Extension Factory Builder
07/08/2013 à 14:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le mémorial de Gisozi, près de Kigali, le 6 février 2008. Le mémorial de Gisozi, près de Kigali, le 6 février 2008. © Wolfgang Kumm/AFP

La loi sur l´idéologie du génocide au Rwanda, qui a valu à plusieurs opposants et journalistes d´être inculpés, a été réformée le mercredi 31 juillet.

Trois ans après avoir pris l´engagement de réformer la loi controversée sur « l´idéologie du génocide », Kigali met un coup d´accélérateur. La Chambre des députés a approuvé, le 15 juillet, un nouveau texte de 13 articles brefs, qui se substituera au précédent. Validé au Sénat le 31 juillet, il sera bientôt promulgué et entrera donc en vigueur « avant la fin de cette législature » [fin août], selon Pascal Ruganintwali, secrétaire permanent du ministre de la Justice.

Votée en 2008, cette loi condamne tout propos remettant en cause le génocide tutsi de 1994 ou incitant à de nouveaux massacres. Elle était critiquée par les organisations de défense des droits de l´homme pour sa formulation vague et son utilisation fréquente à l´encontre de dissidents et de journalistes. L´opposante Victoire Ingabire, avait été inculpée notamment sur la base de cette loi, au moment de son retour au Rwanda alors qu´elle projetait de participer à l´élection présidentielle de 2010.

Une amélioration controversée

Pour l´ONG Human Rights Watch (HRW), qui pointe régulièrement du doigt le pays, cette nouvelle législation qui raccourcit les peines encourues (le maximum passe de vingt-cinq ans à neuf ans de prison) représente « une nette amélioration ». « La justice devra désormais prouver que les propos ont été prononcés intentionnellement et en public, indique Carina Tertsakian, responsable de la recherche sur le Rwanda pour HRW. Néanmoins, il reste des points inquiétants, comme l´acception très large du « lieu public », défini, selon le projet, comme « tout lieu accessible à plus d´une personne ». Pascal Ruganintwali assure, cependant, que cela n´inclura pas les domiciles privés. Un autre texte controversé, relatif au « sectarisme » devrait, lui aussi, être réformé. Une nouvelle mouture sera présentée au gouvernement dans les prochains jours.

Pour autant, il y a peu de risques que des nostalgiques du Hutu Power réapparaissent dans le débat public. Le 30 juin, le président Paul Kagamé a, au contraire, encouragé les proches de génocidaires (y compris leurs enfants) qui le souhaitent, à « s´excuser » pour soulager leur conscience. Une approche qui n´a pas reçu le soutien de Jean-Pierre Dunsinzemungu, président de l´association des rescapés du génocide Ibuka (« souviens-toi », en Kinyarwanda), pour qui l´on ne peut pas inciter tous les Hutus à demander pardon pour un crime que certains d´entre eux n´ont pas commis.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de transcen[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Génocide rwandais : Claude Muhayimana arrêté et écroué en France

Interpellé mercredi à son domicile à Rouen, le Franco-Rwandais Claude Muhayimana a été mis en examen et écroué, selon des sources judiciaires sur place. Il est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers