Extension Factory Builder
30/01/2014 à 13:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cinq à six personnes travaillent pour créer Afrikadaa. Cinq à six personnes travaillent pour créer Afrikadaa. © DR

Fondée par deux artistes, Carole Diop et Pascale Obolo, la revue Afrikadaa, disponible gratuitement sur internet, met à l'honneur la création du continent.

De la passion et des idées. Voici les ingrédients qui ont présidé au lancement d'Afrikadaa, première revue africaine numérique d'art contemporain. En 2010, l'architecte sénégalaise Carole Diop met en ligne un blog, Afrikadaa, pour faire connaître des artistes du continent. Mais c'est grâce à sa rencontre avec Pascale Obolo, artiste, réalisatrice camerounaise et fondatrice du collectif Diasparis - consacré aux artistes de la diaspora - que le projet d'une revue en ligne voit le jour. En mars 2012, elles créent leur association et lancent la revue dans la foulée, disponible à l'adresse : www.afrikadaa.com.

>> Lire aussi : Réseaux sociaux : les artistes africains tissent leur toile

Leur constat est simple : alors que la scène artistique africaine explose sur le continent, elle n'occupe que très peu de place dans les médias, les musées et évidemment les revues d'art françaises. Une situation bien différente de celle des États-Unis, où les African Studies créent dans les universités un espace de réflexion et d'échanges sur l'art africain. Les deux femmes s'inspirent également des nombreuses publications de qualité qui émergent sur le continent lui-même, en particulier dans l'espace anglophone (Afrique du Sud et Nigeria) et au Maghreb. "On s'est placé un peu dans la lignée de la Revue noire. Notre objectif est de créer un pont entre artistes et intellectuels, de donner une place à l'écrit, à la réflexion sur l'art dans un continent dont on a le tort de croire qu'il est resté figé dans l'oralité", explique Pascale Obolo.

Art contemporain, architecture, design...

Thématique, à contre-courant, la revue n'est pas tributaire de l'actualité. Elle met à l'honneur l'art contemporain, l'architecture, le design. Chaque numéro est accompagné d'un "acte éditorial", à savoir une exposition qui permet un dialogue concret entre les artistes et le public. La plupart ont eu lieu au Lavoir moderne, espace parisien connu pour abriter les Femen. "Ce n'est pas un hasard, ajoute Pascale Obolo. Notre revue est aussi un acte de résistance et de féminité contre une certaine vision de l'art en France, encore marquée par le colonialisme et rétive à la diversité. À la Tate Gallery, à Londres, on voit régulièrement des expositions consacrées à des artistes du Sud. Quand est-ce que ce sera le cas au palais de Tokyo ou à Beaubourg ?" Derrière Afrikadaa travaille un collectif de cinq à six personnes, toutes artistes et d'origines diverses. La revue, numérique, est déterritorialisée. "On utilise tout ce que la technologie peut nous offrir afin de communiquer et d'ouvrir nos horizons", conclut la vidéaste. Carole Diop travaille par exemple depuis Dakar, et la revue bénéficie aussi du regard de Frieda Ekotto, professeure à l'université du Michigan (États-Unis). L'ouverture, qu'elles se sont imposée, sur l'ensemble du continent les a convaincues de publier des articles en anglais et en français.

>> Lire aussi : Design : les petits génies de l'African touch

Dotée d'une forte identité visuelle et d'une véritable ligne esthétique, la revue Afrikadaa frappe d'abord par la qualité de sa mise en page et l'originalité des iconographies. Véritable "objet éditorial", la facture de la revue est proche de celle du livre d'art.

        

Aujourd'hui, les membres du collectif travaillent bénévolement et se rémunèrent au coup par coup, lorsqu'ils participent à des projets artistiques ou que des institutions leur versent une subvention. "Évidemment, nous devons entamer une réflexion sur un modèle économique plus viable et essayer de trouver des partenaires au long cours, d'autant que nous avons l'intention de lancer une version papier à l'horizon 2015", reconnaît Pascale Obolo.

Des abonnements à la revue pour les universités

Là non plus les idées ne manquent pas. Son lectorat étant en grande partie composé d'étudiants ou d'universitaires, la revue compte proposer des abonnements aux universités. Partant du constat qu'il y a de plus en plus de collectionneurs en Afrique, elle songe également à nouer des partenariats avec des hôtels de luxe, dont les clients pourraient être intéressés par les grands noms de l'art africain. Qui a dit que la passion et les idées ne suffisaient pas ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop ch&eg[...]

Sénégal - Macky Sall : "Mes principaux adversaires ne sont pas Wade et consorts, ce sont les inégalités sociales"

Réformes, Wade père et fils, procès Habré, Ebola, diplomatie... Macky Sall, le chef de l'État sénégalais répond à toutes nos questions, et défend son [...]

Sénégal : pas de production pétrolière avant 2020

Le Sénégal espère produire son premier baril d'or noir en 2019-2020 à la suite de la récente découverte de pétrole au large de ses côtes, a affirmé le 15 octobre[...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

Omar Sy : "Je ne suis pas un acteur noir"

Le comédien le plus populaire de France incarne un sans-papiers dans "Samba", le dernier film d'Éric Toledano et Olivier Nakache. Son dernier rôle, son aventure hollywoodienne, la place des[...]

Le Sénégalais Makhtar Diop ne sera pas candidat à la BAD

Quelques jours après avoir été mis en retrait de la vice-présidence Afrique de la Banque mondiale, Makhtar Diop annonce sur Twitter sa décision de ne pas se présenter à la[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Sénégal : Karim Wade n'était pas éligible à la présidence !

La Constitution de 2001 stipule que les candidats à la présidence doivent être "exclusivement" de nationalité sénégalaise... Ce qui n'est pas le cas de Karim Wade.[...]

Francophonie : le sommet de Dakar en suspens

L'incertitude plane toujours autour du sommet de la Francophonie prévu à Dakar fin novembre. L'épidémie d'Ebola dans la sous-région peut-elle le remettre en cause ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers