Extension Factory Builder
05/07/2013 à 08:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un enfant consomme du lait, à Shanghai, en mars. Un enfant consomme du lait, à Shanghai, en mars. © Eugene Hoshiko/AP/Sipa

Depuis le scandale du lait contaminé à la mélamine, en 2008, en Chine, la population n'a plus confiance dans la production locale. Et tente de s'approvisionner à l'étranger. Par tous les moyens.

En Chine, le lait pour enfants vaut de l'or. Dans les supermarchés de Pékin, les boîtes sont toutes munies d'un antivol, voire mises à l'abri derrière une vitrine. Comme les produits de luxe qu'elles sont devenues. Mais seules les marques étrangères importées sont ainsi convoitées. Craignant les contrefaçons, de nombreux consommateurs préfèrent d'ailleurs s'approvisionner directement à l'étranger. Pourquoi cette folie lactée ?

Pour l'essentiel, à cause du scandale du lait à la mélamine, en 2008. À l'époque, plus de 300 000 enfants étaient tombés malades. Et six d'entre eux, au moins, étaient morts. La mélamine est un produit chimique qui, introduit dans le lait, est censé lui donner davantage de consistance et faire monter artificiellement le niveau de protéines. Mais il provoque aussi des calculs rénaux qui peuvent être fatals chez un bambin de quelques mois. Depuis, seules les mères de famille qui ne peuvent faire autrement font encore confiance aux marques chinoises.

Le gouvernement avait promis de faire le ménage, mais il a échoué : les scandales se multiplient, et le volume des produits laitiers importés a quadruplé depuis 2008. La valeur des aliments pour bébés vendus chaque année dans le pays avoisine quant à elle 30 milliards de dollars (22,8 milliards d'euros).

Dans une Chine où rien n'est trop beau pour protéger son enfant unique, les parents ne font même plus confiance à leur supermarché et profitent de leurs voyages à l'étranger - de plus en plus fréquents - pour dévaliser les rayons des commerçants locaux. Menacés de ruptures de stocks, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont ainsi été contraintes d'imposer des quotas à l'exportation. Aux Pays-Bas, la valeur des exportations de lait en poudre vers la Chine est passée en trois ans de 190 millions à 520 millions d'euros. L'explosion de la demande chinoise a fait bondir les prix et provoqué un début de rationnement : trois paquets par acheteur, pas davantage. D'autres pays européens, comme l'Allemagne et le Royaume-Uni, pourraient suivre cet exemple, tandis qu'un marché parallèle se développe. Plutôt qu'un sac griffé, les touristes chinois ramènent désormais presque aussi volontiers de leur voyage en France une ou deux boîtes de lait en poudre ! Au cours de deux derniers mois, les douanes chinoises ont arrêté 900 personnes en possession d'une quantité de lait en poudre supérieure à la norme autorisée. Au total, près de 9 tonnes ont ainsi été saisies.

Tensions

Mais c'est entre la Chine et Hong Kong que le trafic est le plus impressionnant. Chaque matin, plusieurs milliers de personnes passent la frontière les bras chargés de boîtes de lait. Certains recommencent l'opération plusieurs fois par jour. Les supermarchés proches de la frontière sont dévalisés, et la pénurie guette, provoquant entre mamans hong-kongaises et chinoises des tensions auxquelles le gouvernement a dû mettre le holà. Il a aussi imposé des quotas drastiques et emprisonné des trafiquants. Certains commerçants refusent même de vendre aux Chinois.

Les autorités tentent de réagir. À Canton, par exemple, une banque du lait a vu le jour. Les mères viennent y vendre leur lait, dont les qualités nutritives sont évidemment supérieures à celles de la poudre importée. Mais c'est une goutte d'eau - ou de lait - dans la mer. La situation semble bel et bien désespérée. Sur internet, les forums regorgent de messages angoissés. On s'échange les bonnes filières et les bonnes marques étrangères... on appelle à l'aide les expatriés de la famille... Il ne fait aucun doute que le scandale du lait contaminé à la mélamine laissera des traces pendant de longues, très longues années. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Le départ inattendu de Luc Oursel, pour  des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre ne sont, officiellement, que temporaires...[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers