Extension Factory Builder
05/07/2013 à 08:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un enfant consomme du lait, à Shanghai, en mars. Un enfant consomme du lait, à Shanghai, en mars. © Eugene Hoshiko/AP/Sipa

Depuis le scandale du lait contaminé à la mélamine, en 2008, en Chine, la population n'a plus confiance dans la production locale. Et tente de s'approvisionner à l'étranger. Par tous les moyens.

En Chine, le lait pour enfants vaut de l'or. Dans les supermarchés de Pékin, les boîtes sont toutes munies d'un antivol, voire mises à l'abri derrière une vitrine. Comme les produits de luxe qu'elles sont devenues. Mais seules les marques étrangères importées sont ainsi convoitées. Craignant les contrefaçons, de nombreux consommateurs préfèrent d'ailleurs s'approvisionner directement à l'étranger. Pourquoi cette folie lactée ?

Pour l'essentiel, à cause du scandale du lait à la mélamine, en 2008. À l'époque, plus de 300 000 enfants étaient tombés malades. Et six d'entre eux, au moins, étaient morts. La mélamine est un produit chimique qui, introduit dans le lait, est censé lui donner davantage de consistance et faire monter artificiellement le niveau de protéines. Mais il provoque aussi des calculs rénaux qui peuvent être fatals chez un bambin de quelques mois. Depuis, seules les mères de famille qui ne peuvent faire autrement font encore confiance aux marques chinoises.

Le gouvernement avait promis de faire le ménage, mais il a échoué : les scandales se multiplient, et le volume des produits laitiers importés a quadruplé depuis 2008. La valeur des aliments pour bébés vendus chaque année dans le pays avoisine quant à elle 30 milliards de dollars (22,8 milliards d'euros).

Dans une Chine où rien n'est trop beau pour protéger son enfant unique, les parents ne font même plus confiance à leur supermarché et profitent de leurs voyages à l'étranger - de plus en plus fréquents - pour dévaliser les rayons des commerçants locaux. Menacés de ruptures de stocks, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont ainsi été contraintes d'imposer des quotas à l'exportation. Aux Pays-Bas, la valeur des exportations de lait en poudre vers la Chine est passée en trois ans de 190 millions à 520 millions d'euros. L'explosion de la demande chinoise a fait bondir les prix et provoqué un début de rationnement : trois paquets par acheteur, pas davantage. D'autres pays européens, comme l'Allemagne et le Royaume-Uni, pourraient suivre cet exemple, tandis qu'un marché parallèle se développe. Plutôt qu'un sac griffé, les touristes chinois ramènent désormais presque aussi volontiers de leur voyage en France une ou deux boîtes de lait en poudre ! Au cours de deux derniers mois, les douanes chinoises ont arrêté 900 personnes en possession d'une quantité de lait en poudre supérieure à la norme autorisée. Au total, près de 9 tonnes ont ainsi été saisies.

Tensions

Mais c'est entre la Chine et Hong Kong que le trafic est le plus impressionnant. Chaque matin, plusieurs milliers de personnes passent la frontière les bras chargés de boîtes de lait. Certains recommencent l'opération plusieurs fois par jour. Les supermarchés proches de la frontière sont dévalisés, et la pénurie guette, provoquant entre mamans hong-kongaises et chinoises des tensions auxquelles le gouvernement a dû mettre le holà. Il a aussi imposé des quotas drastiques et emprisonné des trafiquants. Certains commerçants refusent même de vendre aux Chinois.

Les autorités tentent de réagir. À Canton, par exemple, une banque du lait a vu le jour. Les mères viennent y vendre leur lait, dont les qualités nutritives sont évidemment supérieures à celles de la poudre importée. Mais c'est une goutte d'eau - ou de lait - dans la mer. La situation semble bel et bien désespérée. Sur internet, les forums regorgent de messages angoissés. On s'échange les bonnes filières et les bonnes marques étrangères... on appelle à l'aide les expatriés de la famille... Il ne fait aucun doute que le scandale du lait contaminé à la mélamine laissera des traces pendant de longues, très longues années. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Ce quinquagénaire parisien né à Alger a choisi de vivre dans la rue, mais n'a pas renoncé au sport. Une vidéo montrant ses performances a enflammé le web.[...]

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Le fils de Claude Guéant, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, est placé en garde à vue depuis lundi. François Guéant est interrogé dans le cadre de l'enquête sur le financement[...]

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils[...]

Grèce - Allemagne : dette contre dette

Alexis Tsipras accepte de régler ce qu'il doit. À condition que des réparations lui soient versées pour les exactions nazies. Angela Merkel s'y refuse par crainte d'ouvrir une boîte de[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2738p055.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2738p055.xml0 from 172.16.0.100