Extension Factory Builder
17/07/2013 à 14:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le patron du cinéma marocain, Noureddine Saïl. Le patron du cinéma marocain, Noureddine Saïl. © Bruno Levy

Ses mines de phosphate sont les plus importantes au monde... Mais la ville marocaine de Khouribga est aussi connue pour son festival du cinéma africain.

 La seizième édition du Festival du cinéma africain de Khouribga, qui s’est tenue du 22 au 29 juin, a été l’occasion pour les cinéphiles du continent de se retrouver pour faire le point sur la dernière actualité de la production locale. Créé en 1977 par une bande de passionnés, ce grand raout, désormais annuel, est présidé par Noureddine Saïl. Cet ancien professeur de philosophie – il a eu pour élève au lycée Moulay-Youssef un certain Abdelilah Benkirane, l’actuel chef du gouvernement – a d’abord été président de la Fédération nationale des ciné-clubs du Maroc en 1973, puis directeur des programmes de la TVM en 1984 et de Canal+ Horizons en 1990, avant de devenir directeur général de 2M en 2000 et directeur du Centre cinématographique marocain (CCM) depuis 2003.

Pour ce passionné de cinéma, le festival de Khouribga n’entre pas en compétition avec le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco). « En réalité, il n’y a que deux événements spécialisés sur l’Afrique dans tout le continent. Les Égyptiens s’y intéressent enfin, ce qui est un aveu tardif de leur conscience africaine. Et les Journées cinématographiques de Carthage ne sont pas à proprement parler dédiées au continent », tranche-t-‘il. Là où le Fespaco bénéficie du soutien de l’État burkinabè et de financements internationaux, Khouribga ne peut compter que sur un partenaire important : l’Office chérifien des phosphates (OCP). « Auparavant, Khouribga était la capitale mondiale des phosphates et… un désert culturel », se souvient Noureddine Saïl. Dans cette cité ouvrière façonnée par l’activité minière, les fondateurs ont voulu créer un espace de rencontres et d’échanges. « Cela faisait partie d’un cheminement esthétique, politique et militant », ajoute-t-‘il. Toute une époque. Dans l’équipe de départ, il y avait de vrais cinéphiles, comme Guy Hennebelle de la revue Cinémaction, Serge Daney et Serge Toubiana des Cahiers du cinéma.

Fine fleur de la scène africaine

La première édition, en 1977, se fait avec les moyens du bord. Profitant des vacances de printemps, les participants squattent l’internat du lycée de la ville. L’OCP met à disposition une salle de projection. Les festivaliers déjeunent au réfectoire des cadres. Le soir, de longues discussions mi-sérieuses mi-improvisées se prolongent jusqu’à l’aube. Cela deviendra une tradition : les débats de minuit. « Tous les participants étaient des passionnés. Et chacun y allait de sa petite cotisation. » La fine fleur de la scène africaine naissante est déjà là : Souleymane Cissé, Ababacar Samb Makharam. Il en est resté un esprit militant, une communauté. Pour monter la deuxième édition, il faudra cinq années, et encore autant pour la troisième.

Depuis que le festival est passé à une fréquence annuelle, au milieu des années 2000, il est moins évident d’arrêter la sélection des films qui concourent pour la compétition officielle et le Grand Prix Ousmane-Sembène. Mais Khouribga a le mérite d’offrir chaque année la dernière actualité, là où le Fespaco reste une biennale. « J’ai dit aux amis du Burkina qu’il serait plus stratégique de passer en rythme annuel, remarque le cinéphile. Mais le Fespaco a beaucoup grandi, en s’ouvrant à toutes les formes d’expression audiovisuelle. » En marge de la compétition, on parle aussi économie du secteur. Noureddine Saïl est convaincu de la nécessité, pour chaque pays, de développer son industrie locale. Pour lui, la stratégie marocaine tant vantée sur le continent est simple : un système d’avance sur recettes au niveau national et une garantie de la liberté d’écriture. Cela a permis un décollage de la production du royaume, qui est passée ainsi de 5 à 25 films par an. « On ne peut pas faire l’économie de l’échelon national. Regardez la cinématographie européenne, elle n’est que l’addition des productions française, italienne, allemande, etc. »

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des 'disparités sociales'

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des "disparités sociales"

Le roi du Maroc Mohammed VI a fêté mercredi ses 15 ans de règne. Dans son discours, il a appelé à une "pause introspective" et a commandé une étude au Conseil économ[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers