Extension Factory Builder
13/08/2013 à 17:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Marina Berlusconi préside le holdin familial, Fininvest, depuis 2005. Marina Berlusconi préside le holdin familial, Fininvest, depuis 2005. © Mauro Scrobogna/AP/Sipa

Beaucoup, en Italie, souhaitent voir Marina Berlusconi, la fille aînée du Cavaliere, lui succéder à la tête de son parti, le Peuple de la liberté (PDL). Problème : la politique ne l'attire guère.

Dans les rangs du Peuple de la liberté (PDL), nombre de ténors ne cachent plus leur engouement pour une succession héréditaire au sein du parti depuis que son fondateur, Silvio Berlusconi, a été définitivement condamné à un an de prison pour fraude fiscale, tout en risquant cinq ans d'inéligibilité (peine qui doit être examinée en appel). L'heureuse élue pressentie pour succéder à l'ancien président du Conseil italien, Marina Berlusconi, 47 ans, est sa fille aînée - et, dit-on, sa favorite.

Née du premier mariage du "Cavaliere", elle est entrée à 25 ans dans le holding familial, Fininvest, dont elle a pris les rênes en 2005. Elle préside aussi le groupe de presse et d'édition Mondadori et siège aux conseils d'administration de Mediaset et de Mediobanca. Décrite comme une bête de travail et une négociatrice coriace, celle que l'on surnomme la tsarina ou la princesse de fer figure régulièrement, depuis 2007, dans le classement des femmes (ou des femmes d'affaires) les plus influentes du monde établi par le magazine Forbes.

Le "Cavaliere" lui-même serait favorable à ce qu'elle prenne sa relève

Problème : cette mère de deux enfants mariée à un ancien danseur étoile de la Scala de Milan goûte peu la notoriété... et la politique. Fin 2012, son prénom avait déjà circulé avec insistance. "C'est une hypothèse qui n'a aucun fondement", avait-elle répliqué, contestant que le leadership au sein d'un parti puisse se transmettre par héritage. Mais depuis la condamnation de son père, les responsables du PDL tentent de convaincre Marina d'assurer la relève. Silvio Berlusconi lui-même y serait favorable, tout en craignant que cela ne la place à son tour dans le collimateur de la justice. Reste que, selon le politologue Giovanni Orsina, sans un(e) Berlusconi à sa tête, le parti - qui reprendra en septembre le nom de l'ancienne formation du Cavaliere, Forza Italia - risquerait fort de retourner au néant.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

États-Unis : retour sur les destins brisés de neuf citoyens africains-américains

États-Unis : retour sur les destins brisés de neuf citoyens africains-américains

Depuis le meurtre de Michael Brown, le 9 août dernier à Ferguson, les États-Unis vivent une nouvelle fois au rythme des tensions raciales. Une situation que le pays a connue à de multiples reprises dep[...]

Isis, la lingerie britannique du même nom que l'État islamique

La chaîne britannique de dessous érotiques Ann Summers vient de lancer une collection de lingerie fine nommée Isis, l’acronyme en anglais de l’État islamique. La porte-parole de la marque a[...]

France : premier Conseil des ministres pour le gouvernement "Valls II"

Le gouvernement "Valls II" se réunit ce mercredi pour son premier Conseil des ministres, purgé de l'aile gauche du PS pour assumer la "ligne" sociale-libérale voulue par un[...]

Ebola : British Airways suspend ses vols vers le Liberia et la Sierra Leone jusqu'en décembre

British Airways a annoncé mardi maintenir la suspension de ses vols à destination et depuis le Liberia et la Sierra Leone jusqu'à la fin de 2014. La compagnie aérienne a pris cette décision en[...]

Barack Obama souhaite intensifier la lutte contre le jihadisme en Syrie

Les États-Unis ont décidé d’intensifier leur lutte contre les islamistes ultraradicaux en Syrie. Si le président américain Barack Obama n’a pas encore pris de décision[...]

Ukraine : Washington dénonce une "escalade significative"

Les "incursions militaires" de la Russie en Ukraine constituent une "escalade significative", a affirmé la Maison Blanche lundi soir après que Kiev a annoncé la capture de soldats russes[...]

Ebola : "La lutte pour vaincre le virus n'est pas une bataille, mais une guerre"

Selon le Dr David Nabarro, coordinateur de l'ONU contre l'épidémie Ebola qui sévit en Afrique de l'Ouest, la "guerre" contre le virus n'est "pas gagnée" et pourrait prendre six[...]

Syrie : libération d'un otage américain enlevé il y a deux ans par Al-Qaïda

Le secrétaire d’État américain John Kerry a annoncé dimanche la libération de Peter Theo Curtis, un ressortissant américain enlevé il y a deux ans par la branche[...]

Contre Ebola, douche froide et buzz viral

Le "Ice Bucket Challenge" fait rage sur la planète. Des personnalités de toutes sphères se prêtent à ce défi du seau glacé. L’Afrique, elle, navigue entre suivisme et[...]

États-Unis : ville noire, pouvoir blanc

Des émeutes de Watts en 1965 à celles de Ferguson, le cercle vicieux se perpétue : bavure, colère, répression, le tout sur fond d'inégalités. Rien n'aurait donc[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex