Extension Factory Builder
06/09/2013 à 11:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les terrains du centre de Mbankomo sont aux normes internationales. Les terrains du centre de Mbankomo sont aux normes internationales. © DR

Fini les voyages coûteux en Europe. Les sportifs africains ont désormais leur propre centre de formation à Mbankomo.

Le regard se perd dans l'immense forêt qui entoure une imposante bâtisse blanche... jusqu'à ce qu'un vigile surgisse de sa guérite et rompe le charme. Pour visiter le Centre d'excellence de Mbankomo, il faut montrer patte blanche. Basé à 25 km de Yaoundé et ouvert depuis trois ans, ce complexe a pour vocation d'accueillir des sportifs de tout le continent. "La Confédération africaine de football [CAF] ne supportait plus de voir l'Afrique tenir le rôle de parent pauvre en matière d'infrastructures sportives", explique Cyrille Djina, l'un des responsables du complexe. En l'absence de stagiaires (les derniers de la saison sont repartis il y a trois jours), il accepte de nous faire visiter les lieux.

Première escale : les trois terrains de football, deux en gazon synthétique et le troisième en gazon naturel - "tous aux normes internationales", précise le responsable. Un second terrain en gazon naturel doit être inauguré en septembre. Un nouveau bâtiment en construction fera passer la capacité du centre de 40 à 62 chambres doubles (équipées par une entreprise chinoise). Le complexe pourra ainsi accueillir deux équipes en même temps - de poules différentes évidemment, afin d'éviter que le match ne commence dans le restaurant...

Si les joueurs sont là avant tout pour s'entraîner, ils bénéficient aussi du confort d'un hôtel cinq étoiles. À leur disposition : une salle de gym, une piscine semi-olympique, un sauna, ainsi qu'un coin détente avec billard, accès internet à haut débit, jeux vidéo et de société, téléviseurs et minibar (sans alcool).


Des locaux de luxe : salle de gym, piscine, sauna... © DR

Une économie de temps et d'argent

Plus la peine, donc, de s'expatrier en Europe pour un stage, comme c'était le cas avant la création du complexe. Certes, il existait déjà à Yaoundé un centre sportif construit par la Fédération internationale de football association (Fifa), mais il n'offrait pas d'hébergement. Ce qui obligeait les équipes et les participants aux formations de recyclage des sportifs en management, en arbitrage ou en médecine sportive à s'installer au Hilton de la ville... Une perte de temps et un coût énormes, compte tenu des longs et nombreux déplacements.

La CAF a donc décidé d'établir des pôles régionaux. Celui de l'Afrique centrale, situé à Mbankomo, est le seul qui fonctionne pour le moment. Afin de permettre son implantation, l'État camerounais a concédé 23 ha de terrains (dont 18 sont encore inexploités) à la Confédération.

Financé par la CAF avec le concours de la Fifa, le centre d'excellence est une aubaine pour la région. Dix-neuf des vingt-deux salariés permanents sont originaires de Mbankomo, et l'électrification du complexe - un investissement de quelque 200 millions de F CFA (305 000 euros) - profite à toute la population alentour. Même les 2,5 km de route qui mènent au centre depuis l'axe principal ont été construits par la Fifa et la CAF.

Les équipes, elles, en redemandent, en particulier à l'approche des compétitions, qui reprennent fin août-début septembre. Parmi les stagiaires accueillis récemment : la sélection du Burkina Faso et l'équipe nationale féminine d'Afrique du Sud, qui s'y sont préparées pour leurs dernières CAN.

Mais, bien que les prix aient été étudiés pour rester abordables, les équipes ne peuvent pas se permettre de venir s'entraîner au centre en dehors des périodes de compétition. L'ensemble restauration-hébergement coûte en effet 70 000 F CFA par jour et par stagiaire, auxquels s'ajoute un forfait de 400 000 F CFA par jour et par équipe pour l'utilisation des équipements sportifs - quand la location d'un stade vide en ville revient à 500 000 F CFA environ.


En septembre, la capacité du centre passera de 40 à 62 chambres doubles. © DR

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Trinité africaine au G20

Article pr�c�dent :
RDC : le nord sous surveillance

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

Qui dirige vraiment le Cameroun ?

Qui dirige vraiment le Cameroun ?

Le président règne de loin et supervise de haut, chargeant une poignée de fidèles d'appliquer - voire de déchiffrer - ses directives. Et depuis trente-trois ans ça marche[...]

Un Boeing d'Air France évite de justesse une collision avec le mont Cameroun

Le crash d'un avion d'Air France a été évité de justesse au Cameroun, au début du mois de mai. C'est une alarme d'urgence qui a incité les pilotes à redresser l'appareil. Le Bureau[...]

Cameroun : sur le port de Kribi, Paul Biya joue la montre

 L'impatience grandit chez les candidats ayant postulé pour les deux terminaux, l'un à conteneurs et l'autre polyvalent, du port de Kribi, au Cameroun. Le dossier a été repris en main par la[...]

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Football camerounais : les "stats" d'une crise historique

Trois CAN ratées, une Coupe du monde au goût amer, d'anciennes gloires qui se déchirent... Le football camerounais traverse actuellement l'une des pires périodes de son histoire. Où en est-il [...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Rap camerounais : Tilla "La Marraine"

Impossible de passer à côté d'eux, ils illuminent la scène hip-hop camerounaise. L'un a créé son propre label, les deux autres connaissent des débuts fulgurants.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Rap camerounais : hip hip-hop hourra !

Les rappeurs camerounais vivent une véritable success-story. Leur recette ? Ils utilisent les langues du pays, évoquent le quotidien de leurs compatriotes et s'adressent directement à la jeunesse.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers