Extension Factory Builder
15/08/2013 à 11:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Boni Yayi (à g.) et Léhady Soglo étaient alliés depuis 2011. Boni Yayi (à g.) et Léhady Soglo étaient alliés depuis 2011. © Vincent Fournier pour J.A. et Agnancaja/Apanews

Boni Yayi et Léhady Soglo s'étaient alliés au lendemain de l'élection présidentielle de 2011. Aujourd'hui, rien ne va plus entre eux et leurs proches. Objet de la discorde : le projet de révision constitutionnelle.

La lune de miel entre Thomas Boni Yayi, le chef de l´État, et Léhady Soglo, le leader du parti Renaissance du Bénin (RB), a fait long feu. Souvenez-vous : au lendemain de la présidentielle de 2011, le premier avait obtenu un rapprochement avec la RB - membre de L´Union fait la nation (UN), la coalition d´opposition du second. Un accord était conclu : en échange de la nomination d´un ministre issu de la RB, le parti de Léhady acceptait de mettre à la disposition de Yayi ses neuf députés afin de lui donner une majorité au Parlement. Mais depuis ces dernières semaines, les tensions sont perceptibles : ne supportant plus le silence de la RB sur le dossier brûlant de la révision de la Constitution, des membres de la famille présidentielle ont sonné la charge.

Dénoncé par les proches du président

Ainsi, le 14 juillet, alors qu´il plantait des arbres avec Boni Yayi à Abomey-Calavi (banlieue nord de Cotonou) dans le cadre du projet « 9 millions d´âmes, 9 millions d´arbres », Marcel de Souza, ministre du Développement, tirait le premier, qualifiant de « calamiteuse et hasardeuse » la gestion des Soglo à la mairie de Cotonou. Nicéphore, ancien président de la République, en est le maire, tandis que Lehady, son fils, est son premier adjoint. Le 20 juillet, Parfait Houangni, un député transfuge de la RB, crée son parti dans la région d´Abomey, fief des Soglo, arguant vouloir être plus proche des aspirations du président Boni Yayi. « Nous acceptons de l´accompagner dans sa volonté de réviser la Constitution pour le bonheur des Béninois. »

Boni Yayi est-­il à la manoeuvre ? Il n´en est rien, assure-­t­-il à Léhady Soglo, le 23 juillet, lors d´une réunion avec son bureau politique. Pourtant, le lendemain, Blaise Ahanhanzo ­Glèlè, seul ministre de la RB au gouvernement (mis en examen dans le scandale de corruption de la construction du siège du Parlement à Porto­-Novo) déclare, lors d´un meeting à Abomey, être favorable à la révision constitutionnelle... Un camouflet de plus pour Léhady. « Comment interpréter le silence du président de la RB sur la révision de la Constitution ? » s´agace un conseiller du chef de l´État, qui prévient : « S´il ne s´exprime pas clairement, nous pourrions barrer la route de la mairie de Cotonou à la famille Soglo » lors des prochaines élections municipales (prévues à la fin de l´année) en présentant des candidats membres de la majorité présidentielle.

Du côté de la RB, on prépare la riposte. Selon des sources proches du parti, des membres du bureau politique préparent pour la mi­-août une déclaration visant à obliger Léhady à prendre une position officielle contre la révision et à prononcer de ce fait son retrait de la mouvance présidentielle.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Bénin

Bénin : l'opposant Adrien Houngbedji, nouveau président de l'Assemblée nationale

Bénin : l'opposant Adrien Houngbedji, nouveau président de l'Assemblée nationale

Adrien Houngbedji, principal adversaire du chef de l'État Thomas Boni Yayi à la dernière présidentielle, a été élu mercredi président de l'Assemblée nationale du B&e[...]

Corruption au Bénin : quand Rosine Soglo sort l'artillerie lourde

L’investiture des députés de la septième législature s’est déroulée samedi au siège du Parlement béninois, à Porto-Novo, capitale officielle du pays.[...]

Rien n'arrête la locomotive Bolloré

Deux ans après avoir raflé le deuxième terminal à conteneurs du port d'Abidjan, le groupe français double la concurrence et décroche le futur chemin de fer reliant Lomé[...]

Bénin : le parti du président Boni Yayi en tête des législatives, mais pas majoritaire

Avec 33 sièges sur 83, les Forces cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) ont remporté les élections législatives au Bénin, sans atteindre la majorité absolue. Les deux principaux[...]

Bénin : le parti du président Boni Yayi en tête des législatives

Au Bénin, le parti du président Thomas Boni Yayi a remporté les élections législatives, avec 32 sièges sur 83, mais n'a pas obtenu de majorité absolue, selon les premiers[...]

Les bureaux de vote ont ouvert pour les législatives au Bénin

Les bureaux de vote au Bénin ont ouvert dimanche pour les élections législatives considérées comme un "galop d'essai" en vue de la présidentielle de 2016. Près de 4,4[...]

Soglo, Yayi, Kérékou : les "fils de" briguent le suffrage universel au Bénin

Le 26 avril, les électeurs choisiront leurs députés. Parmi les candidats, les fils de trois hommes qui se sont retrouvés à la tête du pays. Une situation inédite qui[...]

Bénin : pourquoi les législatives du 26 avril sont cruciales

La campagne pour les élections législatives au Bénin bat son plein. Dimanche, près de 4,4 millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour choisir les 83 députés qui[...]

Dossier Bénin : l'enfant terrible

Politique, société, économie, religion... "Jeune Afrique" dresse un portrait du Bénin d'aujourd'hui.[...]

Bénin : églises charismatiques, la multiplication des petits saints

Berceau du vaudou et fief catholique, le pays est souvent cité en exemple en matière de syncrétisme. Mais les mouvements charismatiques aux pratiques douteuses prolifèrent, au point qu'on ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers