Extension Factory Builder
05/07/2013 à 08:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un enfant consomme du lait, à Shanghai, en mars. Un enfant consomme du lait, à Shanghai, en mars. © Eugene Hoshiko/AP/Sipa

Depuis le scandale du lait contaminé à la mélamine, en 2008, en Chine, la population n'a plus confiance dans la production locale. Et tente de s'approvisionner à l'étranger. Par tous les moyens.

En Chine, le lait pour enfants vaut de l'or. Dans les supermarchés de Pékin, les boîtes sont toutes munies d'un antivol, voire mises à l'abri derrière une vitrine. Comme les produits de luxe qu'elles sont devenues. Mais seules les marques étrangères importées sont ainsi convoitées. Craignant les contrefaçons, de nombreux consommateurs préfèrent d'ailleurs s'approvisionner directement à l'étranger. Pourquoi cette folie lactée ?

Pour l'essentiel, à cause du scandale du lait à la mélamine, en 2008. À l'époque, plus de 300 000 enfants étaient tombés malades. Et six d'entre eux, au moins, étaient morts. La mélamine est un produit chimique qui, introduit dans le lait, est censé lui donner davantage de consistance et faire monter artificiellement le niveau de protéines. Mais il provoque aussi des calculs rénaux qui peuvent être fatals chez un bambin de quelques mois. Depuis, seules les mères de famille qui ne peuvent faire autrement font encore confiance aux marques chinoises.

Le gouvernement avait promis de faire le ménage, mais il a échoué : les scandales se multiplient, et le volume des produits laitiers importés a quadruplé depuis 2008. La valeur des aliments pour bébés vendus chaque année dans le pays avoisine quant à elle 30 milliards de dollars (22,8 milliards d'euros).

Dans une Chine où rien n'est trop beau pour protéger son enfant unique, les parents ne font même plus confiance à leur supermarché et profitent de leurs voyages à l'étranger - de plus en plus fréquents - pour dévaliser les rayons des commerçants locaux. Menacés de ruptures de stocks, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont ainsi été contraintes d'imposer des quotas à l'exportation. Aux Pays-Bas, la valeur des exportations de lait en poudre vers la Chine est passée en trois ans de 190 millions à 520 millions d'euros. L'explosion de la demande chinoise a fait bondir les prix et provoqué un début de rationnement : trois paquets par acheteur, pas davantage. D'autres pays européens, comme l'Allemagne et le Royaume-Uni, pourraient suivre cet exemple, tandis qu'un marché parallèle se développe. Plutôt qu'un sac griffé, les touristes chinois ramènent désormais presque aussi volontiers de leur voyage en France une ou deux boîtes de lait en poudre ! Au cours de deux derniers mois, les douanes chinoises ont arrêté 900 personnes en possession d'une quantité de lait en poudre supérieure à la norme autorisée. Au total, près de 9 tonnes ont ainsi été saisies.

Tensions

Mais c'est entre la Chine et Hong Kong que le trafic est le plus impressionnant. Chaque matin, plusieurs milliers de personnes passent la frontière les bras chargés de boîtes de lait. Certains recommencent l'opération plusieurs fois par jour. Les supermarchés proches de la frontière sont dévalisés, et la pénurie guette, provoquant entre mamans hong-kongaises et chinoises des tensions auxquelles le gouvernement a dû mettre le holà. Il a aussi imposé des quotas drastiques et emprisonné des trafiquants. Certains commerçants refusent même de vendre aux Chinois.

Les autorités tentent de réagir. À Canton, par exemple, une banque du lait a vu le jour. Les mères viennent y vendre leur lait, dont les qualités nutritives sont évidemment supérieures à celles de la poudre importée. Mais c'est une goutte d'eau - ou de lait - dans la mer. La situation semble bel et bien désespérée. Sur internet, les forums regorgent de messages angoissés. On s'échange les bonnes filières et les bonnes marques étrangères... on appelle à l'aide les expatriés de la famille... Il ne fait aucun doute que le scandale du lait contaminé à la mélamine laissera des traces pendant de longues, très longues années. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Chine : bébés en boîte

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces