Extension Factory Builder
05/09/2013 à 09:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kim Jong-un en visite dans une champignonnière. Kim Jong-un en visite dans une champignonnière. © AFP

Promesses de clémence à l'appui, Pyongyang encourage ses transfuges à revenir au pays. Et certains se laissent convaincre.

"Je me sens si seule ici ! J'ai décidé de rentrer chez moi, à Pyongyang : je sais que notre dirigeant nous accueillera les bras grands ouverts. L'erreur est humaine et notre général Kim Jong-un est magnanime." Pour Sung-in, 34 ans, arrivée à Séoul il y a six ans dans l'espoir d'une vie meilleure, la désillusion a été violente. En Corée du Sud, elle a trouvé de "l'indifférence ; pis encore, du mépris des gens qui la considèrent comme une vulgaire plouc". Sa cité-dortoir, au sud de la capitale, est peuplée de Nord-Coréens qui "ont recréé la société du Nord, avec des petits chefs et des rivalités".

Alors quand sa tante, cet été, a appelé une cousine en Mandchourie pour lui annoncer que désormais les transfuges retournant au pays seraient bien accueillis, voire aidés financièrement, Sung-in n'a pas hésité. D'ailleurs, elle a vu les vidéos diffusées par la chaîne nationale nord-coréenne depuis novembre : un couple d'abord, puis un groupe de jeunes gens, détendus, racontant un accueil chaleureux à leur retour à Pyongyang. Au début, elle a craint une mise en scène, mais les mois ont passé et les témoignages le confirment : Kim Jong-un semble avoir décidé que la clémence valait mieux que les menaces ou les punitions. S'il a renforcé le contrôle de la frontière entre la Corée du Nord et la Chine, réduisant d'au moins 15 % le flot de fugitifs au premier trimestre 2013, il a aussi levé le tabou entourant les défections.

Aujourd'hui, les Nord-Coréens n'intéressent plus

Sung-in est l'une des 24 000 Nord-Coréens de Corée du Sud. Souvent arrivés après un périple dangereux à travers la Chine, la Mongolie ou l'Asie du Sud-Est, ils étaient hier encore accueillis comme des héros. Aujourd'hui, ils n'intéressent plus. Et leur vie est rude en dépit des aides du gouvernement. "Seuls ceux qui vivent une success-story tirent leur épingle du jeu ! explique Hee-jae, éducatrice à l'institut Hanawon, chargé de l'insertion des Nord-Coréens au Sud. Comme Kim Ha-na, cette jeune fille qui, il y a quelques années, mendiait en Corée du Nord et qui s'est hissée parmi les six finalistes de [l'émission] Masterchef Korea."

À ce jour, on ignore le nombre de retours volontaires au Nord, mais selon une organisation humanitaire basée à Séoul, ils seraient déjà plusieurs dizaines à avoir choisi le retour plutôt qu'"une vie sans profondeur en Corée du Sud", selon les mots de Sung-in...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers