Extension Factory Builder
11/12/2013 à 17:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le répertoire de Tabu Ley est l'un des plus riches du continent. Le répertoire de Tabu Ley est l'un des plus riches du continent. © DR

Le roi de la rumba congolaise a tiré sa révérence le 30 novembre, à l'âge de 73 ans. Il a marqué toute une génération qui s'est déhanchée sur son répertoire, l'un des plus riches du continent.

C'était d'abord une voix, reconnaissable entre mille. C'était aussi un physique, qui s'était épaissi avec le temps, remarquable par un nez proéminent qui semblait destiné à humer toutes les senteurs du monde et qui ne laissait personne indifférent. Tabu Ley était surtout un géant, le dernier de la chanson congolaise, dont la carrière, commencée avant l'indépendance de l'ancien Congo belge, comporte à ce jour, à n'en pas douter, l'un des répertoires les plus riches que l'on puisse imaginer.

Il chantait l'amour et faisait chavirer les coeurs de ces dames. Il chantait la société. La mort aussi, comme dans Mokolo nakokufa ("le jour où je mourrai", en lingala), qui sera l'un de ses plus grands succès, sorti en 1966. Cette chanson est aussi une réflexion sur la condition humaine. Le trémolo de la guitare électrique, l'authenticité de la voix incitent à la méditation. Le chanteur se demande qui pourra le pleurer le jour où il passera de vie à trépas. Comme il ne le saura jamais, il préfère se pleurer lui-même. Il se demande comment et où il mourra : en ville, dans la brousse, par noyade ou à la suite d'une maladie. Le pauvre, chante-t-il, pensera lui à sa femme, à ses enfants, à la fin de son calvaire. Le riche à toute la fortune qu'il laissera, à ses biens immobiliers et à son parc automobile, aux enfants envoyés étudier en Europe. Le disciple de Bacchus se souviendra de son verre de bière et de la fin du mois, lorsque, une fois son salaire touché, il peut s'amuser avec ses amis. Quant à la prostituée, elle se souciera de sa perruque et de sa garde-robe, tout en souhaitant longue vie à l'African Fiesta, l'orchestre du chanteur. Dans un autre de ses textes, Mokitani ya Wendo ("l'héritier de Wendo", du nom de l'un des précurseurs de la chanson congolaise), Tabu affirme que sa mort se trouve "entre les mains de Dieu".

>> Lire aussi : Tabu Ley Rochereau, roi de la rumba congolaise, est décédé

Tabu Ley écrit des textes pour Joseph Kabasele

Pascal Tabu Ley, dit Rochereau, est né en novembre 1940 à Bagata, dans l'actuelle province du Bandundu (Ouest). Il est encore tout petit lorsque ses parents vont s'installer à Léopoldville, aujourd'hui Kinshasa. Inscrit à l'école primaire chez les missionnaires catholiques, il intègre peu après la chorale de la paroisse Saint-Pierre, comme si chanter était déjà son destin. L'adolescent se produit plus d'une fois en public à l'occasion de certaines cérémonies, puis il se met à fréquenter le monde de la musique, spécialement l'African Jazz, l'orchestre de Joseph Kabasele, alias Kallé, son idole. Il va même écrire des textes pour lui.

C'est en 1959 que Pascal Tabu prend sans doute la décision la plus importante de sa vie : il veut devenir chanteur professionnel, alors qu'il peut encore, grâce aux études moyennes (secondaires) qu'il vient de terminer, travailler comme commis au sein de l'administration coloniale. À l'assurance d'une carrière, le jeune homme de 19 ans préfère la vie pleine d'incertitudes de l'artiste. Aux côtés de Kabasele, Rochereau se révèle une recrue plus qu'utile : ses chansons constituent l'essentiel du répertoire. Mais l'African Jazz connaît des difficultés. Rochereau va d'un orchestre à l'autre, retrouve l'African Jazz après reconstitution, repart avec des dissidents... La stabilité ne viendra que le jour où il devient, vers la fin des années 1960, son propre patron à la tête de l'African Fiesta National. Ses chansons inondent le marché et occupent souvent la tête des hit-parades. Sa renommée gagne toute l'Afrique subsaharienne.

>> Lire aussi : Cinq chansons qui ont fait danser le Congo

Tabu s'impose. C'est, par exemple, le cas en 1967, lorsqu'il remporte haut la main un concours qui lui permet d'aller représenter son pays à l'Exposition universelle de Montréal, au Canada. En 1970, il devient le premier chanteur africain à se produire à l'Olympia, le célèbre music-hall parisien. Dans son pays, cela est vécu comme un grand événement, la consécration d'une jeune carrière. Revenu de Paris, en 1971, il effectue avec son orchestre une tournée triomphale à travers le tout nouveau Zaïre. Mais Tabu Ley, c'est aussi et surtout un innovateur. Doué pour les arrangements, il veut que la technique vocale, qu'il s'agisse de chants en solo ou à plusieurs voix, tende à la perfection. Il fait de ses concerts de véritables spectacles, à la manière d'un James Brown ou d'un Johnny Hallyday. C'est ainsi qu'il soigne méticuleusement la scénographie et la chorégraphie en recrutant des danseuses.

