Extension Factory Builder
16/08/2013 à 16:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bootu Creek le 30 août 2011, après l'effondrement causé, selon la justice, par la société OM Ma Bootu Creek le 30 août 2011, après l'effondrement causé, selon la justice, par la société OM Ma © Mike Fawcett/AFP

Pour la première fois, un groupe minier devra payer une amende pour avoir détérioré un site sacré aborigène en australie. Une victoire toute relative.

"Jamais une telle catastrophe ne s'était produite depuis des milliers d'années. Que va-t-il se passer ?" Gina Smith, représentante des Kunapa, une tribu aborigène du nord de l'Australie, est inquiète, mais aussi très en colère. Pourtant, le 2 août, la justice australienne a rendu un verdict historique : la compagnie minière OM Manganese, jugée coupable d'avoir profané et détruit en juillet 2011 le site sacré de Bootu Creek, a été condamnée à une amende de 100 000 euros. Une décision sans précédent qui pourrait bien faire jurisprudence dans ce pays où 80 % des mines exploitées sont en terre aborigène. Si ce bras de fer entre une société minière et une communauté autochtone est loin d'être le premier, il est sans doute le plus emblématique. En effet, le site des "Deux femmes assises", situé dans le Territoire du Nord, est un haut lieu du patrimoine aborigène. Il y a plus de quarante mille ans, deux des "ancêtres", esprits féminins dans des corps de marsupiaux, s'y seraient affrontés pour de la nourriture. Lors du combat, leur sang aurait éclaboussé le sable, les herbes et les roches alentour, leur donnant cette couleur carmin foncé aujourd'hui associée au manganèse...

Pour Peter Toth, directeur général d'OM Holdings (le groupe propriétaire d'OM Manganese), l'entreprise "a respecté le contrat et n'a jamais eu l'intention de détruire le site". De fait, l'Autorité de protection des sites aborigènes avait autorisé l'exploitation de la mine, située à proximité des rocs sacrés, à condition que ces derniers ne soient pas endommagés. "Quand en mars 2011, quelques mois après les premières explosions [de dynamite], des fissures sont apparues sur le piton rocheux de la Tête de cheval, la compagnie n'a pas arrêté les forages, explique Gina Smith, dépitée. En juillet de la même année, une partie du site s'est effondrée, mais, une fois de plus, OM Holdings a refusé de reconnaître sa responsabilité et a poursuivi les dynamitages. Cette amende est un pis-aller. Au fond, nos droits n'avancent pas."

Un référendum pour reconnaître les Aborigènes

Le chemin est encore long pour les Aborigènes. En septembre 2012, le gouvernement australien renonçait ainsi à l'une de ses promesses électorales : un projet de référendum sur l'introduction dans la Constitution d'un paragraphe sur la reconnaissance des Aborigènes. La justification de la ministre des Affaires indigènes était sans ambiguïté : "Les Australiens ne sont pas prêts. S'il se tenait aujourd'hui, le référendum serait perdu."

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Milliardaires africains : l'argent ne fait pas le bonheur... des pauvres

Milliardaires africains : l'argent ne fait pas le bonheur... des pauvres

La récente étude du Wealth Report sur la multiplication des milliardaires africains et le nouveau rapport du PNUD sur les mauvais résultats du continent en terme de développement humain ne sont pas con[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Football : indignation suite aux propos racistes de Carlo Tavecchio

Le monde du ballon rond en Italie est en pleine effervescence après des propos racistes tenus en fin de semaine par le favori au poste de président de la fédération italienne de football, Carlo[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Gaza : l'armée israélienne annonce la fin de la trêve

L'armée israélienne a annoncé dimanche matin la fin de la trêve humanitaire et la reprise de ses opérations militaires dans la bande de Gaza en réplique aux "tirs incessants de[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Crash du vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée, les enquêteurs attendus sur place

Au lendemain de la découverte de la première boîte noire de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers