Extension Factory Builder
06/09/2013 à 11:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les terrains du centre de Mbankomo sont aux normes internationales. Les terrains du centre de Mbankomo sont aux normes internationales. © DR

Fini les voyages coûteux en Europe. Les sportifs africains ont désormais leur propre centre de formation à Mbankomo.

Le regard se perd dans l'immense forêt qui entoure une imposante bâtisse blanche... jusqu'à ce qu'un vigile surgisse de sa guérite et rompe le charme. Pour visiter le Centre d'excellence de Mbankomo, il faut montrer patte blanche. Basé à 25 km de Yaoundé et ouvert depuis trois ans, ce complexe a pour vocation d'accueillir des sportifs de tout le continent. "La Confédération africaine de football [CAF] ne supportait plus de voir l'Afrique tenir le rôle de parent pauvre en matière d'infrastructures sportives", explique Cyrille Djina, l'un des responsables du complexe. En l'absence de stagiaires (les derniers de la saison sont repartis il y a trois jours), il accepte de nous faire visiter les lieux.

Première escale : les trois terrains de football, deux en gazon synthétique et le troisième en gazon naturel - "tous aux normes internationales", précise le responsable. Un second terrain en gazon naturel doit être inauguré en septembre. Un nouveau bâtiment en construction fera passer la capacité du centre de 40 à 62 chambres doubles (équipées par une entreprise chinoise). Le complexe pourra ainsi accueillir deux équipes en même temps - de poules différentes évidemment, afin d'éviter que le match ne commence dans le restaurant...

Si les joueurs sont là avant tout pour s'entraîner, ils bénéficient aussi du confort d'un hôtel cinq étoiles. À leur disposition : une salle de gym, une piscine semi-olympique, un sauna, ainsi qu'un coin détente avec billard, accès internet à haut débit, jeux vidéo et de société, téléviseurs et minibar (sans alcool).


Des locaux de luxe : salle de gym, piscine, sauna... © DR

Une économie de temps et d'argent

Plus la peine, donc, de s'expatrier en Europe pour un stage, comme c'était le cas avant la création du complexe. Certes, il existait déjà à Yaoundé un centre sportif construit par la Fédération internationale de football association (Fifa), mais il n'offrait pas d'hébergement. Ce qui obligeait les équipes et les participants aux formations de recyclage des sportifs en management, en arbitrage ou en médecine sportive à s'installer au Hilton de la ville... Une perte de temps et un coût énormes, compte tenu des longs et nombreux déplacements.

La CAF a donc décidé d'établir des pôles régionaux. Celui de l'Afrique centrale, situé à Mbankomo, est le seul qui fonctionne pour le moment. Afin de permettre son implantation, l'État camerounais a concédé 23 ha de terrains (dont 18 sont encore inexploités) à la Confédération.

Financé par la CAF avec le concours de la Fifa, le centre d'excellence est une aubaine pour la région. Dix-neuf des vingt-deux salariés permanents sont originaires de Mbankomo, et l'électrification du complexe - un investissement de quelque 200 millions de F CFA (305 000 euros) - profite à toute la population alentour. Même les 2,5 km de route qui mènent au centre depuis l'axe principal ont été construits par la Fifa et la CAF.

Les équipes, elles, en redemandent, en particulier à l'approche des compétitions, qui reprennent fin août-début septembre. Parmi les stagiaires accueillis récemment : la sélection du Burkina Faso et l'équipe nationale féminine d'Afrique du Sud, qui s'y sont préparées pour leurs dernières CAN.

Mais, bien que les prix aient été étudiés pour rester abordables, les équipes ne peuvent pas se permettre de venir s'entraîner au centre en dehors des périodes de compétition. L'ensemble restauration-hébergement coûte en effet 70 000 F CFA par jour et par stagiaire, auxquels s'ajoute un forfait de 400 000 F CFA par jour et par équipe pour l'utilisation des équipements sportifs - quand la location d'un stade vide en ville revient à 500 000 F CFA environ.


En septembre, la capacité du centre passera de 40 à 62 chambres doubles. © DR

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Trinité africaine au G20

Article pr�c�dent :
RDC : le nord sous surveillance

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2746p079.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2746p079.xml0 from 172.16.0.100