une brève incarcération en Ohio, un documentaire réalisé en Russie et un pan de mur, à Tunis, du côté de la rue du Diwan. "Les oublier serait les tuer une seconde fois", disait-il des martyrs.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du céda[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Cameroun - Me Bertrand : "On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé" en Algérie

Le 23 août dernier, quelques minutes après la rencontre entre la JS Kabylie et l’USM Alger (1-2), l’attaquant camerounais de la JSK Albert Ebossé (24 ans) trouvait la mort à la sortie du[...]

Algérie : un maire assassiné, "acte terroriste" selon la gendarmerie

Le maire de la commune algérienne de Bordj El Emir Abdelkader (nord) a été assassiné vendredi par des "terroristes", qui l'ont tué par balles et égorgé, a annoncé[...]

Assassinat d'Hervé Gourdel : l'armée algérienne annonce avoir tué un deuxième suspect

Un deuxième membre du groupe islamiste impliqué dans l’enlèvement et la décapitation du touriste français Hervé Gourdel, en septembre, a été tué par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers