Extension Factory Builder
30/01/2014 à 13:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cinq à six personnes travaillent pour créer Afrikadaa. Cinq à six personnes travaillent pour créer Afrikadaa. © DR

Fondée par deux artistes, Carole Diop et Pascale Obolo, la revue Afrikadaa, disponible gratuitement sur internet, met à l'honneur la création du continent.

De la passion et des idées. Voici les ingrédients qui ont présidé au lancement d'Afrikadaa, première revue africaine numérique d'art contemporain. En 2010, l'architecte sénégalaise Carole Diop met en ligne un blog, Afrikadaa, pour faire connaître des artistes du continent. Mais c'est grâce à sa rencontre avec Pascale Obolo, artiste, réalisatrice camerounaise et fondatrice du collectif Diasparis - consacré aux artistes de la diaspora - que le projet d'une revue en ligne voit le jour. En mars 2012, elles créent leur association et lancent la revue dans la foulée, disponible à l'adresse : www.afrikadaa.com.

>> Lire aussi : Réseaux sociaux : les artistes africains tissent leur toile

Leur constat est simple : alors que la scène artistique africaine explose sur le continent, elle n'occupe que très peu de place dans les médias, les musées et évidemment les revues d'art françaises. Une situation bien différente de celle des États-Unis, où les African Studies créent dans les universités un espace de réflexion et d'échanges sur l'art africain. Les deux femmes s'inspirent également des nombreuses publications de qualité qui émergent sur le continent lui-même, en particulier dans l'espace anglophone (Afrique du Sud et Nigeria) et au Maghreb. "On s'est placé un peu dans la lignée de la Revue noire. Notre objectif est de créer un pont entre artistes et intellectuels, de donner une place à l'écrit, à la réflexion sur l'art dans un continent dont on a le tort de croire qu'il est resté figé dans l'oralité", explique Pascale Obolo.

Art contemporain, architecture, design...

Thématique, à contre-courant, la revue n'est pas tributaire de l'actualité. Elle met à l'honneur l'art contemporain, l'architecture, le design. Chaque numéro est accompagné d'un "acte éditorial", à savoir une exposition qui permet un dialogue concret entre les artistes et le public. La plupart ont eu lieu au Lavoir moderne, espace parisien connu pour abriter les Femen. "Ce n'est pas un hasard, ajoute Pascale Obolo. Notre revue est aussi un acte de résistance et de féminité contre une certaine vision de l'art en France, encore marquée par le colonialisme et rétive à la diversité. À la Tate Gallery, à Londres, on voit régulièrement des expositions consacrées à des artistes du Sud. Quand est-ce que ce sera le cas au palais de Tokyo ou à Beaubourg ?" Derrière Afrikadaa travaille un collectif de cinq à six personnes, toutes artistes et d'origines diverses. La revue, numérique, est déterritorialisée. "On utilise tout ce que la technologie peut nous offrir afin de communiquer et d'ouvrir nos horizons", conclut la vidéaste. Carole Diop travaille par exemple depuis Dakar, et la revue bénéficie aussi du regard de Frieda Ekotto, professeure à l'université du Michigan (États-Unis). L'ouverture, qu'elles se sont imposée, sur l'ensemble du continent les a convaincues de publier des articles en anglais et en français.

>> Lire aussi : Design : les petits génies de l'African touch

Dotée d'une forte identité visuelle et d'une véritable ligne esthétique, la revue Afrikadaa frappe d'abord par la qualité de sa mise en page et l'originalité des iconographies. Véritable "objet éditorial", la facture de la revue est proche de celle du livre d'art.

        

Aujourd'hui, les membres du collectif travaillent bénévolement et se rémunèrent au coup par coup, lorsqu'ils participent à des projets artistiques ou que des institutions leur versent une subvention. "Évidemment, nous devons entamer une réflexion sur un modèle économique plus viable et essayer de trouver des partenaires au long cours, d'autant que nous avons l'intention de lancer une version papier à l'horizon 2015", reconnaît Pascale Obolo.

Des abonnements à la revue pour les universités

Là non plus les idées ne manquent pas. Son lectorat étant en grande partie composé d'étudiants ou d'universitaires, la revue compte proposer des abonnements aux universités. Partant du constat qu'il y a de plus en plus de collectionneurs en Afrique, elle songe également à nouer des partenariats avec des hôtels de luxe, dont les clients pourraient être intéressés par les grands noms de l'art africain. Qui a dit que la passion et les idées ne suffisaient pas ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Tragédie de Thiaroye : lettre ouverte à François Hollande

Julien Fargettas est historien. Il a publié en 2012 l'imposant "Les Tirailleurs sénégalais", aux éditions Tallandier. Il a fait parvenir ce texte à François Hollande au mois de[...]

Procès Wade : vers l'évacuation sanitaire de "Bibo Bourgi" ?

Le principal complice présumé de Karim Wade, Bibo Bourgi, ne serait pas en état de comparaître devant la CREI, selon des expertises médicales. Un nouveau rebondissement qui pourrait[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers