Extension Factory Builder
16/08/2013 à 16:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La réhabilitation de l'établissement coûterait 700 millions de F CFA. La réhabilitation de l'établissement coûterait 700 millions de F CFA. © Romain Laurendeau

Créée sous l´égide de Léopold Sédar Senghor, la maison d´éducation pour filles Mariama-Bâ tombe en décrépitude... Mais, étonnamment, le niveau d´excellence se maintient.

Elles seront femmes politiques, ingénieures, chefs d´entreprise, médecins ou juristes. Certaines passeront par les plus grandes écoles étrangères, comme l´Ivy League aux États-Unis ou Sciences-Po Paris en France, afin de parfaire leur formation. Elles marcheront probablement sur les traces de la députée Aminata Diallo Thior, chef de cabinet du maire de Dakar, de Mariam Selly Kane, directrice de la Sn2 (deuxième chaîne de télévision de la RTS), de l´écrivaine Sokhna Benga ou du Dr Amy Ndao Fall, directrice du développement du laboratoire Sanofi Afrique de l´Ouest et présidente de l´Association des femmes médecins du Sénégal. Leur point commun ? Elles ont fait leur scolarité, de la sixième au baccalauréat, à l´école Mariama-Bâ, sur l´île de Gorée.

L´école existe depuis près de trente-six ans. D´abord appelée Maison d´éducation de l´Ordre national du Lion et située au Cap Manuel à Dakar, elle est réservée, à l´époque, aux filles de personnalités décorées de cette distinction - équivalente à la Légion d´honneur en France. En 1984, Abou Diouf, le successeur du président Senghor, décide de délocaliser l´école sur l´île de Gorée et d´ouvrir l´internat aux 25 meilleures élèves du concours d´entrée, quels que soient leur niveau social et leur région d´origine. L´établissement, dont les droits d´inscription ne sont que de 10 000 F CFA (15 euros) par an, est alors baptisé Maison d´éducation de Gorée, avant de prendre le nom de Maison d´éducation Mariama-Bâ.

Mais voilà le hic. À l´image de la plupart des bâtiments de l´île, connue pour sa Maison des esclaves, l´école tombe en décrépitude. Murs fissurés, installations électriques détériorées, salles de classe vétustes, cages d´escalier jonchées de blocs de béton, plafonds éventrés... Des dégâts qui posent des problèmes de sécurité et qui s´ajoutent aux risques liés à l´érosion marine des côtes de l´île. « Le budget alloué par l´État, de 65,4 millions de F CFA - inchangé depuis dix ans -, ne suffit pas à financer les rénovations », souligne Catherine Sarr, la directrice, en fonction depuis 2009. Le délabrement de l´établissement est dans tous les esprits. Seules les 201 élèves semblent y être hermétiques. Elles déambulent tranquillement au milieu des gravats, en robe bleu indigo sur chemisier blanc. « Quand il y a un problème, on trouve toujours une solution », explique Siga, qui, du haut de ses 17 ans, aspire à devenir « une architecte visionnaire ».

>> Lire aussi notre dossier : Afrique : très chères études

Des coûts de rénovation exorbitants

Du côté du ministère de l´Éducation, Abdoulaziz Awo, le directeur chargé des constructions scolaires, affirme que le coût de la réhabilitation de l´établissement est exorbitant : 700 millions de F CFA. « Sans compter que l´école est un site classé au patrimoine de l´Unesco, justifie-t-il. Il est impossible de détruire pour reconstruire, ce qui coûterait moins cher. Réhabiliter, oui, mais à quel prix ? » En attendant une décision du ministère, quelques organismes ont déjà apporté leur soutien : toilettes et cuisines ont pu être rénovées grâce aux dons de diverses associations.

« En décembre 2009, Abdoulaye Wade est venu lui-même annoncer que l´école serait rénovée, mais rien n´a été fait », regrette Catherine Sarr. Au lieu de cela, l´ex-président du Sénégal avait finalement annoncé sa délocalisation à Diourbel. Les bâtiments actuels auraient été transformés en hôtel... Un projet avorté et contre lequel plusieurs voix s´étaient élevées. Parmi elles, l´amicale des anciennes élèves de l´établissement, qui veille à améliorer le quotidien des étudiantes. « On se demande vraiment comment elles font pour maintenir leurs résultats dans ces conditions », s´interroge la présidente Fatou Bintou Mbaye, juriste de formation. L´an dernier, 100 % des élèves ont obtenu leur baccalauréat.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Raout diplomatique à l'Élysée

Article pr�c�dent :
À quoi sert l'Airbus de Bouteflika ?

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Pourquoi le Sénégal envoie-t-il plus de 2 000 soldats auprès de l'Arabie saoudite ?

Pourquoi le Sénégal envoie-t-il plus de 2 000 soldats auprès de l'Arabie saoudite ?

Le Sénégal va envoyer 2 100 soldats en Arabie saoudite pour rejoindre la coalition internationale formée par Riyad. L'annonce, faite lundi, est loin de faire l'unanimité dans le pays.[...]

Sénégal : réduction du mandat présidentiel, le casse-tête de Macky Sall

C'est une promesse de campagne qui pourrait bien empoisonner la vie de Macky Sall. Il est au pouvoir depuis trois ans, mais le septennat n'est toujours pas devenu quinquennat, et l'on dispute encore à Dakar des [...]

Qui redoute encore l'arrivée de Dangote ?

Avec plusieurs années de retard, le conglomérat nigérian inaugure enfin deux cimenteries, au Sénégal et au Cameroun. Mais la guerre des prix n'aura pas lieu...[...]

Littérature : le Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr remporte le prix Kourouma pour "Terre Ceinte"

Déjà salué pour sa nouvelle "La Cale", le jeune Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr a remporté vendredi le prix Kourouma avec son premier roman, "Terre Ceinte".[...]

Sénégal : nouveau revers pour l'instruction dans l'affaire Sudatel

L'instruction pour détournement de fonds ouverte par la justice sénégalaise dans le cadre de la cession de la troisième licence de téléphonie mobile au groupe soudanais Sudatel a subi un[...]

Sénégal : Pefaco prépare une razzia sur les casinos

Le groupe espagnol Pefaco s'apprête à racheter au groupe sénégalais Anfa ses deux casinos à Dakar, a appris "Jeune Afrique".[...]

Prolifération des sacs plastiques en Afrique de l'Ouest : faut-il les interdire ?

Le Sénégal vient d'interdire les sacs plastiques fins sur son territoire. Le pays suit la voie de plusieurs de ses voisins en Afrique de l’Ouest qui ont déjà choisi, depuis quelques[...]

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par[...]

Souleymane Jules Diop : "L'Europe ne peut pas faire payer aux Africains les conséquences du chaos libyen !"

Depuis le début de l'année 2015, plus de 1 750 migrants ont trouvé la mort en Méditerranée, dont de nombreux ressortissants du Sénégal. Une tragédie dans laquelle l'Europe[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2743p038.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2743p038.xml0 from 172.16.0.100