Extension Factory Builder
02/08/2013 à 16:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La chanteuse native du Cap, Sibongile Mbambo, signe des textes volontiers mélancoliques. La chanteuse native du Cap, Sibongile Mbambo, signe des textes volontiers mélancoliques. © Patrick Gherdoussi

D´origine sud-africaine, Sibongile Mbambo, alias Bongi, a redécouvert la musique de son pays natal... à Marseille, sa ville d´adoption. Elle défend aujourd´hui des compositions métisses.

Lorsqu´elle s´avance, sur scène, on remarque d´abord de petits points blancs qui prolongent son regard, une coquetterie qui rappelle le maquillage de son ethnie sud­-africaine, les Xhosas. Et puis il y a sa coiffure, déclinée en tresses ou chignons, selon l´humeur, évoquant aussi bien la mode africaine que chinoise. Une chanson plus loin, elle virevolte, exécutant quelques pas de danse zouloue dans une robe façonnée par une créatrice marseillaise. Du haut de ses 34 printemps, Sibongile Mbambo est un concentré d´influences éclectiques et électriques, qui donne des ailes jazz à la musique traditionnelle sud-africaine.

« Lorsque je suis arrivée à Marseille, je ne pensais pas devenir chanteuse professionnelle », explique-t-elle aujourd´hui, dans un français un peu hésitant. Cette enfant du Cap qui a grandi sous l´apartheid se souvient pourtant d´une jeunesse immergée dans la musique. En tant que choriste, surtout, elle chante du reggae et du jazz, reprend Miriam Makeba ou Billie Holiday. « Au Cap, la musique et la danse xhosas étaient partout dans les rues lors des fêtes, mais aussi lors des mariages, des enterrements... j´ai grandi avec, mais je ne m´y intéressais pas vraiment. » C´est la pop américaine, diffusée en boucle à la radio, qu´elle fredonne alors spontanément. Paradoxalement, ce n´est qu´après son installation définitive en France, dans la capitale phocéenne, à partir de 2001, qu´elle redécouvre ses racines, épaulée par la chanteuse Madosini, grande dame de la musique traditionnelle xhosa. Après avoir multiplié les projets (Ilanga, un groupe d´afro-soul, ou une collaboration avec le slameur d´origine comorienne Ahamada Smis), Sibongile Mbambo se sent mûre pour une aventure plus personnelle.

Ce qui surprend d´abord les non-­initiés, dans son chant grave, ce sont les claquements de langue caractéristiques de la langue xhosa, qui font exploser les consonnes et rythment les mélodies. Percutante, Sibongile, alias Bongi, utilise aussi une « Bongi-box », une simple poubelle en plastique (qui vient du Cap !) sur laquelle elle s´assoit et joue avec des mailloches (sortes de baguettes à bouts ronds). Elle s´accompagne aussi à l´udu, un instrument à percussion en forme de vase, et en frappant dans ses mains. Ses textes, volontiers mélancoliques, évoquent l´amour, la mort, les fantômes ou la nostalgie du pays. « There is no place like home », murmure cette déracinée qui rêve d´Afrique du Sud quand elle est en France... et se languit de Marseille lorsqu´elle visite sa famille restée au Cap.

Frédéric Salles, à la guitare, reproduit les polyrythmies des musiques traditionnelles xhosas

Sur scène, elle invite à un véritable voyage musical, solidement encadrée par trois excellents « stewards » français. À la guitare acoustique, Frédéric Salles reproduit avec ses six cordes les polyrythmies des arcs musicaux traditionnels xhosas (qui accompagnent par exemple Madosini), qui font entendre à la fois des notes basses et des mélodies avec les harmoniques aigus. Aux flûtes, saxophone et chant diphonique (produisant là aussi plusieurs sons en même temps), Lamine Diagne livre des solos jazz habités et planants. Dimitri Reverchon, aux percussions, complète cette mosaïque d´influences en mêlant aux rythmes apportés par Sibongile des sons venus aussi bien d´Europe que d´Afrique de l´Ouest (comme la calebasse).

Ce cocktail coloré, épicé, complexe, vous pourrez le déguster en concert au festival Bastid´Art, à Miramont-de-Guyenne (Lot-et-Garonne), le 4 août, et au festival Monte le son, à Paris, le 22 novembre. Un album est également prévu pour le début de 2014 chez Colombe Records.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des 'Spy Cables' ?

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Afrique du Sud : au moins sept "non-Blancs" dans la sélection du Mondial de rugby

La fédération sud-africaine de rugby a annoncé un plan de transformation stratégique. Objectif : intégrer davantage les Noirs dans les équipes du sport national. Lors du Mondial 2015, les[...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

André Brink, conscience éclairée

De Cherchell (Algérie) à Vrede (Afrique du Sud), les lettres du continent sont en deuil. À quelques heures d'intervalle, en ce début février, deux des plus grands auteurs africains sont[...]

Grande-Bretagne : plus de 5 000 plaintes contre une publicité mettant en scène Oscar Pistorius

L'agence britannique de régulation de la publicité (ASA) a annonce vendredi avoir reçu 5 525 plaintes pour une affiche publicitaire mettant en scène l’athlète sud-africain Oscar Pistorus[...]

Jacob Zuma aux Blancs sud-africains : "Je n'ai jamais été raciste"

"L'Afrique du Sud appartient à tous ceux qui y habitent, Noirs comme Blancs", a lancé jeudi devant le Parlement le président Jacob Zuma.[...]

RDC : la justice sud-africaine relaxe Étienne Kabila

Arrêté depuis février 2013 pour une supposée tentative de renversement du pouvoir en place à Kinshasa, Étienne Kabila, qui se présente comme le fils aîné de[...]

Décès d'André Brink : aîné, tu peux dormir

André Brink, je l'évoquerai en cinq lieux, dans le désordre voulu.[...]

Afrique du Sud : ni étranger, ni très grand propriétaire, l'avenir des terres se précise

Une loi pour corriger les déséquilibres hérités de la colonisation et de l'apartheid en Afrique du Sud où les agriculteurs blancs cultivent toujours la majorité des terres, devrait[...]

Photographie : Pieter Hugo enfin chez lui

Connu pour ses photos de troubadours nigérians accompagnés de hyènes, l'artiste sud-africain expose à Paris une série d'images beaucoup plus intimes sur son pays natal.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2742p102.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2742p102.xml0 from 172.16.0.100