Extension Factory Builder
30/01/2014 à 13:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cinq à six personnes travaillent pour créer Afrikadaa. Cinq à six personnes travaillent pour créer Afrikadaa. © DR

Fondée par deux artistes, Carole Diop et Pascale Obolo, la revue Afrikadaa, disponible gratuitement sur internet, met à l'honneur la création du continent.

De la passion et des idées. Voici les ingrédients qui ont présidé au lancement d'Afrikadaa, première revue africaine numérique d'art contemporain. En 2010, l'architecte sénégalaise Carole Diop met en ligne un blog, Afrikadaa, pour faire connaître des artistes du continent. Mais c'est grâce à sa rencontre avec Pascale Obolo, artiste, réalisatrice camerounaise et fondatrice du collectif Diasparis - consacré aux artistes de la diaspora - que le projet d'une revue en ligne voit le jour. En mars 2012, elles créent leur association et lancent la revue dans la foulée, disponible à l'adresse : www.afrikadaa.com.

>> Lire aussi : Réseaux sociaux : les artistes africains tissent leur toile

Leur constat est simple : alors que la scène artistique africaine explose sur le continent, elle n'occupe que très peu de place dans les médias, les musées et évidemment les revues d'art françaises. Une situation bien différente de celle des États-Unis, où les African Studies créent dans les universités un espace de réflexion et d'échanges sur l'art africain. Les deux femmes s'inspirent également des nombreuses publications de qualité qui émergent sur le continent lui-même, en particulier dans l'espace anglophone (Afrique du Sud et Nigeria) et au Maghreb. "On s'est placé un peu dans la lignée de la Revue noire. Notre objectif est de créer un pont entre artistes et intellectuels, de donner une place à l'écrit, à la réflexion sur l'art dans un continent dont on a le tort de croire qu'il est resté figé dans l'oralité", explique Pascale Obolo.

Art contemporain, architecture, design...

Thématique, à contre-courant, la revue n'est pas tributaire de l'actualité. Elle met à l'honneur l'art contemporain, l'architecture, le design. Chaque numéro est accompagné d'un "acte éditorial", à savoir une exposition qui permet un dialogue concret entre les artistes et le public. La plupart ont eu lieu au Lavoir moderne, espace parisien connu pour abriter les Femen. "Ce n'est pas un hasard, ajoute Pascale Obolo. Notre revue est aussi un acte de résistance et de féminité contre une certaine vision de l'art en France, encore marquée par le colonialisme et rétive à la diversité. À la Tate Gallery, à Londres, on voit régulièrement des expositions consacrées à des artistes du Sud. Quand est-ce que ce sera le cas au palais de Tokyo ou à Beaubourg ?" Derrière Afrikadaa travaille un collectif de cinq à six personnes, toutes artistes et d'origines diverses. La revue, numérique, est déterritorialisée. "On utilise tout ce que la technologie peut nous offrir afin de communiquer et d'ouvrir nos horizons", conclut la vidéaste. Carole Diop travaille par exemple depuis Dakar, et la revue bénéficie aussi du regard de Frieda Ekotto, professeure à l'université du Michigan (États-Unis). L'ouverture, qu'elles se sont imposée, sur l'ensemble du continent les a convaincues de publier des articles en anglais et en français.

>> Lire aussi : Design : les petits génies de l'African touch

Dotée d'une forte identité visuelle et d'une véritable ligne esthétique, la revue Afrikadaa frappe d'abord par la qualité de sa mise en page et l'originalité des iconographies. Véritable "objet éditorial", la facture de la revue est proche de celle du livre d'art.

        

Aujourd'hui, les membres du collectif travaillent bénévolement et se rémunèrent au coup par coup, lorsqu'ils participent à des projets artistiques ou que des institutions leur versent une subvention. "Évidemment, nous devons entamer une réflexion sur un modèle économique plus viable et essayer de trouver des partenaires au long cours, d'autant que nous avons l'intention de lancer une version papier à l'horizon 2015", reconnaît Pascale Obolo.

Des abonnements à la revue pour les universités

Là non plus les idées ne manquent pas. Son lectorat étant en grande partie composé d'étudiants ou d'universitaires, la revue compte proposer des abonnements aux universités. Partant du constat qu'il y a de plus en plus de collectionneurs en Afrique, elle songe également à nouer des partenariats avec des hôtels de luxe, dont les clients pourraient être intéressés par les grands noms de l'art africain. Qui a dit que la passion et les idées ne suffisaient pas ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Sécurité en Afrique : cinq choses à retenir du Forum de Dakar

Impulsé par la France, le Forum sur la paix et la sécurité en Afrique s'est tenu à Dakar les 15 et 16 décembre. À l'heure du bilan, voici cinq points marquants qui ressortent des[...]

Francophonie : règlement de comptes entre de l'Estrac et les autorités sénégalaises

Jean-Claude de l'Estrac, candidat malheureux au secrétariat général de l'OIF, est très remonté contre les dirigeant sénégalais et français. Explications.[...]

Terrorisme : à Dakar, Le Drian plaide pour une "alliance régionale, continentale et mondiale"

À l'ouverture du premier forum international sur la paix et la sécurité en Afrique, qui se tient à Dakar, Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, a appelé lundi les[...]

Sénégal : Aïssa Dione, de fil en aiguille

Avec ses tissus et ses meubles contemporains, fabriqués selon des techniques traditionnelles, la créatrice Aïssa Dione a conquis les plus grands couturiers et décorateurs à travers le[...]

Le forum de Dakar, un Davos de la sécurité en Afrique ?

Co-organisé par le ministère français de la Défense et par l’État sénégalais, le forum international sur la paix et la sécurité en Afrique aura lieu les 15 et[...]

Sénégal : Karim Wade enfonce le clou

L'ancien ministre sénégalais Karim Wade, poursuivi pour enrichissement illicite au Sénégal, et l'expert financier Pape Alboury Ndao, qui est à l'origine de certaines des accusations contre le[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Sénégal : à Dakar, ils ont rajeuni les jeudis

Dans la commune populaire de Ouakam, la maison des Petites Pierres sert de QG à un collectif d'artistes pluridisciplinaires. Plongée dans le Dakar underground.[...]

Sénégal : la décentralisation à Dakar, top ou flop ?

L'Acte III de la décentralisation a été promulgué pour rénover le code des collectivités locales (dont l'acte II date de 1996), avec pour objectif d'"organiser le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers