Extension Factory Builder
06/08/2013 à 17:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des membres de la Fomac patrouillant à Bangui. Des membres de la Fomac patrouillant à Bangui. © AFP

Un nouveau groupe armé d'opposants centrafricains - issus de la rébellion Séléka au pouvoir - a établi sa base en territoire sud-soudanais. Il serait dirigé par l'ex-ministre de l'Éducation, Lala Bevarrah.

Si l'ex-président François Bozizé dément s'être rendu à Djouba, dans le Soudan du Sud, pour y installer une base arrière  - selon son entourage, il a simplement envisagé cette hypothèse -, un nouveau groupe armé d'opposants centrafricains est lui bien présent en territoire sud-soudanais, à la frontière avec la Centrafrique. Selon des sources concordantes, ce mouvement est dirigé par l'ex-ministre de l'Éducation Lala Bevarrah, qui fut un proche de Charles Massi, chef rebelle disparu en 2010. Lala Bevarrah a de qui tenir : il est le frère cadet de Rodolphe Idi Lala, qui mena une lutte armée contre le régime de David Dacko au début des années 1980. Autre cause de soucis pour le président autoproclamé Michel Djotodia : le cas du "général" Mohamed Dhaffane, l'un des leaders de la Séléka, emprisonné au camp de Roux à Bangui à la suite d'un règlement de comptes entre ex-rebelles. Ses fidèles, qui ont repris le maquis, menacent de se rallier à... Bozizé, qu'ils ont pourtant contribué à chasser du pouvoir il y a moins de cinq mois.

>> À lire : "Crise en Centrafrique : Hollande s´inquiète, le Quai s'agite"

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : les groupes armés s'engagent à libérer leurs enfants-soldats

Centrafrique : les groupes armés s'engagent à libérer leurs enfants-soldats

En marge du Forum de Bangui, huit groupes rebelles centrafricains ont signé mardi un accord avec le pouvoir au sujet de la libération des enfants-soldats enrolés de force dans leurs troupes. Un pas important v[...]

Centrafrique : à quoi sert le forum de Bangui ?

Après plusieurs reports, le forum de Bangui s'est finalement ouvert lundi dans l'enceinte de l'Assemblée nationale. Ces assises de la réconciliation, qui se dérouleront toute la semaine, constituent[...]

Viols d'enfants en Centrafrique : si un soldat est coupable, il doit se dénoncer, affirme Le Drian

Si un soldat français s'est rendu coupable de viol sur un enfant lors de la mission Sangaris en Centrafrique, il doit "se dénoncer immédiatement", a estimé le ministre français de la[...]

Viols d'enfants en Centrafrique : l'ONU nie avoir voulu étouffer l'affaire

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme a jugé vendredi "offensant" d'être accusé d'avoir étouffé les accusations d'abus sexuels sur des enfants par des soldats[...]

Viols sur mineurs en Centrafrique : un scandale potentiellement dévastateur pour la France

L'armée française, habituée aux interventions en Afrique, fait face à un scandale aux effets potentiellement dévastateurs à la suite d'accusations d'enfants selon lesquels des soldats[...]

Centrafrique : des soldats tchadiens et équato-guinéens aussi accusés de viols sur mineurs

Après 14 soldats français de la force Sangaris, d'autres militaires étrangers en Centrafrique - des Tchadiens et des Équato-Guinéens - sont également accusés d'abus sexuels sur[...]

Viols sur mineurs en Centrafrique : 14 militaires français de Sangaris mis en cause

Selon une source judiciaire française, 14 soldats français sont mis en cause pour viols présumés d'enfants en Centrafrique. Mais seul une petite partie d'entre eux ont été[...]

Centrafrique : que sait-on de l'affaire des viols présumés d'enfants par des soldats français ?

Le quotidien britannique "The Guardian", a révélé mercredi une affaire de viols présumés d’enfants en Centrafrique, en 2014, par des militaires français de[...]

Centrafrique : Patassé Jr cherche soutiens

Peut-être que le forum de Bangui, qui aura lieu du 4 au 12 mai, en décidera autrement, mais, pour l'heure, la tenue de la présidentielle centrafricaine est toujours prévue d'ici au mois[...]

Centrafrique : fin de cavale à Kinshasa pour Vomitiadé, l'ancien ministre du Tourisme

Condamné le 8 avril à deux ans de prison ferme pour viol sur mineure, l'ex-ministre centrafricain du Tourisme, Romaric Vomitiadé, est aujourd'hui en garde à vue à Kinshasa après[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2744p006.xml5 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2744p006.xml5 from 172.16.0.100