Extension Factory Builder
03/07/2013 à 18:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ex-secrétaire d'État Hillary Clinton. L'ex-secrétaire d'État Hillary Clinton. © AFP

Depuis son départ du département d'État, Hillary Clinton ne se laisse pas oublier. Elle apprend à tweeter, écrit un livre et assiste sans déplaisir à la préparation d'un film inspiré de sa vie.

Pour la première fois depuis plus de vingt ans, Hillary Clinton n'occupe aucune fonction officielle, mais elle n'a jamais été aussi présente. Elle vient par exemple d'expédier son premier tweet et d'entreprendre un livre sur ses années au secrétariat d'État. Et l'offensive ne fait que commencer. Un film sur sa vie sobrement intitulé Rodham, son nom de jeune fille, est ainsi en préparation. Il doit sortir dans le courant de l'année prochaine. Comme son livre, d'ailleurs, et ce n'est pas un hasard : c'est en 2014 qu'elle devrait annoncer si elle est candidate - ou pas - à la présidentielle de 2016.

Alors que le premier plan n'a pas encore été tourné, ce biopic agite déjà le tout-Hollywood et le tout-Washington. Écrit par un Sud-Coréen, le scénario évoque la jeunesse de Hillary, l'époque où, pendant le scandale du Watergate, elle travaillait au House Judiciary Committee, commission de la Chambre des représentants qui, en 1974, recommanda l'impeachment de Richard Nixon. Ce qui ne manque pas de sel : vingt-cinq ans plus tard, cette même procédure fut engagée, sans succès il est vrai, contre un certain William Jefferson Clinton... Selon le Daily Beast, miss Rodham jurera sur grand écran comme un charretier du Midwest et évoquera sans détour sa vie sexuelle avec Bill.

Coeur

Le film revient notamment sur un épisode crucial, quand, écartelée entre sa passion pour Bill, qui s'apprêtait à se lancer en politique dans l'Arkansas, et sa prometteuse carrière d'avocate à Washington, Hillary fit, comme elle le dira des années plus tard, le « choix du coeur ». Le scénario évoque une scène amusante. Hillary se trouve sur le toit d'un hôtel de Washington avec un autre soupirant. Bill l'appelle depuis l'Arkansas pour lui souhaiter bon anniversaire. Il lui joue Happy Birthday au saxophone. Et l'ingénue de fondre, bien sûr... S'il multiplie les allusions au donjuanisme avéré du futur président, le film dépeint par ailleurs une Hillary peu glamour avec sa coiffure ringardissime et ses lunettes à triple foyer.

Reste à dénicher l'actrice appelée à jouer son rôle. Bill aurait voulu Meryl Streep, mais l'âge ne cadre pas. Carey Mulligan, l'héroïne du film Gatsby le magnifique, vient, après plusieurs autres, de se désister. La recherche de l'oiseau, rare forcément, se poursuit.

Mais Hillary n'a guère besoin de film pour soigner sa popularité. À peine avait-elle créé son compte Twitter, il y a quelques jours, que son premier et, à ce jour, unique tweet a été suivi par 400 000 aficionados !

Elle y fait preuve d'humour en se présentant à la fois comme une propriétaire de chien et une icône capillaire qui aurait réussi à briser le glass ceiling, ce fameux « plafond de verre » censé bloquer l'ascension des femmes. Quant à son avenir, elle l'estime « à déterminer », ce qui n'a pas manqué de relancer la machine à rumeurs.

Dormirn faire de la gym et voyager

Des rumeurs que Hillary s'est fait un plaisir d'alimenter, le 13 juin à Chicago, lors du colloque annuel de la Fondation Clinton - désormais rebaptisée Fondation Bill, Hillary et Chelsea Clinton. Depuis son départ du département d'État, au début de l'année, elle n'a, jure-t-elle, qu'un seul but : « Dormir, faire de la gym et voyager pour le plaisir. » Soit, mais est-il utile d'en informer les journalistes ? Dans son discours un peu sec - c'est une piètre oratrice -, Hillary n'a pas une seule fois mentionné Barack Obama. Il est vrai que son mari entretient avec celui-ci des relations plutôt fraîches. La semaine dernière, flanqué du républicain John McCain, il a même estimé que le président était « à côté de la plaque » en n'intervenant pas en Syrie.

Mais passons. Incertitudes sur le casting, réalisateur quasi inconnu... Il n'est pas certain que le film Rodham soit un chef-d'oeuvre. Pas certain non plus que les Américains se précipitent pour le voir, l'an prochain. Mais il ne fait aucun doute qu'ils sont loin, très loin d'en avoir fini avec Mrs Hillary Rodham Clinton.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en f&eac[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers