Extension Factory Builder
13/11/2013 à 12:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Auteur de best-sellers, Yasmina Khadra est aussi directeur du Centre culturel algérien, à Paris. Auteur de best-sellers, Yasmina Khadra est aussi directeur du Centre culturel algérien, à Paris. © ERIC CABANIS / AFP

Candidat à la présidentielle algérienne d'avril 2014, l'écrivain Yasmina Khadra est parti à la collecte des parrainages nécessaires. Ne manque plus que... son programme.

Il est mondialement connu. Ses livres sont traduits dans une quarantaine de pays. Le 2 novembre, Yasmina Khadra, 58 ans, écrivain algérien d'expression française, a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle d'avril 2014. Il a choisi le Salon international du livre d'Alger (Sila), événement littéraire le plus médiatisé du pays, pour lancer cette petite bombe. C'est en effet la première fois en Algérie qu'un intellectuel de cette envergure brigue la magistrature suprême.

De son vrai nom Mohamed Moulessehoul, Yasmina Khadra (il a pris pour pseudonyme les deux prénoms de son épouse) est un enfant de Kenadsa, dans la région de Béchar, aux portes de l'erg occidental du désert saharien. Fils d'un officier de l'Armée de libération nationale, il est admis, au lendemain de l'indépendance, à l'École des Cadets de la révolution. Bachelier, il passe par l'École militaire interarmes de Cherchell (le Saint-Cyr algérien) pour y suivre une formation d'officier.

>> Lire aussi : Yasmina Khadra, Youssou N'Dour, George Weah... Ces personnalités qui rêvaient d'être président

Un succès immédiat

Sa carrière militaire est marquée, durant les années 1990, par la lutte antiterroriste, à laquelle il prend part à la tête d'une unité combattante dans l'Oranie, tout en écrivant des livres et des articles de presse sous des noms d'emprunt. En 2000, il quitte l'uniforme pour la plume. Son talent fait le reste. Sa trilogie de polars où son héros, le commissaire Llob, dénonce les dérives du pouvoir et les travers de la société algérienne lui vaut un succès immédiat. Il est édité en France, et sa notoriété s'étend bientôt au-delà des rives de la Méditerranée.

Depuis, cet auteur prolifique voit ses livres régulièrement adaptés au cinéma, au théâtre ou en bande dessinée. Il a atteint la consécration internationale avec plusieurs prix littéraires. Une notoriété qui lui a également valu le poste de directeur du Centre culturel algérien à Paris, une structure dépendant de l'ambassade d'Algérie en France. À la demande de Bouteflika himself...

Un programme flou

En se lançant dans une élection présidentielle aux contours incertains, où une quatrième candidature de "Boutef" fait l'objet de rumeurs persistantes, Yasmina Khadra affirme ne pas vouloir faire de la figuration. Mais le flou total de son programme politique, qu'il promet de dévoiler s'il ressent une adhésion populaire autour de sa personne, suscite des réactions mitigées. Candidature fantaisiste, comme l'Algérie en a connu à chaque présidentielle ? Ou, au contraire, chance de voir le niveau du débat électoral rehaussé ? Pour l'heure, l'écrivain assure qu'il collecte les parrainages nécessaires : 60 000 signatures de citoyens originaires d'au moins 25 des 48 wilayas ou de 600 élus nationaux ou locaux doivent en effet figurer dans le dossier à soumettre au Conseil constitutionnel avant février 2014.

Dans un pays où les hommes de lettres ont toujours été marginalisés par le pouvoir, Khadra compromet-il sa carrière d'écrivain en lui donnant une tournure politique ? Avant lui, en 1990, Mario Vargas Llosa avait tenté sa chance au Pérou. Il avait perdu, malgré toute une vie consacrée à l'engagement public. Au Nigeria, le Nobel Wole Soyinka avait envisagé, fin 2010, d'en faire de même, avant d'y renoncer. Il y a certes eu, en 1989, le cas Vaclav Havel, en République tchèque, mais sa victoire était intervenue à l'issue d'une révolution de velours et d'une longue carrière d'intellectuel opposant. Yasmina Khadra estime sans doute que l'Algérie a besoin d'un président-philosophe.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre[...]

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Algérie : Bouteflika met fin aux fonctions de Belkhadem

Une source proche de la présidence algérienne a annoncé mardi qu'Abdelaziz Bouteflika a mis fin aux fonctions de son conseiller spécial Abdelaziz Belkhadem, une personnalité de premier plan qui[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Violence dans les stades : la mort d'Ebossé couvre de "honte" les Algériens

De nombreux Algériens ont exprimé un sentiment de "honte" face au drame de la mort de l'attaquant camerounais Albert Ebossé. Le joueur a été tué samedi par un projectile[...]

Algérie : décès du footballeur camerounais Albert Ebossé, atteint par un projectile

L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé est décédé samedi soir, atteint par un projectile parti des tribunes à l’issue de la défaite à domicile de son[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex