Extension Factory Builder
14/10/2013 à 15:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'Je ne pense qu'à ça', de Vincent Michéa. "Je ne pense qu'à ça", de Vincent Michéa. © Vincent Michéa/Galerie Cécile Fakhoury

Le peintre français Vincent Michéa, installé à Dakar depuis 1986, expose pour la première fois à Abidjan, jusqu'au 16 novembre à la galerie Cécile Fakhoury. Ambiance pop art acidulée.

Une photo de Kwame Nkrumah et de la femme de Sékou Touré dansant ensemble transformée en peinture pop. Des clichés de Dakar en noir et blanc recolorisés. Une image d'un couple africain découpée dans un vieux magazine, devenue un grand tableau sur fond jaune, où les personnages sont peints à l'aide de milliers de points noirs. Le peintre français Vincent Michéa (50 ans) réinvente et retape les images qu'il a pu collecter tout au long de sa vie.

Le rendu est simple et attirant. "Je peins ce que j'aime sans trop me poser de questions sur la cohérence de mon travail. Ma peinture est assez facile d'accès, sans abstraction. On ne me pose pas la question de savoir ce que j'ai voulu dire", souligne l'artiste qui a exposé pour la première fois en 1987, à la galerie nationale de Dakar. Arrivé en 1986 dans la capitale sénégalaise en tant que graphiste, c'est un ami qui le pousse à montrer son travail au public.

Une installation conçue comme une palette de couleurs

Résultat, beaucoup de couleurs vives, et des gros points noirs "apposés comme un filtre qui trouble la réalité", souligne Julie Diabira, de la galerie Cécile Fakhoury, où il expose jusqu'au 16 novembre. Ainsi, jugeant trop fade sa peinture d'un immeuble de la gendarmerie dakaroise - un building blanc immaculé sur fond orange -, la retravaille-t-il en y ajoutant ces petites touches noires, créant de la sorte de la profondeur. Peintre, graphiste, collectionneur de disques de musique africaine des années 1950, contemplateur de Dakar, Vincent Michéa - qui a par ailleurs rendu hommage, dans un travail non exposé, aux grands noms de la musique africaine des années 1960-1970 comme l'Ivoirien Ernesto Djédjé - se voit comme un chanteur de variétés, capable d'emprunter différents répertoires. Raison pour laquelle il a aussi fixé au mur de la galerie des rangées de vinyles dont les pastilles revêtent différents coloris. Une installation réalisée il y a vingt ans et conçue comme une palette de couleurs. Pour la première fois, l'artiste expose également une série de photomontages qu'il n'avait pas vraiment osé montrer auparavant. On peut y voir des collages de personnages hybrides, moitié humains, moitié matériaux, scindés par une épaisse ligne noire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

L'audiovisuel ivoirien attend beaucoup de la chaîne A+

L'audiovisuel ivoirien attend beaucoup de la chaîne A+

La nouvelle chaîne satellitaire de Canal+ mise sur les séries africaines. Une bonne nouvelle pour les producteurs d'Abidjan, qui manquent de financements comme de canaux de diffusion.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l'autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront[...]

Côte d'Ivoire : important dispositif sécuritaire pour lutter contre les enlèvements d'enfants

Le gouvernement  ivoirien n'a pas attendu longtemps pour tirer la sonnette d'alarme sur le phénomène récurent d'enlèvements d'enfants dans le pays depuis quelques mois.[...]

Cameroun-Côte d'Ivoire : Hervé Renard et Volker Finker, deux entraîneurs sous pression

Avant le choc décisif pour la qualification en quarts de finale entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire à 19 heures ce mercredi, Hervé Renard et Volker Finke sont dos au mur. Zoom sur leur[...]

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2752p114.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2752p114.xml1 from 172.16.0.100