Extension Factory Builder
05/07/2013 à 16:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les six chefs d'État de la Cemac. Les six chefs d'État de la Cemac. © Jeune Afrique

Rien ne va plus à la Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC). Les président et vice-président, Michaël Adandé et André Nzapayéké, se livrent une guerre sans merci. Explications.

C'est désormais la guerre ouverte entre le Gabonais Michaël Adandé, président de la Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC), et le Centrafricain André Nzapayéké, son vice-président. Sur fond d'accusations réciproques de mauvaise gestion, les deux hommes ne se parlent plus et se critiquent à tout propos. Une situation qui inquiète le personnel de la banque régionale, dont le siège est à Brazzaville.

"Gabonisation" des postes

Dans une lettre adressée au comité d'audit en date du 7 juin et signée du nom de Thierry Mangout, un pseudonyme collectif, des cadres de la banque déplorent « le climat délétère fait d'intrigues et de coups tordus » qui, selon eux, y règne. Autres reproches fréquemment entendus dans les couloirs de la banque : les trop nombreuses missions de Michaël Adandé, qui passerait « rarement plus de dix jours d'affilée à Brazzaville » ; la confortable prime de bilan 2012 (quatre mois de salaire, soit environ 40 millions de F CFA ; 61 000 euros) que le conseil d'administration, dont il est le président, lui a attribuée - ce qui constitue un fait sans précédent dans l'histoire de la banque - ; et, surtout, la « gabonisation » excessive des postes à responsabilités. Huit divisions sur douze, plus les présidences de l'assemblée générale des actionnaires et du comité d'audit sont détenues par le Gabon. En poste depuis trois ans, Adandé ne fait donc pas, c'est le moins qu'on puisse dire, l'unanimité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Burkina Faso : le référendum, la seconde option de Blaise Compaoré

Burkina Faso : le référendum, la seconde option de Blaise Compaoré

Se dirige-t-on vers un référendum au Burkina Faso, comme l’annoncent les partisans de Blaise Compaoré depuis le 21 octobre et, à leur suite, les médias ? Il semble que non. Du moins pas s[...]

Nigeria : une explosion dans une gare routière fait au moins 5 morts

Une forte explosion mercredi dans une gare routière d'un État du nord du Nigeria précédemment ciblé par Boko Haram a fait au moins cinq morts.[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

Guinée équatoriale : le président Obiang accorde l'amnistie générale aux opposants en exil

Teodoro Obiang Nguema a accordé une amnistie générale aux opposants en exil dans la perspective d'un dialogue national en novembre, selon un décret présidentiel lu à la [...]

Sénégal : Abdoulaye Wade accuse Macky Sall de corruption

Lors d'une réunion du comité directeur du Parti démocratique sénégalais (PDS), mardi à Dakar, l'ancien président Abdoulaye Wade a accusé le chef de l'État, Macky[...]

Burkina - Zephirin Diabre : "Le référendum est inopportun et dangereux pour la paix sociale"

Après l'annonce du gouvernement, mardi, d’un référendum à venir pour ouvrir la voie à une nouvelle candidature de Blaise Compaoré, l'opposition annonce d'ores et déjà[...]

RDC : deux jeunes tués dans une manifestation contre la Monusco dans l'Est

Les protestations contre la Monusco ont fait deux morts et un blessé par balle mardi, dans l'est de la RDC, a annoncé mercredi une fédération d'association.[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Élections au Mozambique : des observateurs militaires déployés après des résultats contestés

La prudence est de mise au Mozambique. Le gouvernement a annoncé mercredi que des observateurs militaires étrangers allaient être déployés afin de s'assurer que la période[...]

Sierra Leone : deux morts dans des affrontements liés à Ebola

Deux personnes ont été tuées dans la ville minière de Koidu, dans l'est de la Sierra Leone, au cours de violences liées au refus par un groupe de jeunes d'un test de virus Ebola sur un cas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers