Extension Factory Builder
06/09/2013 à 17:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Première séance au Palais de verre, à Yaoundé, le 14 mai 2013. Première séance au Palais de verre, à Yaoundé, le 14 mai 2013. © Jean-Pierre Kepseu

Depuis fin mai, la Chambre haute siège enfin. Reste à savoir si ses membres sauront faire bouger les choses.

Depuis le 14 mai, jour d'ouverture de la session, le Cameroun a un Sénat. La révision constitutionnelle de 1996 prévoyait un Parlement bicaméral, mais il aura fallu attendre dix-sept ans pour que la Chambre haute soit créée. Le premier scrutin indirect de l'histoire du pays, destiné à pourvoir 70 des 100 sièges de la nouvelle assemblée pour cinq ans, s'est déroulé le 14 avril 2013. Les candidats du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) ont obtenu 56 sièges, soit la totalité de ceux à pourvoir pour les régions Centre, Est, Extrême-Nord, Littoral, Nord, Nord-Ouest, Sud et Sud-Ouest. Les 14 restants ont été remportés par les listes du Social Democratic Front (SDF), principal parti d'opposition, qui a, lui, raflé la totalité des sièges à pourvoir au suffrage universel indirect dans les régions de l'Ouest et de l'Adamaoua.

Des réformes audacieuses : la dépénalisation de l'homosexualité

Les 30 sénateurs nommés ont été désignés par décret présidentiel le 8 mai. Parmi eux, 26 appartiennent à la mouvance présidentielle (anciens ministres, hauts commis de l'État, chefs traditionnels). Les sièges restants ont été répartis entre les représentants de 4 partis concurrents et néanmoins alliés du RDPC, dont aucun candidat n'avait été élu le 14 avril : Pierre Flambeau Ngayap, le secrétaire général de l'Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP, pour le Littoral), Dakolé Daïssala, le président du Mouvement des républicains (MDR, pour l'Extrême-Nord), Hamadou Abbo, du Front pour le salut national du Cameroun (FSNC, pour le Nord), et Marlyse Aboui, de l'Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (ANDP, pour l'Est)... Des nominations qui ont permis de porter de 2 à 6 le nombre de partis représentés à la chambre.

Ce premier hémicycle sénatorial se caractérise par la présence de 14 chefs traditionnels (4 élus, 10 nommés), sultans et rois souvent venus d'un autre âge, qui tous soutiennent le parti au pouvoir. Un paramètre qui fait craindre que des pesanteurs conservatrices règnent sur la législature, alors que le pays est pressé d'engager des réformes sociétales audacieuses, à l'instar de la dépénalisation de l'homosexualité ou de l'évolution du droit de la famille. Portraits de celles et ceux qui pourraient faire bouger les lignes... ou ne le feront certainement pas.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

'Plus jamais Ebola...' : ce sera sans Manu Dibango

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être b&eac[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Boko Haram : Laurent Fabius au Tchad pour souligner la "solidarité" de la France

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, débute samedi une tournée au Tchad et au Cameroun, avant le Niger dimanche, pour affirmer "la solidarité" de Paris[...]

Boko Haram : l'armée camerounaise accusée de nombreuses exactions contre les civils

Les populations du nord du Cameroun subissent des violences de la part non seulement des terroristes de Boko Haram, mais aussi de l’armée nationale. C’est le constat rendu public mercredi par le Réseau[...]

Cameroun : l'armée face à la pieuvre Boko Haram

Notre envoyé spécial a suivi l'armée camerounaise à la frontière avec le Nigeria. Harcelée jour et nuit, cette dernière tente d'empêcher la secte islamiste de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2746p069.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2746p069.xml0 from 172.16.0.100