"On continue de dire que Joseph Kabasele est le père fondateur de notre musique, mais c'est faux, avance le musicien Ray Lema, qui a travaillé avec lui. Pour moi, les deux vrais pères de la chanson congolaise sont Tabu Ley, qui a brillamment représenté la veine mélodique, et Franco Luambo Makiadi, qui représentait pour sa part la veine groove. La jeune génération a établi un pont entre ces deux tendances. Tabu Ley, grand mélodiste, est celui qui a mis le plus de mélodies dans nos têtes. Malgré son apparente simplicité, sa musique relevait d'une rigoureuse composition et répondait aux normes internationales. La mort de cette voix magnifique est une perte pour le Congo, l'Afrique, le monde et la musique."


Aux côtés de Mbilia Bel, le chanteur congolais avait rendu hommage
à Madiba avec le morceau Sisi Mandela. © Pascal Maitre/J.A.

Créer quelque chose d'original en puisant dans les racines de son pays

Alors que Joseph Kabasele reste fidèle aux rythmes cubains, Tabu Ley se renouvelle, se remet en question pour toujours créer quelque chose d'original en puisant dans les racines profondes de son pays. Sous Mobutu, Tabu Ley est une institution. Son unique rival, c'est Franco, le patron de l'OK Jazz. Tout au long de sa carrière, il suscite des vocations, forme des générations entières de chanteurs. Il est, à lui seul, une véritable école, le représentant de ce que d'aucuns appellent "le style African Jazz". Dans les années 1970-1980, il intègre un certain Shungu Wembadio, alias Papa Wemba, à son orchestre. Il monte de nombreux duos avec des chanteuses, comme celui, resté légendaire, avec Mbilia Bel. Grand séducteur, Tabu Ley laisse, dit-on, plusieurs dizaines d'enfants. Certains d'entre eux, notamment des filles, ont essayé de lui emboîter le pas. En vain. Seul son fils Youssoupha Mabiki, rappeur français, a su tirer son épingle du jeu.

C'est au début des années 1990 que Tabu Ley quitte le Zaïre pour des raisons obscures. Après les États-Unis, il se retrouve en France, où le statut de réfugié politique lui sera refusé. Il ne regagnera son pays qu'après l'arrivée du nouveau pouvoir. Nommé député à l'Assemblée consultative en 2005, il sera vice-gouverneur de Kinshasa. Mais, en 2007, son élection à l'Assemblée provinciale est invalidée. En 2008, il est terrassé par un AVC. Évacué en Belgique pour des soins, il se retrouvera ensuite en France. En 2012, Tabu Ley s'est rendu à Kinshasa, où une décoration lui a été décernée... dans la quasi-indifférence générale. L'homme qui avait fait rêver plus d'une génération était devenu, en fin de compte, un célèbre inconnu. "Quand je mourrai, qui va me pleurer ?" s'inquiétait-il en 1966. Nous le pleurons.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision constitutionne[...]

Pierre Kwenders, Son Excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Football - RDC : Yannis Mbombo, futur attaquant des Léopards ?

Né à Bruxelles de parents originaires de RD Congo, Yannis Mbombo (20 ans), prêté par le Standard Liège à Auxerre (Ligue 2), a été approché par Florent Ibenge, le[...]

RDC : les autorités annoncent la fin de l'épidémie d'Ebola dans le pays

Les autorités de Kinshasa ont annoncé samedi la fin de l'épidémie d'Ebola qui avait été déclarée fin août dans une zone reculée de la République[...]

RDC - CPI : comprendre le procès Bemba en 5 questions

Après les déclarations finales mercredi et jeudi de l'accusation et de la défense, l'affaire Bemba est désormais mise en délibéré. En attendant le verdict, retour en cinq questions[...]

RDC : pour l'accusation, Bemba est "responsable" de la "barbarie" de ses miliciens

Les avocats de Jean-Pierre Bemba tenteront de répondre jeudi aux accusations lancées la veille par le bureau du procureur de la CPI contre l'ancien vice-président congolais, jugé pour trois crimes de[...]

Crimes de guerre en RDC : dix ans de prison pour un ex-rebelle promu général

Un général congolais a été rattrapé par son passé de milicien vendredi à Kinshasa, où la justice l'a condamné à dix ans de prison ferme pour crimes de[...]

Bras de fer entre Orrick et la Banque mondiale autour d'Inga III

Le projet de barrage hydroélectrique Inga III en RD Congo est l'objet depuis quelques mois de vives tensions entre les différentes parties prenantes au sujet des honoraires perçus par les conseillers[...]

RDC : Matata piégé, les ministres touchent leurs "indemnités de sortie"

Les ministres congolais ont touché leurs indemnités de sortie. Ils n'ont pourtant pas été remerciés. Explications.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers