Extension Factory Builder
20/11/2013 à 15:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les militaires français assurent déjà la sécurité de l'aéroport de Bangui. Les militaires français assurent déjà la sécurité de l'aéroport de Bangui. © Sylvain Cherkaoui pour J.A.

"La France apportera son soutien" au déploiement de la Misca en Centrafrique, a déclaré mercredi la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem. Paris envisage même de faire passer ses effectifs sur place de 410 à 1 200 hommes.

"La situation en République centrafricaine est extraordinairement grave", a déclaré, mercredi 20 novembre, la porte-parole du gouvernement français Najat Vallaud-Belkacem.

"Le président François Hollande a dit qu'on ne peut pas admettre les exactions en cours, que la communauté internationale doit agir et que la France compte bien prendre sa part de responsabilités, a-t-elle ajouté. Dès la semaine prochaine, peut-être même avant, devrait être engagé un nouveau projet de résolution au Conseil de sécurité des Nations unies pour soutenir le déploiement d'une force africaine sur le territoire à laquelle la France apportera tout son soutien." 

Le chef de l'État devait présider mercredi matin à 8h30 un conseil restreint sur la situation en RCA.

>> À lire aussi : La diplomatie américaine qualifie de "pré-génocidaire" la situation en Centrafrique

Selon nos informations, ce sont 800 soldats supplémentaires que Paris envisage d'envoyer en Centrafrique, faisant passer ses effectifs sur place à 1 200 hommes. Ce redéploiement massif sera mis en place dans le cadre du renforcement de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) et ne sera pas effectif avant début décembre. Une partie de ces renforts devait quitter Toulon mi-novembre à bord d'un bâtiment de protection et de commandement Dixmude - même si officiellement le navire effectue la relève de l'opération Corymbe, positionnée de manière quasi permanente dans le golfe de Guinée depuis 1990.

Le plan de Paris est d'entrer en Centrafrique via le Cameroun, où la France dispose d'une mission de coopération militaire et de défense, pour ensuite aller sécuriser le nord-ouest du pays. L'Union africaine s'active également, et les effectifs de la Misca pourraient dépasser les 3 650 soldats initialement prévus. À lui tout seul, le Burundi ne devrait pas dépêcher 450 mais 800 hommes sur le terrain - des militaires dont le déploiement et l'équipement vont être financièrement pris en charge par le Congo-Brazzaville. Le Rwanda s'est lui aussi dit prêt à envoyer des troupes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : des centaines de personnes manifestent contre la présence française à Bangui

Centrafrique : des centaines de personnes manifestent contre la présence française à Bangui

Des centaines de personnes ont participé jeudi à une manifestation pacifique à Bangui contre la présence militaire française en Centrafrique.[...]

Centrafrique : cinq morts dans des heurts entre des soldats français et des hommes armés

Des sources hospitalières ont indiqué jeudi que cinq personnes avaient été tuées et une trentaine d'autres blessées dans les heurts du 19 août à Bangui, entre des soldats[...]

Centrafrique : affrontements à Bangui entre des soldats français et des individus armés

Des combats ont opposé mardi soir et mercredi matin à Bangui des soldats français de la force européenne Eufor et des individus armés.[...]

Centrafrique : 7 600 Casques bleus seront déployés au 15 septembre

L'ONU a annoncé mardi le déploiement au 15 septembre de 7 600 hommes en République centrafricaine dans le cadre de son opération de maintien de la paix.[...]

Centrafrique : le choix du nouveau Premier ministre, Mahamat Kamoun, fait encore débat

La désignation d'un gouvernement n'est pas encore d'actualité en Centrafrique. Mardi, le président du parlement provisoire, Alexandre Ferdinand Nguendet, a demandé d'y "surseoir", estimant[...]

La Centrafrique toujours dans l'attente d'un gouvernement "élargi"

Les Centrafricains attendent toujours la formation d'un nouveau gouvernement "élargi" à la suite de la nomination du Premier ministre Mahamat Kamoun, il y a plus d'une semaine. Ce retard fragilise une[...]

Centrafrique : nouveau massacre dans le nord, le cessez-le-feu encore un peu plus menacé

Plus d'une trentaine de villageois ont été massacrés dans le nord de la Centrafrique, nouvelle violation sanglante du très fragile cessez-le-feu signé fin juillet et qui compromet encore un peu[...]

La LRA de Joseph Kony "survit" dans le sud-est de la Centrafrique

La guérilla ougandaise de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) continue de semer la terreur dans le sud-est de la Centrafrique, notamment grâce à certains éléments de[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza appelle à lutter contre les "fauteurs de troubles"

Quelques jours après la nomination du nouveau Premier ministre, la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, a appelé mardi à la vigilance contre les "fauteurs de[...]

Centrafrique : cinq choses à savoir sur Mahamat Kamoun, le nouveau Premier ministre

Ancien conseiller spécial de Catherine Samba-Panza, la présidente de transition, Mahamat Kamoun (53 ans) a été nommé dimanche au poste de Premier ministre. Pourtant, ce spécialiste des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers