Extension Factory Builder
05/09/2013 à 18:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le programme de surveillance informatique avait été fourni en 2007 par la France. Le programme de surveillance informatique avait été fourni en 2007 par la France. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

L'entreprise française Amesys, filiale de Bull, est accusée de "complicité de torture". Elle vendait ses services au régime de Kadhafi pendant la révolte de 2011.

Combien de Libyens comme Mahmoud, Zeineb, Hamed, Mohamed et Souleimane ont été arrêtés et torturés par les sbires de Kadhafi grâce aux services d'Amesys, filiale de l'entreprise française d'informatique Bull ? Le 20 août, le site Mediapart dévoilait des extraits des témoignages de ces cinq Libyens devant des juges parisiens spécialisés dans les crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocides, après une plainte de la Ligue des droits de l'homme (LDH) et de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) contre Amesys pour "complicité d'actes de torture". Gégène, simulacre d'exécution, humiliations... Le calvaire qu'ils ont subi après l'interception de mails montrant leur opposition au régime fait froid dans le dos. "Ils voulaient savoir quel était mon mot de passe. J'ai toujours refusé. Après trois jours sous la torture, j'ai craqué et je leur ai donné les codes. Mais ils se sont moqués de moi. Ils m'ont montré un paquet de copies qui était posé sur la table et ils m'ont dit qu'ils avaient tout, qu'ils étaient au courant de tout", a raconté Mahmoud, 34 ans.

>> Lire aussi : Libye - syrie : les entreprises occidentales, artisans de la censure dictatoriale ?

Contrôler l'activité de 350 000 personnes en même temps

L'affaire avait été révélée fin août 2011 par le Wall Street Journal. Le "Guide" venait de fuir Tripoli et, dans un bâtiment officiel, des reporters du quotidien américain mettaient la main sur des documents prouvant le rôle capital d'Amesys dans le programme de surveillance du régime déchu. Son logiciel Eagle, fourni en 2007, l'année de la réhabilitation du colonel par le président français Sarkozy, permettait à ses services de renseignements de contrôler l'activité en ligne de 350 000 personnes simultanément. Amesys affirmait alors n'avoir fourni qu'un programme de lutte contre le terrorisme et la pédopornographie... Le Syrien Assad bénéficierait de l'expertise en surveillance de Qosmos, autre groupe français.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes", [...]

Sommet de l'UA : les pays africains écartent l'idée d'une intervention en Libye

Réunis ce mercredi à Addis-Abeba à l'occasion du sommet de l'UA, les pays membres du groupe international de contact sur la Libye se sont prononcés en faveur d'une solution politique au détriment[...]

Libye : trois questions autour de l'attaque terroriste de l'hôtel Corinthia à Tripoli

L'hôtel Corinthia à Tripoli a été la cible mardi d'une attaque revendiquée par la branche libyenne de l'État islamique. Neuf personnes, dont cinq étrangers, ont été[...]

La branche libyenne de l'État islamique revendique un attentat qui a fait au moins 12 morts à Tripoli

L'hôtel Corinthia, qui accueille régulièrement diplomates et journalistes à Tripoli, a été la cible mardi d'une attaque terroriste. Des hommes armés ont fait au moins douze morts[...]

Mohamed al-Zehawi est mort, confirme le groupe terroriste libyen Ansar al-Charia qu'il dirigeait

Le groupe libyen Ansar al-Charia, classé comme "terroriste" par les Etats-Unis et l'ONU, a confirmé samedi soir dans un communiqué la mort de son chef Mohamed al-Zehawi, annoncée plus[...]

Annonces de cessez-le-feu en Libye, le début d'une sortie de crise ?

Emboîtant le pas à la coalition de milices Fajr Libya, l'armée libyenne a annoncé dimanche 18 janvier un cessez-le-feu dans le pays. Objectif : donner une petite chance à des négociations[...]

Libye : l'armée annonce à son tour un cessez-le-feu

L'armée libyenne a annoncé dimanche un cessez-le-feu, comme l'a fait il y a deux jours la milice Fajr Libya, pour soutenir les négociations de Genève en faveur d'un règlement du conflit qui[...]

Libye : le Conseil de sécurité salue l'annonce d'un cessez-le-feu

Le Conseil de sécurité de l'ONU a salué samedi l'annonce par une coalition de milices, notamment islamistes, d'un cessez-le-feu en Libye et a menacé de sanctions ceux qui feraient obstacle aux efforts[...]

Libye : des barils et des balles

Principale source de revenus de l'État libyen, l'or noir est plus que jamais au coeur de la guerre sans merci que se livrent les différentes factions qui se disputent le pouvoir.[...]

Libye : le contenu de l'accord signé à Genève entre les parties en conflit

Après 48 heures de discussions, les protagonistes du conflit armé en Libye sont parvenus à un accord à Genève sur la fin des hostilités et la formation d'un gouvernement d'unité[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2747p049.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2747p049.xml0 from 172.16.0.100