Extension Factory Builder
05/09/2013 à 17:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Habitué aux best-sellers, Yasmina Khadra s'instèresse à son pays, l'Algérie. Habitué aux best-sellers, Yasmina Khadra s'instèresse à son pays, l'Algérie. © ERIC CABANIS / AFP

Avec son nouveau livre, Mohamed Moulessehoul, alias Yasmina Khadra, raconte l'histoire d'un boxeur d'Oran qui veut maîtriser son destin. Une parabole percutante sur l'Algérie coloniale.

Les anges meurent de nos blessures est le roman d'une ascension qui commence par une chute brutale. Incarcéré, Turambo, un jeune homme de 27 ans, est sur le point d'être guillotiné. Poussé vers "la bascule à Charlot", la nuque sous la lame, il se remémore son parcours chaotique. Son histoire ? Celle d'un gamin déshérité qui a grandi dans un bidonville de Sidi Bel Abbès, au sud d'Oran, dans les années 1920. Peu à peu, l'enfant insouciant mûrit et prend conscience des injustices de l'Algérie coloniale, puis réussit à gagner le respect et sa pitance à la force de ses poings en devenant boxeur professionnel (sa trajectoire pourra rappeler celle de Marcel Cerdan, né en 1916... à Sidi Bel Abbès).

L'intrigue ne dépaysera pas les amateurs de Yasmina Khadra. Âgé de 58 ans, cet auteur algérien prolifique qui a déjà une trentaine d'ouvrages à son actif (dont une dizaine de best-sellers) creuse la veine romanesque au travers d'épopées riches en rebondissements. Né dans le Sahara algérien, ancien gradé de l'ALN, l'armée algérienne, il situe nombre de ses oeuvres dans son pays d'origine. C'était déjà le cas pour les aventures du commissaire Brahim Llob, des polars s'inscrivant dans un Alger gangrené par la corruption qui lui permirent d'acquérir une renommée internationale. Mais aussi dans Ce que le jour doit à la nuit, un roman adapté au cinéma l'année dernière : l'histoire d'amour contrariée entre une roumie (pied-noir) et un jeune Algérien avant l'indépendance.

L'intimité des Algériens de l'époque

Les aficionados retrouveront dans l'ouvrage le mélange de romances et de violences propre à l'auteur. Le héros est entouré de personnages hauts en couleur : voleur (l'ami Sid Roho, capable de dérober son sifflet à un policier), Hercule noir toujours prêt à cogner (le boxeur Mouss), businessmen trempant dans des affaires louches... Cette faune interlope s'exprime dans un argot digne des dialogues de Michel Audiard. Mais le livre est structuré en trois chapitres - Nora, Aïda, Irène - qui suivent le parcours amoureux du héros. Avant tout roman d'apprentissage, il rappelle que les rapports entre hommes et femmes, sur fond de mariages arrangés et de relations tarifées, sont alors loin d'être évidents. C'est d'ailleurs l'une des forces du livre : réussir à nous faire pénétrer de manière convaincante dans l'intimité des Algériens de l'époque.

À travers les yeux de Turambo apparaît un pays où la couleur de peau détermine le cours de la vie, où un bicot, comme disent les colons, n'a même pas sa place au bordel. "C'est notre pays, la terre de nos ancêtres, et on nous traite en étrangers et en esclaves ramenés des savanes", s'indigne Sid Roho, un personnage un peu isolé dans sa colère, car la grande majorité des autochtones courbe encore l'échine avec fatalisme face au racisme quotidien.

Avec Turambo, qui prend peu à peu conscience des discriminations, Yasmina Khadra évoque en filigrane une Algérie qui s'éveille à la politique dans la douleur, "la naissance d'une nation au forceps". Et la description de ce pays sur le point de se métamorphoser fait étrangement écho à l'actualité à l'heure où, le président Bouteflika affaibli, l'Algérie peut basculer dans une nouvelle ère.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers