Extension Factory Builder
23/01/2014 à 12:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les chansons de Mon pays ont été inspirés par la crise au Mali. Les chansons de Mon pays ont été inspirés par la crise au Mali. © CITIZENSIDE/PAUL CHARBIT / citizenside.com

Le musicien malien de blues-rock Vieux Farka Touré défend son nouvel album, "Mon pays". Composé en partie au Mali pendant la guerre dans le Nord, cet opus lui donne l'occasion de se rapprocher de ses racines.

Un petit hôtel parisien au pied des Invalides. Vieux Farka Touré est en tournée, entre l'Afrique, l'Europe et les États-Unis, mais ne perd jamais de vue son prochain retour à la maison, au Mali. "J'ai moins de stress là-bas. C'est compliqué de vivre ailleurs", assure le guitariste. Cet attachement à sa terre sahélienne est condensé dans un nouvel album intitulé Mon pays. À 32 ans, le natif de Niafunké sort un disque qui respire davantage ses racines africaines que les précédents. Calebasse, djembé, kora et n'goni côtoient guitares, piano et basse. "Il est plus acoustique, plus malien, c'est vrai. Pour autant, je ne ferme pas la porte au rock'n'roll."

Héritier du légendaire guitariste de blues Ali Farka Touré, Vieux a fait ses armes derrière des percussions à l'Institut national des arts de Bamako (INA) et commencé, secrètement, à pratiquer l'instrument de son père en 2001. Il n'avoue que très tardivement au patriarche qu'il souhaite vivre de la musique et faire des albums. Celui-ci envisageait pour lui plutôt une carrière militaire. Un an avant sa disparition, en 2006, le rejeton lui annonce la sortie de son premier album. Résigné, le père enregistre finalement quelques titres avec lui... et adoube ainsi son fils.

Intervention française au Mali : quelles sont les contreparties acceptées par le pays ?

Certaines chansons de Mon pays ont été écrites sur la route, tandis que d'autres l'ont été à la maison, inspirées directement par un Mali alors en pleine crise. Le Nord venait de plier sous le poids des armes touarègues avant de céder à la folie des jihadistes. Vieux compose notamment "Yer Gando" et "Allah Wawi" avec ce message : "Pour tous ceux qui se sentent maliens, notre pays est beau, ces gens ne sont pas maliens, ce sont des bandits."

"Dans ces chansons, je parle à tout le monde, explique-t-il, y compris au MNLA [Mouvement national de libération de l'Azawad], qui demande l'indépendance et pille ce pays !" Son opinion sur l'intervention française ? "J'ai apprécié mais je me pose des questions sur les contreparties consenties par mon pays. Ont-ils conclu des accords ?"

Faut-il entendre le début d'un engagement politique, à l'instar de son père qui fut maire jusqu'à la fin de sa vie ? "Je suis artiste, je ne veux pas que mon nom soit associé à un bord politique, même si le président actuel, Ibrahim Boubakar Keïta, était un ami de mon père." Même en musique, l'enfant de la balle ne souhaite pas être le rentier d'un patronyme : "Je ne veux pas qu'on pense que j'utilise le nom de mon père. Il était le meilleur dans son style, j'essaie d'être le meilleur dans le mien", point final. Rien à craindre a priori : nombreux sont les journaux dans le monde, du quotidien américain The New York Times au britannique The Guardian, qui reconnaissent déjà son talent et la richesse de son oeuvre.

"Reste fidèle à ce que tu es et le public te suivra"

Aujourd'hui, celui qui s'est fait un prénom travaille sur un duo avec un autre fils du sérail, Sidiki Diabaté, issu d'une longue lignée de joueurs de kora. Et peu importent les qu'en-dira-t-on : "Reste fidèle à ce que tu es et le public te suivra", philosophe-t-il. Pas de compromis donc, malgré la précarité du métier, qu'il reconnaît volontiers, sans plainte, et tout en relativisant : "Les militaires aussi ont une vie précaire." Jolie pirouette de celui qui préféra les notes au bruit des bottes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers