Extension Factory Builder
06/09/2013 à 17:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Première séance au Palais de verre, à Yaoundé, le 14 mai 2013. Première séance au Palais de verre, à Yaoundé, le 14 mai 2013. © Jean-Pierre Kepseu

Depuis fin mai, la Chambre haute siège enfin. Reste à savoir si ses membres sauront faire bouger les choses.

Depuis le 14 mai, jour d'ouverture de la session, le Cameroun a un Sénat. La révision constitutionnelle de 1996 prévoyait un Parlement bicaméral, mais il aura fallu attendre dix-sept ans pour que la Chambre haute soit créée. Le premier scrutin indirect de l'histoire du pays, destiné à pourvoir 70 des 100 sièges de la nouvelle assemblée pour cinq ans, s'est déroulé le 14 avril 2013. Les candidats du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) ont obtenu 56 sièges, soit la totalité de ceux à pourvoir pour les régions Centre, Est, Extrême-Nord, Littoral, Nord, Nord-Ouest, Sud et Sud-Ouest. Les 14 restants ont été remportés par les listes du Social Democratic Front (SDF), principal parti d'opposition, qui a, lui, raflé la totalité des sièges à pourvoir au suffrage universel indirect dans les régions de l'Ouest et de l'Adamaoua.

Des réformes audacieuses : la dépénalisation de l'homosexualité

Les 30 sénateurs nommés ont été désignés par décret présidentiel le 8 mai. Parmi eux, 26 appartiennent à la mouvance présidentielle (anciens ministres, hauts commis de l'État, chefs traditionnels). Les sièges restants ont été répartis entre les représentants de 4 partis concurrents et néanmoins alliés du RDPC, dont aucun candidat n'avait été élu le 14 avril : Pierre Flambeau Ngayap, le secrétaire général de l'Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP, pour le Littoral), Dakolé Daïssala, le président du Mouvement des républicains (MDR, pour l'Extrême-Nord), Hamadou Abbo, du Front pour le salut national du Cameroun (FSNC, pour le Nord), et Marlyse Aboui, de l'Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (ANDP, pour l'Est)... Des nominations qui ont permis de porter de 2 à 6 le nombre de partis représentés à la chambre.

Ce premier hémicycle sénatorial se caractérise par la présence de 14 chefs traditionnels (4 élus, 10 nommés), sultans et rois souvent venus d'un autre âge, qui tous soutiennent le parti au pouvoir. Un paramètre qui fait craindre que des pesanteurs conservatrices règnent sur la législature, alors que le pays est pressé d'engager des réformes sociétales audacieuses, à l'instar de la dépénalisation de l'homosexualité ou de l'évolution du droit de la famille. Portraits de celles et ceux qui pourraient faire bouger les lignes... ou ne le feront certainement pas.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

'Le Christ selon l'Afrique' : et il est comment le dernier Calixthe Beyala ?

"Le Christ selon l'Afrique" : et il est comment le dernier Calixthe Beyala ?

Calixthe Beyala a au moins un talent : celui de faire croire à ses lecteurs occidentaux que l'Afrique n'est autre qu'une terre miséreuse victime de son passé et de la mondialisation. Une image tant&oci[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Éric Jennings : "L'Afrique a financé la résistance française"

Sans l'engagement d'une partie du continent, de Gaulle aurait-il pu vaincre l'Allemagne nazie ? Pas sûr. C'est ce que démontre l'historien dans un ouvrage fort documenté, fruit d'une large enquête[...]

Cameroun : Henri Ewelé débarqué de la direction de Chanas

Le conseil d’administration de l'assureur camerounais Chanas Assurances vient de relever Henri Ewelé de son poste de directeur général. Il a été remplacé par Albert Pamsy, sept mois[...]

Alice Nkom : "L'homosexualité n'est pas importée, c'est sa répression qui l'est !"

L'avocate camerounaise Alice Nkom s'attaque, depuis plus de dix ans, à l'article 347 bis, pénalisant l'homosexualité au Cameroun. Farouche militante des droits de l'homme, elle a accepté de partager[...]

Sommet UE-Afrique : un visiteur nommé Claude Guéant

Mais à quels dirigeant(s) africain(s) Claude Guéant a-t-il rendu visite à Bruxelles ? Une piste au moins se dessine.[...]

Enlèvements au Cameroun : les forces de sécurité ratissent le terrain

Les forces de sécurité camerounaises ratissaient dimanche la région où deux prêtres italiens et une religieuse canadienne ont été enlevés dans la nuit de vendredi à[...]

Deux prêtres italiens et une religieuse canadienne ont été enlevés au Cameroun

Deux prêtres italiens et une soeur canadienne ont été enlevés au nord du Cameroun, a indiqué samedi à l'AFP le ministère des Affaires étrangères qui a mis sur pied [...]

Vidéo - Mondial 2014 : des rappeurs tournent un clip de soutien aux Lions indomptables

Le Mondial 2014 au Brésil approche à grands pas. Au Cameroun, la scène urbaine chante déjà à l'unisson "Allez les lions ! ".[...]

Cameroun : Boko Haram recrute des jeunes à la frontière avec le Nigeria

Selon plusieurs sources sécuritaires camerounaises, Boko Haram enrôle des jeunes camerounais dans la zone frontalière entre le Cameroun et le Nigeria. Une opération mise en place depuis quelques mois par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers