Extension Factory Builder
13/08/2013 à 18:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la visite de Joseph Kabila (au centre) à Brazzaville, le 19 juillet. Lors de la visite de Joseph Kabila (au centre) à Brazzaville, le 19 juillet. © Guy-Gervais Kitina/AFP

Habitué des missions de déminage, le président Denis Sassou Nguesso jouera les facilitateurs pour l'organisation d'une concertation nationale en RD Congo voisine.

"Je suis disponible 24 heures sur 24" : en prononçant cette petite phrase lors de l'audience qu'il a accordée le 8 août à Brazzaville aux présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale de RD Congo, Léon Kengo wa Dondo et Aubin Minaku, venus solliciter son intercession, Denis Sassou Nguesso n'a pas voulu jouer les matamores. Le président congolais, on le sait, n'est jamais aussi à l'aise que dans les médiations compliquées - il en a mené de toutes sortes depuis plus de trente ans -, et ses interlocuteurs savent qu'en ce domaine on peut le réveiller la nuit. Celle qui s'annonce ne sera pas des plus simples, puisqu'il s'agit ni plus ni moins que d'aider le pouvoir, l'opposition et la société civile du "Congo d'en face" à se réunir en une grande concertation nationale, ainsi que la souhaite Joseph Kabila. Objectif : recréer la cohésion "face aux agressions dans l'Est" et débloquer par là même le dialogue interne entre les acteurs politiques congolais.

Un rôle sur mesure pour Denis Sassou Nguesso

Avant que ses bons offices ne soient réclamés par toutes les parties, il a fallu que Denis Sassou Nguesso fasse preuve de patience. Le premier tir de barrage est venu de la majorité présidentielle, dont quelques ténors (Lambert Mende, Olivier Kamitatu, José Endundo et une partie de la formation de Joseph Kabila) se sont dressés sur leurs ergots dans un réflexe nationaliste finalement très kinois. Thème : pourquoi avoir recours à un facilitateur pour une crise qui n'existe pas ? Quant à l'opposition, bien qu'elle soit nettement plus favorable à la médiation Sassou, il lui a d'abord fallu surmonter ses propres divergences, certains de ses membres estimant que ce rôle devait revenir à Mary Robinson, l'envoyée spéciale du secrétaire général de l'ONU pour les Grands Lacs. Enfin, en recevant le 19 juillet Joseph Kabila à Brazzaville, le président congolais a pu être fixé sur les lignes jaunes que son partenaire n'entendait pas voir franchir ainsi que sur les concessions qu'il était prêt à faire. En définitive, il a fallu se rendre à l'évidence : nul autre que Denis Sassou Nguesso ne possède l'expérience nécessaire pour évoluer sur un terrain aussi miné.

Le plus dur commence maintenant pour lui : rassurer tous les protagonistes afin que cette concertation, qui devrait s'ouvrir dans quelques semaines, soit réellement inclusive (ce qui est encore loin d'être acquis), être le recours en cas de blocages quasi inévitables, trouver la formule qui permettra à l'opposition armée (M23, Maï Maï et autres) de participer. Les nuits de Denis Sassou Nguesso, déjà médiateur dans la crise centrafricaine, risquent d'être courtes...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : trois morts dans des échauffourées entre militaires et jeunes à Likasi

RDC : trois morts dans des échauffourées entre militaires et jeunes à Likasi

Trois personnes sont mortes et cinq ont été blessées samedi à Likasi, dans le sud-est de la RDC, lors d’échauffourées entre militaires et jeunes d'un parti de la majorité, o[...]

RDC : amnistie pour Réné Abandi, le chef de la délégation du M23 aux pourparlers de paix

Le chef de la délégation de l'ex-rébellion congolaise Mouvement du 23-Mars (M23) aux pourparlers de paix avec Kinshasa a bénéficié d'une amnistie comme une dizaine d'autres membres du[...]

RDC - AS Vita Club : Firmin Mubele Ndombe, une ambition européenne

À tout juste 20 ans, Firmin Mubele Ndombe, l’attaquant de l’AS Vita Club, fait déjà pas mal parler de lui. Le joueur du club le plus populaire de RD Congo pourrait même s’expatrier[...]

Mike la Duchesse : acteur travesti, Congolais et inquiet de l'homophobie en RDC

La RDC pourrait bientôt criminaliser l'homosexualité et sa "promotion". Rencontre avec Mike la Duchesse, premier acteur congolais à avoir interprété le rôle d'un homosexuel, qui[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Éric Jennings : "L'Afrique a financé la résistance française"

Sans l'engagement d'une partie du continent, de Gaulle aurait-il pu vaincre l'Allemagne nazie ? Pas sûr. C'est ce que démontre l'historien dans un ouvrage fort documenté, fruit d'une large enquête[...]

RDC : blessé par balles, le directeur du parc des Virunga en soins intensifs

Le Belge Emmanuel de Mérode, directeur du parc national des Virunga (est de la RDC), était en soins intensifs mercredi après avoir été grièvement blessé au cours d'une attaque, la[...]

RDC : Étienne Tshisekedi s'accroche... Et agace ?

Depuis quelques semaines, les rumeurs vont bon train au sujet de la santé d'Étienne Tshisekedi, âgé de 81 ans. Mais aux dernières nouvelles il irait mieux. Au point de reprendre à[...]

RDC : à quoi joue Léon Kengo wa Dondo ?

En évoquant une possible révision de la Constitution, le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, a jeté le trouble. A priori, il est exclu de toucher à la limitation du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces