Extension Factory Builder
05/07/2013 à 16:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ex-chirurgien-chef de l'armée sud-africaine. L'ex-chirurgien-chef de l'armée sud-africaine. © JON HRUSA/POOL/AP/SIPA

De Robben Island à l'hôpital de Pretoria, Vejay Ramlakan, le médecin personnel de Nelson Mandela, n'a jamais vraiment quitté son chevet.

Lors de son dernier discours en tant que chef du service de santé de l'armée d'Afrique du Sud, le 28 mars, Vejay Ramlakan s'était vanté de son bilan. « Notre flotte de véhicules médicaux a été entièrement remplacée », avait-il notamment affirmé. Une ambulance de cette flotte « neuve » est pourtant tombée en panne au plus mauvais moment : dans la nuit du 7 au 8 juin, alors qu'elle transportait Nelson Mandela au Mediclinic Heart Hospital de Pretoria. Plus de quarante minutes ont ainsi été perdues, selon la journaliste Debora Patta, qui a révélé l'affaire. « L'armée veut tout contrôler. L'ennui, c'est qu'elle s'y prend mal », confie-t-elle à J.A. 

>> Lire aussi : "Afrique du Sud : la dispute sur l'emplacement des tombes de la famille Mandela devant la justice."

Compte-gouttes

Nul ne sait où Ramlakan se trouvait cette nuit-là. Mais compte tenu de ses fonctions - il a été promu, en avril, chef de la Planification stratégique - et de sa proximité avec Madiba, il a été forcément informé. Pendant des années, ce médecin militaire de 55 ans, né dans une famille indienne de Durban, a veillé sur la santé de Mandela. Ancien membre de la branche armée de l'ANC, il est devenu le médecin officieux des détenus de Robben Island après avoir été incarcéré avec eux, en 1987. À partir de 1992, il veille personnellement sur Mandela, puis est nommé chirurgien-chef de l'armée en 2005. Lors d'une précédente hospitalisation de l'ancien président, en 2011, c'est lui qui donnait de ses nouvelles à la presse - au compte-gouttes.

Si l'identité des autres membres de l'équipe médicale de Madiba est tenue secrète, Ramlakan a, lui, repris du service auprès de son vieil ami. On l'a vu se rendre plusieurs fois au Mediclinic Heart Hospital. Et il a limogé Shaun Van Heerden, qui fut le garde du corps de Mandela pendant près de dix ans, car il le soupçonnait de parler aux médias. Vexé, Van Heerden a accusé Ramlakan d'isoler son illustre patient en interdisant les visites de ses anciens compagnons. « Parfois, ses médecins venaient dans la chambre de Mandela tard le soir pour lui faire dédicacer son livre », s'est indigné le garde du corps. Tenu par le secret médical, le secret d'État ou simplement embarrassé, Ramlakan a décidé de ne pas répondre. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Sida : la circoncision réduit aussi le risque de contamination des femmes

Sida : la circoncision réduit aussi le risque de contamination des femmes

Recommandée par l'OMS dans 14 pays africains, la circoncision réduit les risques de contamination par le VIH pour les hommes. Une étude vient de démontrer que ce constat est également valable pou[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Afrique du Sud : premier "Mandela Day" sans Madiba

67 minutes. C’est le temps que chaque Sud-Africain, et de nombreux autres citoyens du monde, doit consacrer pour aider son prochain à l’occasion du "Mandela Day", une journée en l’honneur[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers