Extension Factory Builder
13/08/2013 à 17:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 6 août, à son arrivée au siège du Front populaire ivoirien (FPI), à Abidjan. Le 6 août, à son arrivée au siège du Front populaire ivoirien (FPI), à Abidjan. © Sia Kambou/AFP

Arrêté en avril 2011, Michel Gbagbo, fils de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, vient d'être mis en liberté provisoire avec treize autres proches de son père.

Il a remercié sa famille, ses soutiens et, plus surprenant, le gouvernement et ses geôliers. "Mon coeur est clair et sans haine", a déclaré Michel Gbagbo, 43 ans, en liberté provisoire depuis le 6 août. Syndrome de Stockholm ? Le fils de Laurent Gbagbo souhaite plus vraisemblablement faciliter l'élargissement des nombreux "gbagbistes" encore sous les verrous. Car ses deux ans de prison n'ont pas été de tout repos, même s'il avait été transféré depuis quelques mois à la Polyclinique internationale Sainte-Marie (Pisam), à Abidjan, pour des soins. Molesté lors de son arrestation, le 11 avril 2011, il a été incarcéré à Bouna (Nord), sous la surveillance de Morou Ouattara, un ex-rebelle devenu l'un des commandants des forces spéciales. Ses gardiens l'ont insulté, exhibé comme une bête de foire devant leurs petites amies, contraint à faire des pompes face aux caméras...

>> Lire aussi : Michel Gbagbo porte plainte en France contre Soro et les comzones

S'appeler Gbagbo, avait-il plaisanté en 2010 dans une interview au journal satirique Gbitch, est à double tranchant. Son patronyme lui a ouvert des portes durant la décennie (2000-2010) que son père a passée au pouvoir. Mais Michel n'a jamais flambé, contrairement aux "refondateurs" (les partisans du président) de l'époque. S'il avait troqué sa Peugeot 205 pour une 307 de fonction, il vivait toujours dans sa petite maison de Cocody (à Abidjan), avec sa femme Viviane, ivoirienne, et leurs trois enfants. Visage poupon, look d'étudiant, il était apprécié de ses élèves de l'université de Cocody, où il dispensait des cours de psychologie. À ses heures, il écrivait de la poésie (Confidences, paru en 2006), des nouvelles ou des essais (Côte d'Ivoire, un air de changement, 2006, ou Problématique de la réintégration sociale des personnes ayant souffert de maladie mentale, 2010).

Mais l'histoire de sa vie est aussi jalonnée de blessures. Il n'a qu'un an et demi, en 1971, quand il est arraché à son père. Opposant d'Houphouët-Boigny, Laurent Gbagbo vient d'être incarcéré au camp militaire d'Akouédo et sa première épouse, la Française Jacqueline Chamois, est expulsée avec Michel. Motif ? Elle serait une dangereuse communiste. L'enfant va grandir à Lyon pendant trois ans. Puis fera des allers-retours entre les deux pays jusqu'à sa majorité, trimbalé d'une culture à l'autre, changeant d'établissement scolaire à maintes reprises.

Le choix entre l'expulsation et l'incarcération

En 1990, il obtient son bac au Lycée technique d'Abidjan. Curieusement, son nom disparaît des fichiers... mais il parvient à s'inscrire à la fac avec son passeport français. Le 18 février 1992, son père et sa belle-mère, Simone Gbagbo, sont arrêtés à la suite d'une marche de protestation après une descente policière musclée à la résidence universitaire de Yopougon. Michel, qui milite alors au sein de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci), vient leur rendre visite au camp de gendarmerie d'Agban. On lui donne alors le choix entre l'expulsion et l'incarcération. Il choisit la prison et met six mois à en sortir.

"J'aimerais reprendre mes cours, mais je vais d'abord me reconstruire", déclare-t-il aujourd'hui. Visé par onze chefs d'accusation (dont atteinte à la défense nationale et xénophobie), il pourrait être convoqué devant la cour d'assises d'ici à la fin de l'année, "s'il y a bien un procès", tempère son avocate, Me Habiba Touré. "Le dossier d'instruction est vide, il n'existe aucune preuve à charge. Cette libération a bien montré qu'il s'agissait d'une incarcération politique."

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : la commission électorale, cocktail explosif

Côte d'Ivoire : la commission électorale, cocktail explosif

L'accord sur la composition de la commission électorale ivoirienne, signé le 11 août entre les partis, est fondamental pour la tenue de la prochaine présidentielle en 2015. S'il s'effrite, les dém[...]

Côte d'Ivoire : l'ombre de gbagbo

Laurent Gbagbo sera bien jugé à la Cour pénale internationale (CPI). C'est officiel depuis le 12 juin, date à laquelle les juges ont confirmé les quatre charges de crimes contre[...]

Ebola : la Côte d'Ivoire annonce l'ouverture de couloirs humanitaires avec la Guinée et le Liberia

La Côte d’Ivoire, épargnée par l'épidémie d'Ebola, a annoncé lundi soir l’ouverture de couloirs humanitaires avec la Guinée et le Liberia. Ses frontières avec ces[...]

Côte d'Ivoire : le siège du FPI attaqué et vandalisé par des jeunes

Un groupe d'une vingtaine de jeunes a saccagé lundi à Abidjan le siège du Front populaire ivoirien (FPI), de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo. Plusieurs membres du parti ont été[...]

Côte d'Ivoire - Christian Bouquet : "Certains n'ont pas tiré de leçons du passé"

Selon Christian Bouquet, spécialiste français de la Côte d'Ivoire et auteur du "Désespoir de Kourouma", des symptômes inquiétants pour la démocratie subsistent.[...]

Côte d'Ivoire : présidentielle 2015, les lièvres et la tortue

Alors que la présidentielle de 2015 se dessine, les grands leaders politiques s'apprêtent à se lancer dans la course. Alassane Ouattara, déjà candidat, préfère, lui, rester[...]

Côte d'Ivoire : le FPI se déchire au sujet de la commission électorale

Le parti de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo se déchire sur sa participation à la nouvelle commission électorale, chargée d'organiser la cruciale présidentielle de 2015. Pour les[...]

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Pour le président ivoirien Alassane Ouattara, qui savourait fin août ses derniers jours de vacances à Mougins, dans le sud de la France, la rentrée s'annonce chargée avec un voyage en[...]

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex