Extension Factory Builder
20/06/2013 à 11:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Macky Sall, Alassane Ouattara, Blaise Compaoré. Macky Sall, Alassane Ouattara, Blaise Compaoré. © AFP/Montage J.A.

Sall, Ouattara, Compaoré... Les chefs d'État de la sous-région adressent des signes subtils à leurs favoris pour la présidentielle malienne.

Soumaïla Cissé est sans doute le candidat préféré du président sénégalais, Macky Sall. En avril 2012, après la violente attaque de son domicile par les putschistes de Bamako, le Malien s'était réfugié à Dakar. Surtout, lors de la bataille pour sa succession à la présidence de la Commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), Cissé a manoeuvré en faveur du candidat du Sénégal. Un choix finalement payant. De Wade à Macky, tous les Sénégalais lui en savent gré.

Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), lui, a probablement le soutien d'Alpha Condé. « Ce n'est pas seulement à cause de l'Internationale socialiste. Ils ont des liens quasi familiaux », confie un proche du président guinéen. Autre camarade très lié à IBK : Mahamadou Issoufou. Le président nigérien et l'ex-Premier ministre malien partagent la même fermeté face aux rebelles touaregs. Lors de sa dernière visite à Niamey, IBK a dîné à la résidence du président Issoufou.

>> Lire aussi "Présidentielle malienne : les principaux candidats en lice"

Qui a la faveur d'Alassane Ouattara ? À première vue, le président ivoirien préfère Cissé à IBK. Le 9 octobre 2010, ce dernier a assisté à Abidjan à l'investiture du candidat Gbagbo. A contrario, en janvier 2011, Cissé a mis tout le poids de la Commission de l'UEMOA dans la politique d'asphyxie financière du régime Gbagbo. Ce sont des choses qui ne s'oublient pas. Mais il y a quelques jours, IBK a marqué un point en signant un contrat avec Voodoo Communication. En 2010, c'est cette agence, bien implantée en Afrique francophone, qui avait accompagné Ouattara jusqu'à la victoire. Cissé, qui était aussi en négociation avec Voodoo, a accusé le coup. Est-ce le signe qu'Abidjan l'a lâché pour IBK ? Le président ivoirien vient de recevoir longuement l'ex-Premier ministre malien à Abidjan. Pour le moins, il réfléchit...

Le coeur et la raison

Autre attentiste, Blaise Compaoré. « Soumaïla Cissé, c'est un bon économiste et quelqu'un d'accommodant », souffle un proche du président burkinabè. De fait, le 7 juillet 2012, quand six chefs d'État de la sous-région ont réuni à Ouagadougou le Groupe de contact sur le Mali, Cissé, lui-même sur un lit d'hôpital, a envoyé un délégué. IBK, lui, a boycotté ce sommet. « IBK se fait passer pour le candidat de la sous-région. Mais beaucoup de chefs d'État le soupçonnent d'être l'homme des putschistes de Bamako », ajoute l'observateur de Ouagadougou. Pour Compaoré, le coeur est avec Cissé, mais la raison sera avec le vainqueur.

D'autres candidats - déclarés ou non - ont des contacts à l'étranger. L'ex-Premier ministre Modibo Sidibé ne cesse de sillonner la sous-région. Soumeylou Boubèye Maïga, l'expert en sécurité, a de solides appuis à Abidjan, Niamey et même Alger. Et Tiébilé Dramé, le conseiller spécial à la présidence pour les affaires du Nord, possède l'un des meilleurs carnets d'adresses du continent, jusqu'à Brazzaville. A priori, plus un candidat voyage, plus il récolte de fonds pour sa campagne. « Le problème, c'est que les chefs d'État d'aujourd'hui sont moins généreux que l'étaient Omar Bongo ou Kadhafi, glisse un familier des Palais africains. Voyager ne veut plus dire ramasser le jackpot. Cela dit, ça reste bon pour le moral des militants. »

Discrets anciens

Alpha Oumar Konaré pourrait-il choisir le candidat de l'Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-PASJ), Dramane Dembélé, par fidélité au parti ? Ou bien son gendre, Tiébilé Dramé, par solidarité familiale ? Après deux années de silence, l'homme est indéchiffrable. L'un de ses fils, Birama Konaré, est communi­quant. Trois candidats l'ont sollicité pour approcher le père. Peine perdue. Depuis son exil de Dakar, Amadou Toumani Touré, lui, préfère Soumaïla Cissé, qui lui rend visite de temps en temps, à Ibrahim Boubacar Keïta, qui ne lui a pas téléphoné depuis mars 2012. Quant à Moussa Traoré, selon le mot d'un Bamakois, « il reste au bord du fleuve en regardant passer les cadavres ». C.B.

Le chouchou des casernes

Au camp militaire de Kati, fief des soldats qui ont renversé Amadou Toumani Touré (ATT) en mars 2012, on se garde bien de s'immiscer dans la campagne. « Le capitaine [Amadou Haya] Sanogo n'a pas envie d'être au coeur d'une nouvelle polémique », explique un homme d'affaires proche du chef des putschistes, investi en février à la tête du Comité militaire de suivi de la réforme des forces de défense et de sécurité. Est-il pour autant impossible de savoir à qui va la préférence de l'armée ?

Au lendemain du coup d'État, les putschistes ont interpellé nombre de politiciens : l'ex-Premier ministre Modibo Sidibé a été arrêté trois fois ; le candidat de l'Union pour la République et la démocratie (URD), Soumaïla Cissé, a été violenté ; même Dramane Dembélé, qui n'était pas encore le candidat de l'Alliance pour la démocratie au Mali (Adema), a été mis aux arrêts. Ce ne fut pas le cas d'Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Non seulement le leader du Rassemblement pour le Mali (RPM) a échappé aux pillages et aux intimida­tions, mais il a aussi été reçu avec tous les honneurs par le capitaine Sanogo.

Au sein de la troupe, on garde en mémoire la loi de programmation militaire que l'ex-président de l'Assemblée nationale avait défendue sans succès. « Il nous a toujours témoigné du respect », expliquait, quelques jours après le coup d'État, un sous-lieutenant de l'armée de l'air. De quoi expliquer les bons scores d'IBK dans les casernes en 2002 et en 2007. Malika Groga-Bada.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une "feuille de route" pour la paix

Après d'âpres tractations et plusieurs mois de blocage, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la "cessation des hostilités". Une[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9[...]

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Réunis à Alger, les groupes armés du Nord-Mali et les autorités maliennes tentent de se mettre d'accord sur une feuille de route commune pour la suite des négociations de paix. [...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers