Extension Factory Builder
19/06/2013 à 16:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une patrouille de l'armée malienne à Kidal, en 2006. Une patrouille de l'armée malienne à Kidal, en 2006. © AFP

L'armée voulait la reconquérir par la force, le gouvernement a négocié pour pouvoir y tenir les élections. Mais Kidal, la grande ville du Nord, peu peuplée, n'aura pas de réel impact sur la présidentielle malienne.

Une situation incertaine règne toujours à Kidal, l'une des huit capitales régionales du pays. Malgré la libération du Nord-Mali des jihadistes en janvier 2013 par les troupes françaises de l'opération Serval, épaulées par les soldats tchadiens, Kidal est resté sous le contrôle de la rébellion armée du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA). Pressée d'obtenir une victoire militaire depuis sa débâcle face aux assauts conjugués des insurgés et des jihadistes, l'armée n'a jamais caché son intention de reconquérir la ville.

Le 5 juin, les troupes maliennes avaient repris Anefis, dernier village sur la route de Kidal. Avant que les négociations engagées à Ouagadougou n'aboutissent enfin à un accord provisoire pour la présidentielle, salué à Bamako et par les partenaires du Mali, mais dont rien ne dit encore qu'il sera complètement respecté.

Bras de fer

Cependant, pour le scrutin proprement dit, Kidal reste un enjeu plus symbolique qu'arithmétique. La région de cette ville, où à peine plus de 35 000 électeurs ont été recensés (sur un total de 6,9 millions), est en effet la moins peuplée du Mali. Sachant que plusieurs milliers de personnes l'ont quittée pour se réfugier dans les États limitrophes ou dans le sud du pays, la participation à l'élection des Kidalois demeurés sur place a peu de chances d'influencer le scrutin. Mais derrière le bras de fer qui s'est déroulé au Burkina Faso se profile l'un des principaux défis qui attendent le futur président : le statut administratif du Nord-Mali et les revendications avancées par les deux principales organisations touarègues.

Au cours des dernières semaines, tout le pays spéculait sur les véritables intentions de Paris sur cette question sensible, soupçonnant l'ancienne puissance coloniale de complaisance envers le MNLA. Mais le 5 juin, le président François Hollande a clarifié la position française : « Les élections se tiendront à la date prévue dans tout le Mali, dans toutes les villes du Mali, et donc à Kidal. Il n'y aura pas deux armées au Mali. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Mali : mort d'un sous-officier de l'armée française, "victime d'un attentat suicide"

L'Élysée a annoncé mardi qu'un soldat français avait été tué au Mali, "victime d'un attentat-suicide", alors qu'il participait à une opération de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers