Extension Factory Builder
05/09/2013 à 18:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le programme de surveillance informatique avait été fourni en 2007 par la France. Le programme de surveillance informatique avait été fourni en 2007 par la France. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

L'entreprise française Amesys, filiale de Bull, est accusée de "complicité de torture". Elle vendait ses services au régime de Kadhafi pendant la révolte de 2011.

Combien de Libyens comme Mahmoud, Zeineb, Hamed, Mohamed et Souleimane ont été arrêtés et torturés par les sbires de Kadhafi grâce aux services d'Amesys, filiale de l'entreprise française d'informatique Bull ? Le 20 août, le site Mediapart dévoilait des extraits des témoignages de ces cinq Libyens devant des juges parisiens spécialisés dans les crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocides, après une plainte de la Ligue des droits de l'homme (LDH) et de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) contre Amesys pour "complicité d'actes de torture". Gégène, simulacre d'exécution, humiliations... Le calvaire qu'ils ont subi après l'interception de mails montrant leur opposition au régime fait froid dans le dos. "Ils voulaient savoir quel était mon mot de passe. J'ai toujours refusé. Après trois jours sous la torture, j'ai craqué et je leur ai donné les codes. Mais ils se sont moqués de moi. Ils m'ont montré un paquet de copies qui était posé sur la table et ils m'ont dit qu'ils avaient tout, qu'ils étaient au courant de tout", a raconté Mahmoud, 34 ans.

>> Lire aussi : Libye - syrie : les entreprises occidentales, artisans de la censure dictatoriale ?

Contrôler l'activité de 350 000 personnes en même temps

L'affaire avait été révélée fin août 2011 par le Wall Street Journal. Le "Guide" venait de fuir Tripoli et, dans un bâtiment officiel, des reporters du quotidien américain mettaient la main sur des documents prouvant le rôle capital d'Amesys dans le programme de surveillance du régime déchu. Son logiciel Eagle, fourni en 2007, l'année de la réhabilitation du colonel par le président français Sarkozy, permettait à ses services de renseignements de contrôler l'activité en ligne de 350 000 personnes simultanément. Amesys affirmait alors n'avoir fourni qu'un programme de lutte contre le terrorisme et la pédopornographie... Le Syrien Assad bénéficierait de l'expertise en surveillance de Qosmos, autre groupe français.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Le fils de Claude Guéant, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, est placé en garde à vue depuis lundi. François Guéant est interrogé dans le cadre de l'enquête sur le financement pr&[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Peut-être a-t-on crié victoire un peu vite : il ne suffit pas de couper quelques têtes pour éradiquer la menace jihadiste. Soldats français et Casques bleus l'apprennent à leurs[...]

Libye : le médiateur de l'ONU appelle à arrêter les combats

L'émissaire onusien pour la Libye a appelé vendredi soir à l'arrêt des combats qui ont opposé durant la journée des forces de la coalition Fajr Libya à celles du gouvernement[...]

Tunisie : les terroristes du musée du Bardo ont été entraînés en Libye

Selon le secrétaire d'État tunisien chargé des affaires sécuritaires, les deux auteurs de l'attentat du musée du Bardo à Tunis, qui a coûté la vie à 21 personnes[...]

Libye : douze miliciens tués par des combattants de l'EI dans la région de Syrte

Au moins douze miliciens antigouvernementaux ont été tués mercredi près de Syrte en Libye dans des affrontements avec des jihadistes du groupe État islamique (EI), ont rapporté une source[...]

Bernardino León : Veni vidi Libye...

L'Espagnol dirige les négociations de la dernière chance, à Alger, entre les factions libyennes. Une mission onusienne qui n'a rien d'une sinécure...[...]

Libye : combats entre jihadistes de l'État islamique et miliciens à Syrte

Des combats ont opposé samedi des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et des miliciens antigouvernementaux à Syrte, dans le centre de la Libye, pays plongé dans le chaos, selon des responsables.[...]

Libye : l'État islamique enlève neuf étrangers dans le sud du pays

Neuf étrangers dont un Ghanéen ont été enlevés vendredi lors d'une attaque contre un champ pétrolier dans le sud de la Libye. L'annonce a été faite ce lundi par les[...]

Libye : deux Parlements, une crise et deux médiateurs... le Maroc et l'Algérie

Une réunion de dialogue va s'ouvrir mardi à Alger entre des parties au conflit libyen, a indiqué dimanche Ramtane Lamamra, le ministre algérien des Affaires étrangères. Elle[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2747p049.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2747p049.xml0 from 172.16.0.100