Extension Factory Builder
05/09/2013 à 12:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ibrahima Diawadoh N'Jim, au côté de Manuel Valls, le 24 août, à La Rochelle. Ibrahima Diawadoh N'Jim, au côté de Manuel Valls, le 24 août, à La Rochelle. © Nossant/Apercu/Sipa

Musulman, professeur d'arabe, né dans le Sahel mauritanien : un profil atypique dans la garde rapprochée du ministre français de l'Intérieur. Pourtant, ce militant associatif l'accompagne depuis douze ans.

Si l'on se fie à sa carte de visite, Ibrahima Diawadoh N'Jim est "chargé de mission Affaires réservées et Diversité" au ministère de l'Intérieur. En réalité, il fait partie des hommes de confiance de Manuel Valls, ces "Valls boys" passés de la mairie d'Évry à la Place Beauvau dans le sillage du ministre. Il est même l'un des rares à pouvoir entrer dans le bureau du patron lorsqu'il n'est pas là ou à protester s'il n'est pas d'accord. Plus qu'un collaborateur, c'est un ami de longue date du "premier flic de France", dont il a été le témoin lors du mariage de celui-ci avec la violoniste Anne Gravoin.

>> Lire aussi : Islam, terrorisme, immigration... Les vérités de Manuel Valls

Né à Kiffa, berceau des Soninkés du Sahel mauritanien, il y a près de soixante ans, Ibrahima Diawadoh N'Jim n'était pas prédestiné à atterrir sous les lambris de la République. Après des études de lettres et de pédagogie en Arabie saoudite, il devient enseignant dans un lycée de Nouakchott. À la fin des années 1980, il s'envole pour Paris afin d'y parfaire sa formation. Militant de la cause négro-mauritanienne, sensible aux idéaux de gauche, le jeune professeur d'arabe (il enseigne dans le secondaire en Île-de-France) adhère en 1990 à la section du Parti socialiste (PS) d'Évry, où il a trouvé un logement. Il en devient rapidement l'un des militants les plus actifs.

Aux municipales de 2001, Manuel Valls, alors protégé de Lionel Jospin, est parachuté dans la préfecture de l'Essonne. "Je faisais partie de l'équipe chargée d'animer sa campagne, se rappelle Diawadoh N'Jim. Entre nous, le courant est immédiatement passé." De la mairie d'Évry au ministère de l'Intérieur, l'immigré peul et l'ambitieux socialiste ne se quitteront plus.

"Ibrahima est un peu le thermomètre de Manuel, confie Sébastien Gros, le chef de cabinet. Il a un rôle transversal et intervient sur tous les dossiers liés à l'intégration, à la diversité et au culte." Se rendant régulièrement en Mauritanie et au Sénégal, il fait aussi profiter le ministre français de son important réseau ouest-africain. Pendant des années, Diawadoh N'Jim a gardé le contact avec le continent à travers son association d'aide à l'éducation, dont les activités sont désormais en pause pour cause d'agenda resserré.

À la fois membre de la garde rapprochée de Valls et électron libre, il dispose d'une liberté de ton appréciée de l'ancien maire d'Évry et de ses collaborateurs. En fin de journée, quand le rythme décélère, il n'est pas rare que la petite équipe se retrouve dans le bureau du Franco-Mauritanien pour se détendre quelques minutes autour d'un thé.

"Ce que Manuel Valls pense et ce que les médias disent est différent"

Celui que ses proches décrivent comme calme, disponible et réfléchi est aussi un pieux musulman, qui a fait le hadj ("pèlerinage") à plusieurs reprises. Lorsqu'il travaillait à Évry, il se rendait presque quotidiennement à la mosquée. Comment réagit-il au discours offensif de Valls sur l'islam et le voile ? "Ce que Manuel pense et ce que les médias disent est différent. Il faut lire ce qu'il a écrit sur le sujet : il a un profond respect pour les musulmans", s'insurge-t-il, précisant qu'à l'époque évryenne, l'élu socialiste était régulièrement invité à rompre le jeûne chez les habitants pendant le ramadan.

Marié, père de trois enfants, Ibrahima Diawadoh N'Jim habite toujours Évry. "Il n'a pas changé, affirme Mbaye Badiane, figure du quartier réputé chaud des Pyramides. On a même l'impression qu'il est plus ouvert, plus à l'écoute des autres." Appuyé au mur d'une HLM décrépite, il prédit que son vieux camarade tracera sa route au côté de Manuel Valls tant qu'il le pourra. Quitte, un jour, à l'épauler dans les plus hautes fonctions de l'État, un objectif que le "Sarkozy de gauche" n'a jamais dissimulé.

________

Benjamin Roger 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers