Extension Factory Builder
10/09/2013 à 12:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les principales organisations de défense des droits de l'homme sont quatre. Les principales organisations de défense des droits de l'homme sont quatre. © AFP et Reuters

Trois organisations majeures occupent le même créneau que HRW. Mais leur influence est sans commune mesure.

"La concurrence m'a tué", pourrait se lamenter Amnesty International. L'organisation fondée en 1961, Prix Nobel de la paix en 1977, ne fait plus trembler les satrapies. Alors qu'Amnesty a longtemps été seule à défendre les droits de l'homme, elle est désormais devancée par Human Rights Watch (HRW). "Nos mandats sont proches, mais notre ton est parfois différent, nuance Jean-Marie Fardeau, de HRW. Car Amnesty et la FIDH ont une base militante à satisfaire." Chez Amnesty, les intitulés des rapports sont toujours tonitruants : "Côte d'Ivoire : la loi des vainqueurs", a-t-elle titré en 2013, reprenant la rhétorique des partisans de Laurent Gbagbo. Ces dernières années, plusieurs de ses publications ont été contestées par des gouvernements... et même par l'Organisation mondiale de la santé, qui s'est insurgée contre un rapport consacré au système de santé en Corée du Nord. Perte de crédibilité ? En élargissant ses missions (droits des femmes, droits économiques et sociaux...), Amnesty a marché sur les plates-bandes d'ONG parfois plus légitimes, à l'instar d'Oxfam. En interne, "Amnesty est encline à des conflits entre bénévoles et salariés et entre salariés eux-mêmes", écrit Marc Girot, un ancien bénévole, dans Amnesty International. Enquête sur une ONG génétiquement modifiée (2011). La direction de l'organisation a aussi son lot de scandales. La presse a révélé les dessous du licenciement de l'ex-secrétaire générale, Irène Khan, et de son adjointe, Kate Gilmore, contre des chèques respectifs de 590 000 et 365 000 euros. Indignés, les bénévoles qui vendent des bougies à 1 euro pour financer l'association ont aussi appris par les journaux que l'argent péniblement collecté sert notamment à payer les 225 000 euros de salaire annuel de Salil Shetty, le successeur d'Irène Khan.

Amnesty International : Crise d'identité
Secrétaire général : Salil Shetty (Indien)
Fondée en 1961
Siège : Londres
Budget : 58,5 MEUR (2011)

 

La Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), qui travaille au diapason de son réseau regroupant 178 associations locales, n'a pas les mêmes problèmes d'identité qu'Amnesty. Combative, elle multiplie les actions judiciaires pour défendre droits et libertés individuelles. Séduisante, elle soigne sa forte présence médiatique et met en oeuvre un lobbying efficace auprès des politiques. En août 2012, le Sénégalais Sidiki Kaba, président d'honneur de la FIDH, et la Tunisienne Souhayr Belhassen, alors présidente de la fédération, se sont entretenus avec le chef de l'État français, François Hollande, notamment sur le cas de Hissène Habré, dont le procès est imminent. "Notre force est que nous ne sommes pas centralisés comme Human Rights Watch et Amnesty", assure Arthur Manet, attaché de presse de la FIDH. 

FIDH : Un réseau de combat
Président : Karim Lahidji (Iranien)
Fondée en 1922
Siège : Paris
Budget : 5,5 MEUR (2012)

 

Cette organisation se veut de plain-pied dans son époque. Créé en 1995, International Crisis Group (ICG) a pour ambition d'être les yeux, les oreilles et la conscience de la communauté internationale. Cette ONG, au sein de laquelle travaillent plusieurs anciens hauts dirigeants et un Prix Nobel de la paix - le Finlandais Martti Ahtisaari, président émérite -, se positionne clairement comme un partenaire des gouvernements. Elle dispose de son propre réseau d'analystes et de chercheurs, mais n'hésite pas à collaborer avec d'autres ONG. "Nous sommes de grands consommateurs d'informations, mais nous restons indépendants les uns des autres", explique Gilles Yabi, directeur pour l'Afrique de l'Ouest. ICG produit chaque année près de 90 rapports-pays conçus comme des alertes, parfois dérangeantes mais généralement mesurées. Le coup de poing ne fait plus recette.

ICG : Partenaire particulier
Présidente : Louise Arbour (Canadienne)
Fondé en 1995
Siège : Bruxelles
Budget : 15,5 MEUR (2012)

HRW
Directeur exécutif : Kenneth Roth (Américain)
Fondée en 1978
Siège : New York
Budget : 50 MEUR (2012)

 

Retour au sommaire du dossier

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces