Extension Factory Builder
17/07/2013 à 09:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un marché à Tunis le 20 juillet. Un marché à Tunis le 20 juillet. © AFP

Alors que le Ramadan a commencé il y a une semaine, des mouvements islamistes, en Tunisie, condamnent ceux qui ne jeûnent pas. Une stigmatisation tournée en dérision sur les réseaux sociaux.

La question du respect du jeûne dans les lieux publics n'a jamais posé problème en Tunisie... sauf depuis l'arrivée au pouvoir des islamistes. « Les non-jeûneurs seront photographiés et stigmatisés », a ainsi décrété le prédicateur Adel Elmi, ardent défenseur des valeurs religieuses et morales, qui a proposé d'utiliser les caméras de surveillance présentes dans les lieux publics afin de débusquer les fataras.

Il n'a nul besoin de se donner cette peine : à visage découvert, des Tunisiens de tous âges le tournent en dérision. Ils ont diffusé sur les réseaux sociaux des photos d'eux, attablés devant un bon repas ou un verre à la main, assorties de commentaires drôles et savoureux. D'autres le narguent en l'invitant à les suivre, tout au long du ramadan, sur l'hastag #fater, qui recense les cafés et restaurants ouverts en journée.

Fermeture

La liberté de culte et de conscience inscrite dans le projet de Constitution ne semble pas non plus du goût de Noureddine Khadmi, le ministre des Affaires religieuses, qui a prôné la fermeture des cafés. Aussitôt Aziz Krichen, conseiller politique de Moncef Marzouki, le président de la République, a remis les pendules à l'heure : « Les musulmans pratiquants ont le droit d'exercer leur culte, et le devoir du ministre est de faire respecter ce droit. Les non-pratiquants et les non-musulmans ont le droit d'aller au café et au restaurant, et le devoir du ministre est de ne pas faire obstacle à l'exercice de ce droit. Ce n'est pas plus compliqué que cela », a-t-il asséné.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : chamboule-tout diplomatique

Les missions diplomatiques tunisiennes à Washington, Paris, Berne, Rome, Le Caire, Mascate, Koweït et Oslo (entre autres) auront prochainement de nouveaux chefs.[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2740p015.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2740p015.xml1 from 172.16.0.100