Extension Factory Builder
13/08/2013 à 17:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Marina Berlusconi préside le holdin familial, Fininvest, depuis 2005. Marina Berlusconi préside le holdin familial, Fininvest, depuis 2005. © Mauro Scrobogna/AP/Sipa

Beaucoup, en Italie, souhaitent voir Marina Berlusconi, la fille aînée du Cavaliere, lui succéder à la tête de son parti, le Peuple de la liberté (PDL). Problème : la politique ne l'attire guère.

Dans les rangs du Peuple de la liberté (PDL), nombre de ténors ne cachent plus leur engouement pour une succession héréditaire au sein du parti depuis que son fondateur, Silvio Berlusconi, a été définitivement condamné à un an de prison pour fraude fiscale, tout en risquant cinq ans d'inéligibilité (peine qui doit être examinée en appel). L'heureuse élue pressentie pour succéder à l'ancien président du Conseil italien, Marina Berlusconi, 47 ans, est sa fille aînée - et, dit-on, sa favorite.

Née du premier mariage du "Cavaliere", elle est entrée à 25 ans dans le holding familial, Fininvest, dont elle a pris les rênes en 2005. Elle préside aussi le groupe de presse et d'édition Mondadori et siège aux conseils d'administration de Mediaset et de Mediobanca. Décrite comme une bête de travail et une négociatrice coriace, celle que l'on surnomme la tsarina ou la princesse de fer figure régulièrement, depuis 2007, dans le classement des femmes (ou des femmes d'affaires) les plus influentes du monde établi par le magazine Forbes.

Le "Cavaliere" lui-même serait favorable à ce qu'elle prenne sa relève

Problème : cette mère de deux enfants mariée à un ancien danseur étoile de la Scala de Milan goûte peu la notoriété... et la politique. Fin 2012, son prénom avait déjà circulé avec insistance. "C'est une hypothèse qui n'a aucun fondement", avait-elle répliqué, contestant que le leadership au sein d'un parti puisse se transmettre par héritage. Mais depuis la condamnation de son père, les responsables du PDL tentent de convaincre Marina d'assurer la relève. Silvio Berlusconi lui-même y serait favorable, tout en craignant que cela ne la place à son tour dans le collimateur de la justice. Reste que, selon le politologue Giovanni Orsina, sans un(e) Berlusconi à sa tête, le parti - qui reprendra en septembre le nom de l'ancienne formation du Cavaliere, Forza Italia - risquerait fort de retourner au néant.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Le départ inattendu de Luc Oursel, pour  des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre ne sont, officiellement, que temporaires...[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers