Extension Factory Builder
16/08/2013 à 16:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bootu Creek le 30 août 2011, après l'effondrement causé, selon la justice, par la société OM Ma Bootu Creek le 30 août 2011, après l'effondrement causé, selon la justice, par la société OM Ma © Mike Fawcett/AFP

Pour la première fois, un groupe minier devra payer une amende pour avoir détérioré un site sacré aborigène en australie. Une victoire toute relative.

"Jamais une telle catastrophe ne s'était produite depuis des milliers d'années. Que va-t-il se passer ?" Gina Smith, représentante des Kunapa, une tribu aborigène du nord de l'Australie, est inquiète, mais aussi très en colère. Pourtant, le 2 août, la justice australienne a rendu un verdict historique : la compagnie minière OM Manganese, jugée coupable d'avoir profané et détruit en juillet 2011 le site sacré de Bootu Creek, a été condamnée à une amende de 100 000 euros. Une décision sans précédent qui pourrait bien faire jurisprudence dans ce pays où 80 % des mines exploitées sont en terre aborigène. Si ce bras de fer entre une société minière et une communauté autochtone est loin d'être le premier, il est sans doute le plus emblématique. En effet, le site des "Deux femmes assises", situé dans le Territoire du Nord, est un haut lieu du patrimoine aborigène. Il y a plus de quarante mille ans, deux des "ancêtres", esprits féminins dans des corps de marsupiaux, s'y seraient affrontés pour de la nourriture. Lors du combat, leur sang aurait éclaboussé le sable, les herbes et les roches alentour, leur donnant cette couleur carmin foncé aujourd'hui associée au manganèse...

Pour Peter Toth, directeur général d'OM Holdings (le groupe propriétaire d'OM Manganese), l'entreprise "a respecté le contrat et n'a jamais eu l'intention de détruire le site". De fait, l'Autorité de protection des sites aborigènes avait autorisé l'exploitation de la mine, située à proximité des rocs sacrés, à condition que ces derniers ne soient pas endommagés. "Quand en mars 2011, quelques mois après les premières explosions [de dynamite], des fissures sont apparues sur le piton rocheux de la Tête de cheval, la compagnie n'a pas arrêté les forages, explique Gina Smith, dépitée. En juillet de la même année, une partie du site s'est effondrée, mais, une fois de plus, OM Holdings a refusé de reconnaître sa responsabilité et a poursuivi les dynamitages. Cette amende est un pis-aller. Au fond, nos droits n'avancent pas."

Un référendum pour reconnaître les Aborigènes

Le chemin est encore long pour les Aborigènes. En septembre 2012, le gouvernement australien renonçait ainsi à l'une de ses promesses électorales : un projet de référendum sur l'introduction dans la Constitution d'un paragraphe sur la reconnaissance des Aborigènes. La justification de la ministre des Affaires indigènes était sans ambiguïté : "Les Australiens ne sont pas prêts. S'il se tenait aujourd'hui, le référendum serait perdu."

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Lee Kuan Yew, l'homme qui inventa Singapour

Premier ministre pendant trente ans, Lee Kuan Yew avait fait de l'économie de l'île-État l'une des plus florissantes de la planète. Il est mort le 23 mars à l'âge de[...]

Idris Elba pas assez "anglais-anglais" pour interpréter James Bond, selon Roger Moore

Faute d'être "anglais-anglais", Idris Elba ne pourra pas incarner James Bond, a déclaré l'ancien agent 007 Roger Moore, dans une interview accordée à "Paris Match". Face[...]

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2744p068.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2744p068.xml1 from 172.16.0.100