Extension Factory Builder
11/02/2014 à 08:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Marafa Hamidou Yaya est l'ancien ministre d'État camerounais chargé de l'Administration territoriale.

Personne ne devrait s'illusionner sur les limites de l'opération Sangaris en République centrafricaine. Elle atténuera peut-être les effets humanitaires de cette crise, mais sans s'attaquer à ses racines. Le développement économique et l'intégration régionale sont les clés de la stabilisation durable de ce pays et, plus généralement, de la région centrale de l'Afrique qui, du Cameroun au Kenya, subit les "externalités négatives" du terrorisme islamiste venu du Nord.

Bien que le taux de croissance annuel moyen de 5 % dont bénéficie l'Afrique centrale depuis 2000 représente une performance appréciable, il reste un indicateur trompeur. Tirée par la démographie et le cours des matières premières, et dès lors peu inclusive, cette croissance échoue à créer des emplois, en particulier pour les 200 millions d'Africains âgés de 15 à 24 ans, qui sont les premiers exposés à la tentation extrémiste.

L'avenir de l'Afrique centrale réside, selon moi, dans la consolidation d'un bloc Ouest-Est reliant le Cameroun au Kenya en passant par la République centrafricaine et le Soudan du Sud. Cette Afrique centrale des deux océans (AC2O) s'appuierait sur des infrastructures de transport interconnectées, une convergence économique et une coopération étroite en matière de sécurité.

Quel horizon de développement cette vision ouvre-t-elle ? Tout d'abord, l'AC2O offrirait aux quatre pays qui la composeraient un atout considérable, dont l'Afrique du Sud est aujourd'hui seule à bénéficier sur le continent et qui explique en grande partie sa success-story : une double façade sur l'océan Atlantique et l'océan Indien. Elle occuperait une position stratégique de corridor sur l'axe Amériques-Afrique-Asie qui relie les nouveaux pôles de l'économie mondiale. Cette intégration dans les échanges internationaux permettrait aux États enclavés, la République centrafricaine et le Soudan du Sud, de mieux valoriser leurs matières premières. Le Cameroun et le Kenya tireraient quant à eux parti de leur position côtière pour favoriser l'exportation de produits manufacturés et la diversification dans les services.

Les efforts à accomplir, bien sûr considérables, s'appuieront sur des bases solides. La carence de la région en infrastructures est très importante, mais l'AC2O compte déjà, avec Mombasa et Douala-Kribi, deux des quatre plus grands ports d'Afrique centrale. Autre amorce solide, le Kenya s'est lancé avec sa Vision 2030 dans un programme ambitieux de développement routier et ferroviaire intégré.

Quant au rapprochement politique qui devra sous-tendre le projet dans son ensemble, il pourra s'appuyer sur les liens privilégiés entre le Cameroun et la République centrafricaine, d'une part, et le Kenya et le Soudan du Sud, d'autre part. Il trouvera aussi une dimension humaine dans l'expérience commune de peuples partageant latitude, paysages, climat, histoire et culture.

Comment ce projet contribuerait-il à la stabilisation de la région ? Sur le plan de la sécurité, l'AC2O est géographiquement dans la meilleure position pour constituer à la fois un axe d'endiguement de la menace terroriste et un modèle de cohabitation. En effet, elle forme une frontière entre les pays à majorité musulmane, au nord, et ceux à dominance chrétienne, au sud. Or c'est cette frontière qu'assaillent des groupes armés comme la Séléka, les Djandjawid, Boko Haram et les Shebab.

Aujourd'hui, le risque de contagion de la crise centrafricaine aux pays voisins est réel. Et ceux qui, pour mobiliser l'opinion et les décideurs occidentaux, résument ce conflit à un "génocide religieux" ne font qu'accentuer et légitimer les violences, offrant de surcroît aux belligérants le moyen de s'assurer dans les pays limitrophes ou plus lointains des soutiens occultes à leur cause.

Portes d'entrée sur le continent, le Kenya et le Cameroun ont une longue tradition de mixité culturelle, ethnique et religieuse. L'AC2O sera pour eux le moyen d'apporter une réponse africaine crédible aux défis sécuritaires et économiques de leur région.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de réali[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces