Extension Factory Builder
13/11/2013 à 12:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Auteur de best-sellers, Yasmina Khadra est aussi directeur du Centre culturel algérien, à Paris. Auteur de best-sellers, Yasmina Khadra est aussi directeur du Centre culturel algérien, à Paris. © ERIC CABANIS / AFP

Candidat à la présidentielle algérienne d'avril 2014, l'écrivain Yasmina Khadra est parti à la collecte des parrainages nécessaires. Ne manque plus que... son programme.

Il est mondialement connu. Ses livres sont traduits dans une quarantaine de pays. Le 2 novembre, Yasmina Khadra, 58 ans, écrivain algérien d'expression française, a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle d'avril 2014. Il a choisi le Salon international du livre d'Alger (Sila), événement littéraire le plus médiatisé du pays, pour lancer cette petite bombe. C'est en effet la première fois en Algérie qu'un intellectuel de cette envergure brigue la magistrature suprême.

De son vrai nom Mohamed Moulessehoul, Yasmina Khadra (il a pris pour pseudonyme les deux prénoms de son épouse) est un enfant de Kenadsa, dans la région de Béchar, aux portes de l'erg occidental du désert saharien. Fils d'un officier de l'Armée de libération nationale, il est admis, au lendemain de l'indépendance, à l'École des Cadets de la révolution. Bachelier, il passe par l'École militaire interarmes de Cherchell (le Saint-Cyr algérien) pour y suivre une formation d'officier.

>> Lire aussi : Yasmina Khadra, Youssou N'Dour, George Weah... Ces personnalités qui rêvaient d'être président

Un succès immédiat

Sa carrière militaire est marquée, durant les années 1990, par la lutte antiterroriste, à laquelle il prend part à la tête d'une unité combattante dans l'Oranie, tout en écrivant des livres et des articles de presse sous des noms d'emprunt. En 2000, il quitte l'uniforme pour la plume. Son talent fait le reste. Sa trilogie de polars où son héros, le commissaire Llob, dénonce les dérives du pouvoir et les travers de la société algérienne lui vaut un succès immédiat. Il est édité en France, et sa notoriété s'étend bientôt au-delà des rives de la Méditerranée.

Depuis, cet auteur prolifique voit ses livres régulièrement adaptés au cinéma, au théâtre ou en bande dessinée. Il a atteint la consécration internationale avec plusieurs prix littéraires. Une notoriété qui lui a également valu le poste de directeur du Centre culturel algérien à Paris, une structure dépendant de l'ambassade d'Algérie en France. À la demande de Bouteflika himself...

Un programme flou

En se lançant dans une élection présidentielle aux contours incertains, où une quatrième candidature de "Boutef" fait l'objet de rumeurs persistantes, Yasmina Khadra affirme ne pas vouloir faire de la figuration. Mais le flou total de son programme politique, qu'il promet de dévoiler s'il ressent une adhésion populaire autour de sa personne, suscite des réactions mitigées. Candidature fantaisiste, comme l'Algérie en a connu à chaque présidentielle ? Ou, au contraire, chance de voir le niveau du débat électoral rehaussé ? Pour l'heure, l'écrivain assure qu'il collecte les parrainages nécessaires : 60 000 signatures de citoyens originaires d'au moins 25 des 48 wilayas ou de 600 élus nationaux ou locaux doivent en effet figurer dans le dossier à soumettre au Conseil constitutionnel avant février 2014.

Dans un pays où les hommes de lettres ont toujours été marginalisés par le pouvoir, Khadra compromet-il sa carrière d'écrivain en lui donnant une tournure politique ? Avant lui, en 1990, Mario Vargas Llosa avait tenté sa chance au Pérou. Il avait perdu, malgré toute une vie consacrée à l'engagement public. Au Nigeria, le Nobel Wole Soyinka avait envisagé, fin 2010, d'en faire de même, avant d'y renoncer. Il y a certes eu, en 1989, le cas Vaclav Havel, en République tchèque, mais sa victoire était intervenue à l'issue d'une révolution de velours et d'une longue carrière d'intellectuel opposant. Yasmina Khadra estime sans doute que l'Algérie a besoin d'un président-philosophe.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

 La France a échoué en 2014 à reconquérir la place de premier fournisseur de l'Algérie, ravie pour la première fois par la Chine l'année précédente. Avant de la p[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Algérie : une autoroute nommée scandale

Pots-de-vin, rétrocommissions, prestataires et intermédiaires troubles... Cinq ans après l'ouverture de l'instruction, "le projet du siècle" est en passe de devenir l'une des plus[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers