Extension Factory Builder
17/07/2013 à 14:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le patron du cinéma marocain, Noureddine Saïl. Le patron du cinéma marocain, Noureddine Saïl. © Bruno Levy

Ses mines de phosphate sont les plus importantes au monde... Mais la ville marocaine de Khouribga est aussi connue pour son festival du cinéma africain.

 La seizième édition du Festival du cinéma africain de Khouribga, qui s’est tenue du 22 au 29 juin, a été l’occasion pour les cinéphiles du continent de se retrouver pour faire le point sur la dernière actualité de la production locale. Créé en 1977 par une bande de passionnés, ce grand raout, désormais annuel, est présidé par Noureddine Saïl. Cet ancien professeur de philosophie – il a eu pour élève au lycée Moulay-Youssef un certain Abdelilah Benkirane, l’actuel chef du gouvernement – a d’abord été président de la Fédération nationale des ciné-clubs du Maroc en 1973, puis directeur des programmes de la TVM en 1984 et de Canal+ Horizons en 1990, avant de devenir directeur général de 2M en 2000 et directeur du Centre cinématographique marocain (CCM) depuis 2003.

Pour ce passionné de cinéma, le festival de Khouribga n’entre pas en compétition avec le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco). « En réalité, il n’y a que deux événements spécialisés sur l’Afrique dans tout le continent. Les Égyptiens s’y intéressent enfin, ce qui est un aveu tardif de leur conscience africaine. Et les Journées cinématographiques de Carthage ne sont pas à proprement parler dédiées au continent », tranche-t-‘il. Là où le Fespaco bénéficie du soutien de l’État burkinabè et de financements internationaux, Khouribga ne peut compter que sur un partenaire important : l’Office chérifien des phosphates (OCP). « Auparavant, Khouribga était la capitale mondiale des phosphates et… un désert culturel », se souvient Noureddine Saïl. Dans cette cité ouvrière façonnée par l’activité minière, les fondateurs ont voulu créer un espace de rencontres et d’échanges. « Cela faisait partie d’un cheminement esthétique, politique et militant », ajoute-t-‘il. Toute une époque. Dans l’équipe de départ, il y avait de vrais cinéphiles, comme Guy Hennebelle de la revue Cinémaction, Serge Daney et Serge Toubiana des Cahiers du cinéma.

Fine fleur de la scène africaine

La première édition, en 1977, se fait avec les moyens du bord. Profitant des vacances de printemps, les participants squattent l’internat du lycée de la ville. L’OCP met à disposition une salle de projection. Les festivaliers déjeunent au réfectoire des cadres. Le soir, de longues discussions mi-sérieuses mi-improvisées se prolongent jusqu’à l’aube. Cela deviendra une tradition : les débats de minuit. « Tous les participants étaient des passionnés. Et chacun y allait de sa petite cotisation. » La fine fleur de la scène africaine naissante est déjà là : Souleymane Cissé, Ababacar Samb Makharam. Il en est resté un esprit militant, une communauté. Pour monter la deuxième édition, il faudra cinq années, et encore autant pour la troisième.

Depuis que le festival est passé à une fréquence annuelle, au milieu des années 2000, il est moins évident d’arrêter la sélection des films qui concourent pour la compétition officielle et le Grand Prix Ousmane-Sembène. Mais Khouribga a le mérite d’offrir chaque année la dernière actualité, là où le Fespaco reste une biennale. « J’ai dit aux amis du Burkina qu’il serait plus stratégique de passer en rythme annuel, remarque le cinéphile. Mais le Fespaco a beaucoup grandi, en s’ouvrant à toutes les formes d’expression audiovisuelle. » En marge de la compétition, on parle aussi économie du secteur. Noureddine Saïl est convaincu de la nécessité, pour chaque pays, de développer son industrie locale. Pour lui, la stratégie marocaine tant vantée sur le continent est simple : un système d’avance sur recettes au niveau national et une garantie de la liberté d’écriture. Cela a permis un décollage de la production du royaume, qui est passée ainsi de 5 à 25 films par an. « On ne peut pas faire l’économie de l’échelon national. Regardez la cinématographie européenne, elle n’est que l’addition des productions française, italienne, allemande, etc. »

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2740p109.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2740p109.xml0 from 172.16.0.100