Extension Factory Builder
13/08/2013 à 18:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la visite de Joseph Kabila (au centre) à Brazzaville, le 19 juillet. Lors de la visite de Joseph Kabila (au centre) à Brazzaville, le 19 juillet. © Guy-Gervais Kitina/AFP

Habitué des missions de déminage, le président Denis Sassou Nguesso jouera les facilitateurs pour l'organisation d'une concertation nationale en RD Congo voisine.

"Je suis disponible 24 heures sur 24" : en prononçant cette petite phrase lors de l'audience qu'il a accordée le 8 août à Brazzaville aux présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale de RD Congo, Léon Kengo wa Dondo et Aubin Minaku, venus solliciter son intercession, Denis Sassou Nguesso n'a pas voulu jouer les matamores. Le président congolais, on le sait, n'est jamais aussi à l'aise que dans les médiations compliquées - il en a mené de toutes sortes depuis plus de trente ans -, et ses interlocuteurs savent qu'en ce domaine on peut le réveiller la nuit. Celle qui s'annonce ne sera pas des plus simples, puisqu'il s'agit ni plus ni moins que d'aider le pouvoir, l'opposition et la société civile du "Congo d'en face" à se réunir en une grande concertation nationale, ainsi que la souhaite Joseph Kabila. Objectif : recréer la cohésion "face aux agressions dans l'Est" et débloquer par là même le dialogue interne entre les acteurs politiques congolais.

Un rôle sur mesure pour Denis Sassou Nguesso

Avant que ses bons offices ne soient réclamés par toutes les parties, il a fallu que Denis Sassou Nguesso fasse preuve de patience. Le premier tir de barrage est venu de la majorité présidentielle, dont quelques ténors (Lambert Mende, Olivier Kamitatu, José Endundo et une partie de la formation de Joseph Kabila) se sont dressés sur leurs ergots dans un réflexe nationaliste finalement très kinois. Thème : pourquoi avoir recours à un facilitateur pour une crise qui n'existe pas ? Quant à l'opposition, bien qu'elle soit nettement plus favorable à la médiation Sassou, il lui a d'abord fallu surmonter ses propres divergences, certains de ses membres estimant que ce rôle devait revenir à Mary Robinson, l'envoyée spéciale du secrétaire général de l'ONU pour les Grands Lacs. Enfin, en recevant le 19 juillet Joseph Kabila à Brazzaville, le président congolais a pu être fixé sur les lignes jaunes que son partenaire n'entendait pas voir franchir ainsi que sur les concessions qu'il était prêt à faire. En définitive, il a fallu se rendre à l'évidence : nul autre que Denis Sassou Nguesso ne possède l'expérience nécessaire pour évoluer sur un terrain aussi miné.

Le plus dur commence maintenant pour lui : rassurer tous les protagonistes afin que cette concertation, qui devrait s'ouvrir dans quelques semaines, soit réellement inclusive (ce qui est encore loin d'être acquis), être le recours en cas de blocages quasi inévitables, trouver la formule qui permettra à l'opposition armée (M23, Maï Maï et autres) de participer. Les nuits de Denis Sassou Nguesso, déjà médiateur dans la crise centrafricaine, risquent d'être courtes...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

En fin de contrat avec le TP Mazembe, Patrice Carteron va finalement prolonger son aventure à la tête des Corbeaux. Avec comme objectif principal la reconquête de la Ligue des Champions.[...]

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l'est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

RDC : pourquoi Kabila veut négocier avec l'opposition

Après avoir dépêché un émissaire - Kalev Mutond, le patron de l'Agence nationale de renseignements - auprès de ses opposants "radicaux" (Vital Kamerhe, les partisans[...]

RDC - Neeskens Kebano : "Je vis ma meilleure saison depuis que je suis professionnel"

Neeskens Kebano, qui a renoncé à la possibilité de jouer en équipe de France pour porter le maillot des Léopards, a été élu Soulier d’Ebène du championnat de[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

RDC : pourquoi l'hommage de Zoé Kabila aux "kadogo" fait polémique sur Twitter

Le député congolais Zoé Kabila, frère du président de la RDC, a tenu à rendre un hommage samedi sur Twitter aux "kadogos qui ont fait le choix de laisser leurs stylos pour les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers