Extension Factory Builder
16/08/2013 à 16:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bootu Creek le 30 août 2011, après l'effondrement causé, selon la justice, par la société OM Ma Bootu Creek le 30 août 2011, après l'effondrement causé, selon la justice, par la société OM Ma © Mike Fawcett/AFP

Pour la première fois, un groupe minier devra payer une amende pour avoir détérioré un site sacré aborigène en australie. Une victoire toute relative.

"Jamais une telle catastrophe ne s'était produite depuis des milliers d'années. Que va-t-il se passer ?" Gina Smith, représentante des Kunapa, une tribu aborigène du nord de l'Australie, est inquiète, mais aussi très en colère. Pourtant, le 2 août, la justice australienne a rendu un verdict historique : la compagnie minière OM Manganese, jugée coupable d'avoir profané et détruit en juillet 2011 le site sacré de Bootu Creek, a été condamnée à une amende de 100 000 euros. Une décision sans précédent qui pourrait bien faire jurisprudence dans ce pays où 80 % des mines exploitées sont en terre aborigène. Si ce bras de fer entre une société minière et une communauté autochtone est loin d'être le premier, il est sans doute le plus emblématique. En effet, le site des "Deux femmes assises", situé dans le Territoire du Nord, est un haut lieu du patrimoine aborigène. Il y a plus de quarante mille ans, deux des "ancêtres", esprits féminins dans des corps de marsupiaux, s'y seraient affrontés pour de la nourriture. Lors du combat, leur sang aurait éclaboussé le sable, les herbes et les roches alentour, leur donnant cette couleur carmin foncé aujourd'hui associée au manganèse...

Pour Peter Toth, directeur général d'OM Holdings (le groupe propriétaire d'OM Manganese), l'entreprise "a respecté le contrat et n'a jamais eu l'intention de détruire le site". De fait, l'Autorité de protection des sites aborigènes avait autorisé l'exploitation de la mine, située à proximité des rocs sacrés, à condition que ces derniers ne soient pas endommagés. "Quand en mars 2011, quelques mois après les premières explosions [de dynamite], des fissures sont apparues sur le piton rocheux de la Tête de cheval, la compagnie n'a pas arrêté les forages, explique Gina Smith, dépitée. En juillet de la même année, une partie du site s'est effondrée, mais, une fois de plus, OM Holdings a refusé de reconnaître sa responsabilité et a poursuivi les dynamitages. Cette amende est un pis-aller. Au fond, nos droits n'avancent pas."

Un référendum pour reconnaître les Aborigènes

Le chemin est encore long pour les Aborigènes. En septembre 2012, le gouvernement australien renonçait ainsi à l'une de ses promesses électorales : un projet de référendum sur l'introduction dans la Constitution d'un paragraphe sur la reconnaissance des Aborigènes. La justification de la ministre des Affaires indigènes était sans ambiguïté : "Les Australiens ne sont pas prêts. S'il se tenait aujourd'hui, le référendum serait perdu."

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage en Afrique de l'Ouest, avec un bilan de [...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Automobile : la Chine, un leader qui pèse lourd en Afrique

Depuis dix ans, les ventes de camions chinois explosent. Pour répondre à la demande, les constructeurs commencent à implanter des usines d'assemblage. Les marques européennes contre-attaquent en[...]

France : Patrick Balkany rattrapé par ses pratiques douteuses en Afrique

Patrick Balkany, député et maire de Levallois-Perret, en banlieue parisienne, a été mis en examen, mardi, pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de[...]

Le foot n'est pas la guerre, vous êtes sûr ?

Il n'y a pas qu'en Afrique que les questions politiques font irruption sur les terrains de football.[...]

RDC : le docteur Mukwege, lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers