Extension Factory Builder
17/07/2013 à 14:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le patron du cinéma marocain, Noureddine Saïl. Le patron du cinéma marocain, Noureddine Saïl. © Bruno Levy

Ses mines de phosphate sont les plus importantes au monde... Mais la ville marocaine de Khouribga est aussi connue pour son festival du cinéma africain.

 La seizième édition du Festival du cinéma africain de Khouribga, qui s’est tenue du 22 au 29 juin, a été l’occasion pour les cinéphiles du continent de se retrouver pour faire le point sur la dernière actualité de la production locale. Créé en 1977 par une bande de passionnés, ce grand raout, désormais annuel, est présidé par Noureddine Saïl. Cet ancien professeur de philosophie – il a eu pour élève au lycée Moulay-Youssef un certain Abdelilah Benkirane, l’actuel chef du gouvernement – a d’abord été président de la Fédération nationale des ciné-clubs du Maroc en 1973, puis directeur des programmes de la TVM en 1984 et de Canal+ Horizons en 1990, avant de devenir directeur général de 2M en 2000 et directeur du Centre cinématographique marocain (CCM) depuis 2003.

Pour ce passionné de cinéma, le festival de Khouribga n’entre pas en compétition avec le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco). « En réalité, il n’y a que deux événements spécialisés sur l’Afrique dans tout le continent. Les Égyptiens s’y intéressent enfin, ce qui est un aveu tardif de leur conscience africaine. Et les Journées cinématographiques de Carthage ne sont pas à proprement parler dédiées au continent », tranche-t-‘il. Là où le Fespaco bénéficie du soutien de l’État burkinabè et de financements internationaux, Khouribga ne peut compter que sur un partenaire important : l’Office chérifien des phosphates (OCP). « Auparavant, Khouribga était la capitale mondiale des phosphates et… un désert culturel », se souvient Noureddine Saïl. Dans cette cité ouvrière façonnée par l’activité minière, les fondateurs ont voulu créer un espace de rencontres et d’échanges. « Cela faisait partie d’un cheminement esthétique, politique et militant », ajoute-t-‘il. Toute une époque. Dans l’équipe de départ, il y avait de vrais cinéphiles, comme Guy Hennebelle de la revue Cinémaction, Serge Daney et Serge Toubiana des Cahiers du cinéma.

Fine fleur de la scène africaine

La première édition, en 1977, se fait avec les moyens du bord. Profitant des vacances de printemps, les participants squattent l’internat du lycée de la ville. L’OCP met à disposition une salle de projection. Les festivaliers déjeunent au réfectoire des cadres. Le soir, de longues discussions mi-sérieuses mi-improvisées se prolongent jusqu’à l’aube. Cela deviendra une tradition : les débats de minuit. « Tous les participants étaient des passionnés. Et chacun y allait de sa petite cotisation. » La fine fleur de la scène africaine naissante est déjà là : Souleymane Cissé, Ababacar Samb Makharam. Il en est resté un esprit militant, une communauté. Pour monter la deuxième édition, il faudra cinq années, et encore autant pour la troisième.

Depuis que le festival est passé à une fréquence annuelle, au milieu des années 2000, il est moins évident d’arrêter la sélection des films qui concourent pour la compétition officielle et le Grand Prix Ousmane-Sembène. Mais Khouribga a le mérite d’offrir chaque année la dernière actualité, là où le Fespaco reste une biennale. « J’ai dit aux amis du Burkina qu’il serait plus stratégique de passer en rythme annuel, remarque le cinéphile. Mais le Fespaco a beaucoup grandi, en s’ouvrant à toutes les formes d’expression audiovisuelle. » En marge de la compétition, on parle aussi économie du secteur. Noureddine Saïl est convaincu de la nécessité, pour chaque pays, de développer son industrie locale. Pour lui, la stratégie marocaine tant vantée sur le continent est simple : un système d’avance sur recettes au niveau national et une garantie de la liberté d’écriture. Cela a permis un décollage de la production du royaume, qui est passée ainsi de 5 à 25 films par an. « On ne peut pas faire l’économie de l’échelon national. Regardez la cinématographie européenne, elle n’est que l’addition des productions française, italienne, allemande, etc. »

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc a confirmé à "Jeune Afrique" avoir envoyé plusieurs F-16 avec leurs pilotes lutter contre l'État islamique en Irak.[...]

Tunisie - Cinéma : la guerre de l'Étoile

Parmi les quinze longs-métrages en compétition au Festival international du film de Marrakech, plusieurs belles surprises. Comme "L'Orchestre des aveugles", de Mohamed Mouftakir.[...]

Maroc : la plus grande ferme éolienne d'Afrique entre en service

 L'exploitation commerciale du parc éolien de Tarfaya, au Maroc, a démarré. D'une capacité globale de 300 mégawatts, cette ferme éolienne peut produire environ 1 000 Gwh[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

Burkina : Blaise Compaoré, jours tranquilles à Casablanca

C'est dans une vaste villa mise à leur disposition par un ami du couple et située non loin de Casablanca que, selon nos informations, l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré et son[...]

Maroc : après la disparition d'Ahmed Zaïdi, naufrage ou renaissance de l'USFP ?

La disparition tragique du député marocain Ahmed Zaïdi a conforté ses camarades dans leur décision de quitter l'Union socialiste des forces populaires (USFP). [...]

Le marocain Best Financière entre au capital de l'ivoirien CDCI

Co-leader de la grande distribution en Côte d'Ivoire avec 127 magasins, CDCI accueille à son tour de table son alter-ego marocain Best Financière ainsi que le capital-investisseur Amethis. De quoi doper sa[...]

Maroc : le ministre Abdellah Baha, "boîte noire" du PJD, meurt dans un accident ferroviaire

Le ministre d'État Abdellah Baha est mort dimanche soir dans un accident ferroviaire à Bouznika. Cadre influent du PJD, il était aussi un des plus proches collaborateurs du chef du gouvernement, Abdelilah[...]

Ali Benmakhlouf, libre penseur

Enseignant en France depuis trente-cinq ans, ce natif de Fès aux origines sénégalaises incarne la figure du philosophe-citoyen.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers