Extension Factory Builder
30/05/2013 à 12:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ici, une ville nouvelle de plusieurs centaines de milliers d'habitants. Ici, une ville nouvelle de plusieurs centaines de milliers d'habitants. © AFP

Près de Lanzhou, dans le Gansu (Nord-Ouest), sept cents collines sont en cours d'arasement. Elles laisseront bientôt la place à... une forêt de gratte-ciel.

À Baidaoping, à 80 km de Lanzhou, sur le fleuve Jaune, le ballet des camions-bennes et des bulldozers est incessant. Jour et nuit, des centaines d'engins s'emploient à raser sept cents montagnes et collines couvrant une superficie de 1 300 km2. Douze fois la taille de Paris ! Coût de ce chantier pharaonique : plus de 2,5 milliards d'euros. « Les collines étaient désertiques, se défend Kuang Ruijing, porte-parole du promoteur. Nous n'abîmons pas l'environnement, au contraire ! »

Chaque jour, 100 000 m3 de terre sont déplacés. Les montagnes de loess, une roche sédimentaire très fertile, sont décapitées, puis peu à peu arasées. La terre sert à combler les vallées alentour. Les protecteurs de l'environnement s'inquiètent, mais aucun n'ose publiquement s'opposer au projet. Il y aurait pourtant de quoi.

En 2011, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décerné à Lanzhou (3,6 millions d'habitants) le titre de ville la plus polluée de Chine. Au-delà, dans toute la province du Gansu (nord-ouest du pays), les fabriques de fertilisants, les hauts-fourneaux et les usines chimiques travaillant pour l'industrie textile rejettent quotidiennement dans l'air, les sols et l'eau des millions de tonnes de polluants. La cité et ses environs risquent de devenir le tombeau de la biodiversité, déjà mise à mal par l'érosion des sols.

Exode rural

« Les ressources en eau de la région sont très limitées. Seront-elles suffisantes pour alimenter une ville nouvelle ? » s'interroge l'universitaire Wang Naiang. Apparemment, personne en haut lieu ne partage cette inquiétude. Sur le modèle de Baidaoping, une quinzaine de villes nouvelles sont en construction pour servir de réceptacle à l'exode rural. L'urgence est de stimuler le marché intérieur en développant les régions les moins riches et en évitant l'afflux de migrants sur la côte orientale surpeuplée.

Dans la province du Shaanxi, Yan'an constitue un autre exemple de cette folie destructrice. En moins d'un an, trente-trois collines ont été rasées pour laisser place à une ville nouvelle de 200 000 habitants. Des immeubles ont été construits à la hâte sur un sol à peine stabilisé. En privé, un ingénieur se montre conscient des risques d'érosion, mais, prudent, se garde bien d'afficher publiquement ses inquiétudes. Le gouvernement affirme avoir dépêché sur place une trentaine d'experts pour étudier la faisabilité du projet. Mais les rapports n'ont jamais été rendus publics.

Car ces travaux d'Hercule dissimulent une affaire très lucrative. Une fois les montagnes rasées, plus de 8 milliards d'euros seront investis à Baidaoping pour construire des immeubles, des écoles, des routes et même un parc à thème. C'est China Pacific Construction Group, l'une des plus importantes entreprises de travaux publics du pays, qui est le maître d'oeuvre de l'opération. Le groupe est dirigé par Yan Jiehe (52 ans), un ancien enseignant devenu milliardaire que l'on surnomme souvent le Donald Trump chinois. Ses relations politiques sont nombreuses et très haut placées. Jusqu'au sommet de l'État.

Très fier de ses projets, le Parti communiste prétend rendre vie à une très vieille légende du temps de la Chine impériale, selon laquelle un vieux paysan du nom de Yu Gong était parvenu, au prix d'intenses efforts, à déplacer deux montagnes qui bloquaient l'accès à sa maison. Aujourd'hui, la Chine capitaliste ne se contente plus de déplacer les montagnes. Elle les rase.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Le souverain marocain, Mohammed VI, quittera le Sénégal vendredi, après avoir signé de nombreux accords économiques.[...]

Justice américaine : l'attribution de la Coupe du monde à l'Afrique du Sud était "corrompue"

C'est ce qu'a déclaré mercredi 21 mai la ministre américaine de la Justice à New York, après les inculpations pour corruption d'élus et partenaires de la Fifa. La Fédération [...]

Robert Mugabe aurait orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983, selon des documents déclassifiés

Robert Mugabe a-t-il joué un rôle clé pendant les massacres de Gukurahundi en janvier 1983. De nouveaux documents déclassifiés prouveraient la responsabilité du chef de l'État zimba[...]

Rwanda : le Parlement se penchera bientôt sur la question du troisième mandat de Kagamé

Le Parlement dit avoir reçu plus de deux millions de demandes de la population pour réviser la Constitution de 2003. Objectif : permettre à Paul Kabila de se représenter en 2017.[...]

Les nouveaux passeports palestiniens revendiquent l'"État de Palestine"

Les nouveaux passeports palestiniens arboreront dès à présent la mention "État de Palestine". Plus symbolique qu’officielle, cette modification a tout de même suscité un en[...]

Festival de Fès - Alain Weber : "La musique est un peu une revanche pour l'Afrique"

Entretien avec Alain Weber, directeur artistique de la 21e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde.[...]

Serge Aurier (PSG) : "Tu ramènes la CAN en Côte d'Ivoire, et où est la gratitude ?"

Coup de gueule de Serge Aurier. Définitivement transféré au Paris-SG, le jeune défenseur international ivoirien (22 ans) va disputer samedi la finale de la Coupe de France face à Auxerre. Mais s[...]

Qui dirige vraiment le Cameroun ?

Le président règne de loin et supervise de haut, chargeant une poignée de fidèles d'appliquer - voire de déchiffrer - ses directives. Et depuis trente-trois ans, ça march[...]

Kenya : attaque meurtrière des Shebab contre des policiers près de Garissa

La localité de Garissa fait depuis plusieurs jours l'objet d'affrontements entre les Shebab somaliens et les policiers kényans. Début avril, les insurgés y avaient massacré près de 150 &e[...]

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des cha[...]

Ali Benmakhlouf : "À sa mort, le Prophète n'a laissé aucune directive"

Le penseur marocain en est persuadé : sans l'apport de la pensée arabe médiévale, le paysage intellectuel européen actuel ne serait pas ce qu'il est. Et pourtant qui le sait ? Dans un ess[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers