Extension Factory Builder
06/09/2013 à 17:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Première séance au Palais de verre, à Yaoundé, le 14 mai 2013. Première séance au Palais de verre, à Yaoundé, le 14 mai 2013. © Jean-Pierre Kepseu

Depuis fin mai, la Chambre haute siège enfin. Reste à savoir si ses membres sauront faire bouger les choses.

Depuis le 14 mai, jour d'ouverture de la session, le Cameroun a un Sénat. La révision constitutionnelle de 1996 prévoyait un Parlement bicaméral, mais il aura fallu attendre dix-sept ans pour que la Chambre haute soit créée. Le premier scrutin indirect de l'histoire du pays, destiné à pourvoir 70 des 100 sièges de la nouvelle assemblée pour cinq ans, s'est déroulé le 14 avril 2013. Les candidats du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) ont obtenu 56 sièges, soit la totalité de ceux à pourvoir pour les régions Centre, Est, Extrême-Nord, Littoral, Nord, Nord-Ouest, Sud et Sud-Ouest. Les 14 restants ont été remportés par les listes du Social Democratic Front (SDF), principal parti d'opposition, qui a, lui, raflé la totalité des sièges à pourvoir au suffrage universel indirect dans les régions de l'Ouest et de l'Adamaoua.

Des réformes audacieuses : la dépénalisation de l'homosexualité

Les 30 sénateurs nommés ont été désignés par décret présidentiel le 8 mai. Parmi eux, 26 appartiennent à la mouvance présidentielle (anciens ministres, hauts commis de l'État, chefs traditionnels). Les sièges restants ont été répartis entre les représentants de 4 partis concurrents et néanmoins alliés du RDPC, dont aucun candidat n'avait été élu le 14 avril : Pierre Flambeau Ngayap, le secrétaire général de l'Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP, pour le Littoral), Dakolé Daïssala, le président du Mouvement des républicains (MDR, pour l'Extrême-Nord), Hamadou Abbo, du Front pour le salut national du Cameroun (FSNC, pour le Nord), et Marlyse Aboui, de l'Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (ANDP, pour l'Est)... Des nominations qui ont permis de porter de 2 à 6 le nombre de partis représentés à la chambre.

Ce premier hémicycle sénatorial se caractérise par la présence de 14 chefs traditionnels (4 élus, 10 nommés), sultans et rois souvent venus d'un autre âge, qui tous soutiennent le parti au pouvoir. Un paramètre qui fait craindre que des pesanteurs conservatrices règnent sur la législature, alors que le pays est pressé d'engager des réformes sociétales audacieuses, à l'instar de la dépénalisation de l'homosexualité ou de l'évolution du droit de la famille. Portraits de celles et ceux qui pourraient faire bouger les lignes... ou ne le feront certainement pas.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

Rap camerounais : 'Mboko God', de Jovi, album incontournable !

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Football camerounais : les "stats" d'une crise historique

Trois CAN ratées, une Coupe du monde au goût amer, d'anciennes gloires qui se déchirent... Le football camerounais traverse actuellement l'une des pires périodes de son histoire. Où en est-il [...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Rap camerounais : Tilla "La Marraine"

Impossible de passer à côté d'eux, ils illuminent la scène hip-hop camerounaise. L'un a créé son propre label, les deux autres connaissent des débuts fulgurants.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Rap camerounais : hip hip-hop hourra !

Les rappeurs camerounais vivent une véritable success-story. Leur recette ? Ils utilisent les langues du pays, évoquent le quotidien de leurs compatriotes et s'adressent directement à la jeunesse.[...]

Cameroun : Douala-Yaoundé par la nationale 3, l'axe du mal

La nationale 3 au Cameroun est l'une des routes les plus dangereuses au monde. Et ce ne sont pas quelques radars qui feront ralentir les chauffards.[...]

Unis pour le Cameroun : Boko Haram ? Même pas peur !

Unis pour le Cameroun, un collectif apolitique, a rassemblé plus de 20 000 personnes contre Boko Haram. Entraînant finalement dans leur mouvement le pouvoir et l'opposition[...]

Jeu vidéo : Aurion, un Fantasy à l'africaine

La société Kiro'o Games lance Aurion, un jeu vidéo entièrement conçu au pays. Séduira-t-il les marchés américain et européen ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers