Extension Factory Builder
21/06/2013 à 09:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Journée internationale des veuves a été adoptée en 2010 par l'Assemblée générale de l'ONU. La Journée internationale des veuves a été adoptée en 2010 par l'Assemblée générale de l'ONU. © AFP

Des associations se battent pour la défense des droits des femmes ivoiriennes après le décès de leur mari. Pas facile quand on est peu éduquée et que la belle-famille s'en mêle.

La Journée internationale des veuves, le 23 juin ? À Abidjan, en Côte d'Ivoire, même les femmes ignorent son existence. « Pour tout vous dire, c'est notre association qui a attiré l'attention des autorités sur cette date », s'amuse Namizata Sangaré, présidente de l'Organisation des femmes actives de Côte d'Ivoire (Ofaci), qui recense tous les textes nationaux et internationaux votés en faveur des femmes.

La Côte d'Ivoire fait pourtant partie des 56 États qui ont coparrainé la résolution instaurant cette journée et qui l'ont fait adopter à l'Assemblée générale des Nations unies en décembre 2010. Une résolution portée par le Gabon, dont la première dame, Sylvia Bongo Ondimba, est à la tête d'une fondation qui fait du statut des femmes et des orphelins son cheval de bataille.

Estimées à 245 millions dans le monde, 115 millions de veuves vivent dans une extrême pauvreté. Et si la résolution gabonaise a fait l'unanimité en Afrique, c'est parce que la situation des conjointes survivantes est aussi chaotique dans le nord que dans le sud du continent. « Pour mieux les spolier, on les accuse de tous les maux, témoigne Marie-Berthe Coulibaly », qui milite au sein de l'Association des veuves et orphelins de Côte d'Ivoire. « Votre belle-famille vous traite de profiteuse, de sorcière, de femme adultère ; elle vous injurie, vous humilie pour mieux vous jeter dehors, témoigne cette femme qui a dû retourner chez ses parents avec armes et bagages après la mort de son mari, en 2005. Avant même qu'il soit enterré, la maison avait été vidée, des vêtements aux ustensiles de cuisine. Sa famille m'a promis de prendre soin des enfants, mais jusqu'à aujourd'hui, j'attends. » 

Tromperie

Cette situation aurait tout aussi bien pu se produire à Ouagadougou ou à Douala, et le mariage légal ne garantit pas aux veuves d'hériter des biens de leur mari. « La loi camerounaise protège les veuves, oui. Mais tout se complique si elles sont illettrées, fait valoir Georges Wamba, avocat au barreau de Yaoundé. Elles peuvent être victimes de la tromperie de leur belle-famille, qui leur dit qu'elle s'occupera de tout. Résultat des courses : la succession est gérée selon le droit local et non le droit civil. Et les traditions ne jouent pas en faveur des femmes. » Bien souvent, ce sont les hommes qui font les partages et qui s'arrogent les biens du défunt - et l'épouse éplorée fait parfois partie du lot.

Plus les femmes seront éduquées et informées, moins elles seront victimes d'abus.

C'est aussi contre le poids des traditions qu'il faut se battre au Gabon. « Nous essayons de faire de la sensibilisation dans les campagnes, mais ce n'est vraiment pas facile », explique Carmela Ngayis, directrice du centre Mbandja de la fondation Sylvia Bongo Ondimba. Ouvert en juin 2011, ce centre a mis en place une cellule d'assistance psychologique, financière et juridique aux veuves. Dans la foulée, elle a créé un numéro court et gratuit qui leur permet de s'informer sur leurs droits. « On reçoit de plus en plus d'appels des campagnes, preuve que les femmes font passer le message, qu'elles savent qu'on est là et qu'on peut les aider », se réjouit Carmela Ngayis. Sa cellule a reçu plus de 148 000 appels en 2012, contre 3 222 en 2011.

« La clé de tout cela réside dans l'éducation, analyse Namizata Sangaré, qui organise le 23 juin, à Abidjan, une conférence sur le sujet. Plus les femmes seront éduquées et informées, moins elles seront victimes d'abus. »

__________________

Par Malika Groga-Bada

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Miezan hervé - 21/06/2013 à 10h:06

Bon anniversaire Madame GBAGBO. l'Afrique digne lutte avec vous![...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Pour le président ivoirien Alassane Ouattara, qui savourait fin août ses derniers jours de vacances à Mougins, dans le sud de la France, la rentrée s'annonce chargée avec un voyage en Co[...]

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Bientôt, les palmiers ivoiriens produiront de l'électricité

 À Aboisso, en Côte d'Ivoire, une minirévolution qui s'annonce : la construction d'une centrale d'énergie alimentée par de la biomasse, la première en Afrique à être[...]

Côte d'Ivoire : le FPI en a-t-il vraiment fini avec sa crise interne ?

La crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) a officiellement pris fin mardi. Mais les divergences de fond sur la ligne adoptée par la formation de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n'ont pas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex