Extension Factory Builder
06/07/2013 à 17:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Séverine Kodjo-Grandvaux. Séverine Kodjo-Grandvaux. © Vincent Fournier pour J.A.

Un record pour une oeuvre d'art baga (Guinée) : plus de 2,3 millions d'euros. Le 19 juin, les organisateurs de la vente aux enchères « Art africain et océanien & collection Jolika » (Christie's) avaient le sourire. Le majestueux serpent « bansonyi » de près de 2 m de hauteur est parti pour le double de son estimation. Peu avant, une statuette dogon kambarie évaluée entre 30 000 et 50 000 euros a trouvé acquéreur pour plus de 600 000 euros. Et que dire de la figure de faîtage cérémonielle biwat (Papouasie-Nouvelle-Guinée) qui, avec 2,5 millions d'euros, a atteint des sommes jusque-là inégalées pour l'art océanien. De quoi donner le tournis...

Les arts traditionnels sont à la mode. Les ventes se multiplient et les riches collectionneurs - occidentaux pour la plupart - s'en donnent à coeur joie. Si vous n'avez pas la chance de posséder un héritage bien - ou mal - acquis ni d'avoir fait fortune dans les affaires, comme l'on dit pudiquement, vous devrez vous contenter d'aller errer parmi les collections exposées dans les musées - occidentaux, là encore. Pas si mal, me direz-vous, quand on a la chance d'habiter Paris et de pouvoir se rendre au quai Branly. Écrin de luxe voulu par le président Chirac et inauguré en 2006, le musée des Arts et civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques (c'est son nom !) possède des pièces tout à fait exceptionnelles et organise bien souvent d'attrayantes expositions.

La dernière en date n'échappe pas à la règle. Les oeuvres présentées sont remarquables de beauté. Et - risquez-vous de me faire remarquer après le succès de la vente Christie's - valent aujourd'hui une fortune. L'argent ! Il n'y a que ça qui vous intéresse... Parlons-en ! Le sujet s'y prête puisqu'il est question de Charles Ratton, expert, marchand et collectionneur notamment d'art traditionnel africain. De ce proche des surréalistes et de la revue Présence africaine, né en 1897 et mort en 1986, l'on apprendra son rôle majeur dans la diffusion de l'art dit alors primitif. Lui qui n'a jamais foulé le sol africain a cherché, nous explique-t-on, à imposer un regard nouveau sur cet art, privilégiant une dimension esthétique (ce qui ne l'a pas empêché de rabattre le sexe en érection d'une statue d'un guerrier pour ne pas offenser les esprits puritains de l'époque !). Mais d'argent, finalement, il ne sera pas question, ou si peu. Car, nous a répondu Maureen Murphy, conseillère scientifique de la manifestation, il est « difficile de connaître la valeur des oeuvres de Ratton, car il avait des carnets de comptes codés ».

Allons donc !

Au final, le musée du quai Branly propose une rétrospective consacrée à un marchand... dont l'activité marchande demeurerait secrète. Cela ne rassurera pas ceux qui s'inquiétaient déjà d'une certaine proximité qu'entretient l'établissement avec le marché de l'art. Comme, par exemple, lorsque la marchande d'art Hélène Leloup a vendu pour le musée (grâce au mécénat d'un assureur) une statue djennenkée pour la modique somme de 4 millions d'euros. Cette pièce était le clou de l'exposition « Dogon », dont la commissaire n'était autre qu'Hélène Leloup... J'allais oublier : lors de la vente Christie's, une magnifique tête de reliquaire fang a été adjugée à 337 000 euros. Devinez à qui elle a appartenu ? À un certain Charles Ratton ! 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces