Extension Factory Builder
15/07/2013 à 07:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'équipe d'Affak Relizane détient la coupe d'Algérie depuis 2010. L'équipe d'Affak Relizane détient la coupe d'Algérie depuis 2010. © Omar Sefouane

Une ligue nationale, quatre fois plus de licenciées qu'il y a trois ans, des supporteurs enthousiastes... Les footballeuses algériennes ne cessent de marquer des points.

À 35 ans, Nassiba Laghouati (en bas à droite sur la photo) n'est pas près de raccrocher les crampons. Joueuse et entraîneuse d'Affak Relizane, équipe de football féminin, qui a remporté les deux derniers championnats nationaux, cette boule d'énergie possède un palmarès à faire pâlir d'envie un professionnel de Ligue 1. Évoluant sur les terrains depuis vingt ans, Nassiba a remporté quatorze Coupes d'Algérie et treize championnats. Originaire de Bab el-Oued et issue d'une famille de douze frères et soeurs, cette diplômée en sciences politiques ne jure que par le ballon rond. « J'ai commencé à jouer à l'âge de 5 ans avec les garçons de mon quartier. Mon père m'appelait "gnina" [lapin] parce que je courais partout, dit-elle. Mes parents et mes frères m'ont toujours encouragée et j'espère que tous les Algériens feront la même chose avec leurs filles. »

Nassiba fait partie des 3 000 licenciées recensées par la Fédération algérienne de football (FAF). Si la pratique de ce sport demeure marginale dans sa version féminine (relativement au nombre d'hommes, qui s'élève à 1,7 million), il suscite cependant un engouement croissant. « La finale de la Coupe nationale féminine que nous avons remportée le 26 avril dernier s'est jouée devant des milliers de spectateurs dans la ville de Blida, pourtant réputée conservatrice, raconte Nassiba. Toutes les filles jouaient avec un maillot, un short et sans foulard. »

Lancé en 2009, le championnat national senior féminin était disputé cette année par douze clubs venant de toutes les régions du pays. « Pourtant, en 2010, nous ne comptions que 744 licenciées, explique Kashi Djamel, chargé du football féminin au sein de la FAF. Trois ans plus tard, leur nombre a été multiplié par quatre. C'est dire l'enthousiasme que soulève le ballon rond auprès de la gente féminine, mais aussi auprès des familles. »

Merveilles

Soutenus financièrement par la Fédération, qui consacre chaque année une enveloppe de 60 millions de dinars (près de 570 000 euros, dont un tiers de sponsoring versé par l'opérateur téléphonique Nedjma), les clubs sont tenus de développer la pratique du football féminin en créant des sections pour jeunes filles. « La FAF prend en charge tous les frais de déplacement des clubs qui jouent à l'extérieur. En contrepartie, nous exigeons que les chefs d'équipe encouragent les adolescentes à faire de la formation et de la compétition, précise Kashi Djamel. D'autant que les clubs reçoivent aussi des subventions des collectivités locales et des pouvoirs publics. »

Alors que la première ligue nationale de football féminin a vu officiellement le jour ce 24 juin à Alger, 87 entraîneurs, dont 57 femmes, ont été formés par la Fédération l'an dernier. Se situant à la 74e place au classement Fifa 2012, l'équipe n'a pas autant brillé que la sélection masculine sur le plan international. Mais les homologues féminines des joueurs Karim Ziani, Rafik Djebbour et Karim Braham Chaouch ont tout de même déjà remporté la Coupe arabe, en 2006, au Caire, et décroché la troisième place des Jeux africains de Maputo, en 2011. Elles sont en train de disputer les éliminatoires de la CAN 2014, qui se déroulera en Namibie. N'ayant plus l'âge d'y participer, Nassiba a fait une croix sur la sélection nationale mais rêve de voir ses compatriotes galvaniser les stades. « Si on leur en donne les moyens, dit-elle, les footballeuses feront des merveilles en Algérie et aux quatre coins du monde. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

L'entraîneur de l'équipe algérienne du NA Hussein Dey, Ighil Meziane, a été limogé après une "altercation" avec l'ancien international français Nicolas Anelka, direc[...]

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Qui est Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien qui planifiait un attentat en France ?

Sid Ahmed Ghlam a été arrêté dimanche en région parisienne alors qu’il projetait des attaques terroristes en banlieue parisienne, contre deux églises de Villejuif. Il est[...]

Algérie : l'embarrassante affaire Medjdoub

La plainte contre X pour torture déposée à Luxembourg, le 20 octobre 2012, par les avocats de Chani Medjdoub, un homme d'affaires algéro-luxembourgeois poursuivi pour corruption[...]

Algérie : Bouteflika les secrets du quatrième mandat

Pourquoi et comment, malgré un AVC qui l'a cloué dans un fauteuil roulant, le président de la République algérienne a décidé de rempiler en 2014. Enquête sur une[...]

Massacres de Sétif : la visite de Jean-Marc Todeschini diversement appréciée en Algérie

La presse algérienne n'a pas manqué de commenter la visite du secrétaire d'État français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Sétif. La première[...]

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait[...]

Massacre de Sétif : un ministre français qualifie sa visite en Algérie de "geste fort"

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a qualifié de "geste fort" sa visite dimanche en Algérie pour marquer le 70e anniversaire du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2738p072.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2738p072.xml0 from 172.16.0.100