Extension Factory Builder
05/07/2013 à 16:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ex-chirurgien-chef de l'armée sud-africaine. L'ex-chirurgien-chef de l'armée sud-africaine. © JON HRUSA/POOL/AP/SIPA

De Robben Island à l'hôpital de Pretoria, Vejay Ramlakan, le médecin personnel de Nelson Mandela, n'a jamais vraiment quitté son chevet.

Lors de son dernier discours en tant que chef du service de santé de l'armée d'Afrique du Sud, le 28 mars, Vejay Ramlakan s'était vanté de son bilan. « Notre flotte de véhicules médicaux a été entièrement remplacée », avait-il notamment affirmé. Une ambulance de cette flotte « neuve » est pourtant tombée en panne au plus mauvais moment : dans la nuit du 7 au 8 juin, alors qu'elle transportait Nelson Mandela au Mediclinic Heart Hospital de Pretoria. Plus de quarante minutes ont ainsi été perdues, selon la journaliste Debora Patta, qui a révélé l'affaire. « L'armée veut tout contrôler. L'ennui, c'est qu'elle s'y prend mal », confie-t-elle à J.A. 

>> Lire aussi : "Afrique du Sud : la dispute sur l'emplacement des tombes de la famille Mandela devant la justice."

Compte-gouttes

Nul ne sait où Ramlakan se trouvait cette nuit-là. Mais compte tenu de ses fonctions - il a été promu, en avril, chef de la Planification stratégique - et de sa proximité avec Madiba, il a été forcément informé. Pendant des années, ce médecin militaire de 55 ans, né dans une famille indienne de Durban, a veillé sur la santé de Mandela. Ancien membre de la branche armée de l'ANC, il est devenu le médecin officieux des détenus de Robben Island après avoir été incarcéré avec eux, en 1987. À partir de 1992, il veille personnellement sur Mandela, puis est nommé chirurgien-chef de l'armée en 2005. Lors d'une précédente hospitalisation de l'ancien président, en 2011, c'est lui qui donnait de ses nouvelles à la presse - au compte-gouttes.

Si l'identité des autres membres de l'équipe médicale de Madiba est tenue secrète, Ramlakan a, lui, repris du service auprès de son vieil ami. On l'a vu se rendre plusieurs fois au Mediclinic Heart Hospital. Et il a limogé Shaun Van Heerden, qui fut le garde du corps de Mandela pendant près de dix ans, car il le soupçonnait de parler aux médias. Vexé, Van Heerden a accusé Ramlakan d'isoler son illustre patient en interdisant les visites de ses anciens compagnons. « Parfois, ses médecins venaient dans la chambre de Mandela tard le soir pour lui faire dédicacer son livre », s'est indigné le garde du corps. Tenu par le secret médical, le secret d'État ou simplement embarrassé, Ramlakan a décidé de ne pas répondre. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Mali : Minusma, c'est flou

Article pr�c�dent :
Tunisie : quand Rachid Ammar vide son paquetage...

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud juge les accusations de corruption 'sans fondement'

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud juge les accusations de corruption "sans fondement"

La Fédération sud-africaine de football s’est exprimée jeudi au sujet des accusations de corruption dans l’attribution de la Coupe du monde 2010. Une affaire dans laquelle sont inculpés des [...]

Justice américaine : l'attribution de la Coupe du monde à l'Afrique du Sud était "corrompue"

C'est ce qu'a déclaré mercredi 21 mai la ministre américaine de la Justice à New York, après les inculpations pour corruption d'élus et de partenaires de la Fifa. La[...]

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

À 34 ans, ce chef d'entreprise devient le premier dirigeant noir de l'Alliance démocratique, parti considéré jusque-là comme "trop blanc". Cela suffira-t-il à[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : l'opération Fiela suscite la polémique

Dans le cadre de l'opération Fiela, plus de 400 Mozambicains ont été expulsés en fin de semaine dernière et la société civile dénonce une action xénophobe. Le[...]

RDC : la justice sud-africaine abandonne les poursuites contre le pasteur Mukungubila

Le tribunal de Johannesburg a décidé vendredi d’abandonner les poursuites engagées contre le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, qui était accusé d'avoir fomenté les attaques du 30[...]

Cornes de rhinocéros : un juteux trafic en nette progression

Les rhinocéros, menacés d'extinction, sont traqués par les contrebandiers. Zoom sur un trafic très lucratif.[...]

Gaz de schiste : l'Afrique du Sud lance une étude d'impact sur l'exploitation

L'Afrique du Sud a annoncé le lancement d'une étude d'impact de l'exploitation du gaz de schiste, dont la région du Karoo (centre-ouest), écologiquement fragile, détiendrait suffisamment de[...]

L'artiste sud-africain Joe Dog censuré à la Fondation Calouste-Gulbenkian de Lisbonne

Plus connu sous le nom de Joe Dog, l'artiste sud-africain Anton Kannemeyer a été victime d'une étrange affaire de censure au Portugal, dans la librairie de la Fondation Calouste-Gulbenkian à[...]

Afrique du Sud : qui est (vraiment) Mmusi Maimane, le leader noir du "parti blanc" ?

À 34 ans, Mmusi Maimane a été élu dimanche à la tête de l'Alliance démocratique (DA), première force d'opposition en Afrique du Sud et considérée par le pouvoir[...]

Afrique du Sud - Zapiro : "La liberté d'expression est un combat"

Pourfendeur de l'apartheid et de tous les obscurantismes, cette figure phare des satiristes du continent s'inquiète des menaces qui pèsent sur la démocratie sud-africaine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers