Extension Factory Builder
04/12/2013 à 14:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Patrizia Guerresi Maïmouna pose devant ses photos durant l'inauguration de l'ICI. Patrizia Guerresi Maïmouna pose devant ses photos durant l'inauguration de l'ICI. © ERIC FEFERBERG / AFP

Le nouveau bâtiment de l'Institut des cultures d'islam a été inauguré à Paris, le 28 novembre.

C'est une belle idée, que les années à venir mettront à l'épreuve. Le 28 novembre, le nouveau bâtiment de l'Institut des cultures d'islam (ICI) a été inauguré en grande pompe à Paris, dans le très africain quartier de la Goutte-d'Or. Bertrand Delanoë, le maire de la capitale, Daniel Vaillant, celui du 18e arrondissement, et Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, se sont félicités de ce projet "inédit" visant à "valoriser les cultures d'islam dans un quartier symbolique".

>> Lire aussi : Islam rive droite, islam rive gauche

Porté par son énergique directrice, Véronique Rieffel, l'ICI a réussi à se faire remarquer grâce à une programmation artistique audacieuse. Son extension marque un tournant, puisque le lieu se divisera en salle de prière, salle d'exposition et hammam. Sans doute adeptes de la méthode Coué, Delanoë et Vaillant ont répété à l'envi qu'il s'agissait d'une "solution concrète et respectueuse du principe de laïcité contenu dans la loi de 1905" pour répondre au problème de "l'islam des caves" et des "babouches sur le trottoir". Qualifié de "grand bienfaiteur de l'islam" par Boubakeur, le maire de Paris a souhaité que la capitale "s'assume comme une ville-monde enrichie par toutes les cultures".

Si le coût du bâtiment est de 13,5 millions d'euros, la salle de prière a été vendue pour 2,2 millions à la Société des habous et lieux saints de l'islam, une association liée à la Grande Mosquée de Paris. Quand Daniel Vaillant assure dans le quotidien Le Monde que "la coexistence [du culte et de la culture] se fera en bonne intelligence, sans provocation d'un côté ou de l'autre", il soulève une bonne question. Un art qui ne provoquerait pas serait-il encore un art ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée égyptienne : kaki business...

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa[...]

Maroc : la culture "saharo-hassanie", une composante comme une autre ?

Dans la Constitution, la culture "saharo-hassanie" est l'un des socles du royaume. Bien pratique pour esquiver la question des discriminations...[...]

Sahara occidental : le Conseil de sécurité de l'ONU va adopter une résolution modérée

Une résolution sur le Sahara occidental devrait être adoptée le 29 avril par le Conseil de sécurité de l'ONU. Selon des sources diplomatiques, celle-ci ne prévoira pas de système de[...]

Philippe Troussier : "Algérie, Maroc, Gabon ? Des défis intéressants"

Candidat nulle part mais cité un peu partout (Algérie, Maroc, Gabon), le Franco-Ivoirien Philippe Troussier (59 ans) se dit prêt à relever un nouveau défi en Afrique, un continent où sa[...]

Racisme : en Tunisie, Slah Mosbah ne veut plus être "le Noir de service"

Le chanteur Slah Mosbah, l'un des plus populaires de Tunisie, ne veut plus être "le Noir de service" qui cache une forêt de préjugés. À 55 ans, il songe même à[...]

Algérie : génération Bouteflika, génération harraga ?

Certains ne songent qu'à partir. D'autres trouvent des raisons d'espérer. Tous n'ont connu pour l'instant qu'un seul président, Abdelaziz Bouteflika. Coup de projecteur sur une jeunesse pas si[...]

Présidentielle mauritanienne : Aziz officiellement candidat à sa succession

Mohamed Ould Abdel Aziz sera bien candidat à sa propre succession. Le chef de l'État mauritanien a annoncé mercredi qu'il briguerait un nouveau mandat lors de la présidentielle prévue le 21[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces