Extension Factory Builder
05/07/2013 à 16:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sur la chaîne Ettounsiya, le 24 juin. Sur la chaîne Ettounsiya, le 24 juin. © HICHEM

Critiqué par certains responsables politiques peut-être un peu inquiets de sa popularité, le chef d'état-major de l'armée tunisienne, Rachid Ammar, a annoncé sa démission à la télévision. Et fait des révélations chocs.

La Grande Muette porte bien son nom, mais quand le haut commandement militaire s'exprime, cela fait l'effet d'une bombe. Pendant trois heures le 24 juin, sur la chaîne Ettounsiya - qui fait le plus d'audience en Tunisie -, le général Rachid Ammar, chef d'état-major interarmes, a annoncé son départ à la retraite, faisant au passage de nombreuses révélations. Du jamais vu ou presque : il ne s'était exprimé qu'une seule fois, et très brièvement, après la révolution de 2011 au cours de laquelle il a joué un rôle de premier plan bien que parfois exagéré par les médias.

Si beaucoup se demandent quelle mouche l'a piqué, les mieux informés savaient que certains responsables politiques le poussaient vers la sortie. « Les coups de poignard dans le dos sont venus de tous côtés », confie cet homme de 65 ans, ordinairement taiseux.

Pourtant, depuis la chute du régime Ben Ali, le 14 janvier 2011, l'armée n'a pas failli. Toujours sur la brèche, elle a peu ou prou réussi à maîtriser la situation sécuritaire, notamment aux frontières, dont celles de la poudrière libyenne. On lui impute néanmoins l'échec de l'opération dans le Jebel Chaambi (Centre-Ouest), où elle a subi des pertes (7 morts) sans parvenir à démanteler le réseau de jihadistes qui en avaient fait une base d'entraînement.

Cette dernière chicane ressemble fort à un prétexte. Depuis quelque temps, en coulisses, le sérail ne ménage pas ses critiques à l'égard d'une institution militaire sans doute trop populaire à ses yeux. À l'instar de Rached Ghannouchi, le président d'Ennahdha, confiant aux salafistes : « L'armée n'est pas entre nos mains. » Le général Ammar a donc choisi de s'adresser aux Tunisiens pour tirer un bilan de son action, mettant en garde contre le risque de déstabilisation que court le pays, dévoilant les rouages des groupuscules extrémistes qui entretiennent des liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et expliquant le revers du Chaambi par la défaillance des services de renseignements. 

Réquisitoire

Poussant plus loin les confidences, il affirme avoir refusé la présidence de la République au lendemain de la révolution. Et révèle que, peu après l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd, le 6 février dernier, l'idée de former un gouvernement de technocrates, lancée par Hamadi Jebali, venait en réalité de lui.

Bref, Ammar s'en va, mais règle ses comptes en public. « C'est un réquisitoire contre la gestion de la troïka au pouvoir », souligne Mohsen Marzouk, membre du bureau politique de Nida Tounes. Si Houcine Abassi, secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) demande à Rachid Ammar de revenir sur sa démission « dans l'intérêt du pays », ni le gouvernement ni l'Assemblée nationale constituante n'ont réagi. Mais beaucoup estiment que son départ à la retraite annonce peut-être un début de carrière politique. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un scrut[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers