Extension Factory Builder
31/05/2013 à 17:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Zomahoun Rufin est arrivé au Japon en mars 1994. Zomahoun Rufin est arrivé au Japon en mars 1994. © DR

Star du petit écran, écrivain et mécène, l'ambassadeur du Bénin à Tokyo s'est épris de l'archipel, qui le lui rend bien et auquel il fait découvrir l'âme africaine. Histoire de passions partagées.

« Quand je fais le bilan de toutes ces années, mon coeur est beaucoup plus attaché à cette partie du monde [l'Asie, NDLR], surtout au Japon, qu'aux autres régions de la planète. » Installé dans son bureau de l'ambassade du Bénin à Tokyo, Son Excellence Zomahoun D. C. Rufin ne cache pas son émotion d'être aujourd'hui le représentant de son pays dans l'archipel, avec lequel il entretient une véritable histoire d'amour.

Arrivé au Japon en mars 1994 après six années passées en Chine, où il est devenu « le premier sinologue africain du sud du Sahara », l'homme est fier de son parcours au pays du Soleil-Levant.

En 1998, il est repéré dans un restaurant de ramen (nouilles en bouillon) par un membre du staff de Takeshi Kitano. Celui que l'on connaît dans le reste du monde comme le réalisateur de Sonatine (1993) et de Hana-Bi (1997) est avant tout célèbre au Japon pour ses émissions de télévision. Grâce à lui, Zomahoun Rufin obtient le statut de talento, c'est-à-dire de star du petit écran. Invité régulier de l'émission Koko ga Hen da yo Nihonjin (« ils sont bizarres ces Japonais ») sur la chaîne TBS, il ne veut pas pour autant se satisfaire de cette notoriété.

Entre l'Afrique et le Japon

En 1999, il publie Zomahon no Hon (« le livre de Zomahoun »), dans lequel il raconte son histoire, celles de son pays et de son continent d'origine. « Je voulais lutter contre l'ignorance des Japonais à l'égard de l'Afrique, confie-t-il. Après une étude comparative des manuels scolaires en Chine, au Japon et au Bénin, j'avais pu constater que les ouvrages japonais présentent de façon assez précise l'ensemble des pays d'Asie, d'Europe ou d'Amérique, mais que le continent africain était réduit à une ou deux pages. » Sa liberté de ton et sa manière de s'adresser à eux séduisent les lecteurs nippons. Son livre est un best-seller. « J'aurais pu m'acheter une maison sur la Côte d'Azur, à Ginza ou à Aoyama, les deux quartiers chics de Tokyo. J'ai préféré construire des écoles primaires dans mon pays », explique celui dont les revenus se sont soudain comptés en dizaines de millions de yens.

Soucieux de lutter contre « la déshumanisation du monde dont la mondialisation est responsable », comme il le rappelle dans un second livre lui aussi classé en tête des ventes, Zomahoun Rufin poursuit sa lutte contre l'injustice et la misère. Il implante des puits dans les régions qui en ont besoin, il veut aussi développer les échanges entre l'Afrique et le Japon. En 2004, il fonde l'ONG Ife (« amour », en yoruba), dont l'un des premiers objectifs est la création d'une école de japonais à Cotonou, « la seule de toute l'Afrique sub­saharienne ». Animée par une vingtaine d'enseignants japonais volontaires, elle a déjà formé quelque 1 200 étudiants à la langue et à la civilisation nippones. Grâce à Ife, une trentaine d'entre eux poursuivent leurs cursus dans des universités japonaises.

Désormais représentant officiel de son pays, Zomahoun Rufin incarne on ne peut mieux, à la veille de la Ticad V, ce dynamisme qui permettra aux Japonais de « découvrir le vrai monde et de voir qu'il ne se résume pas à l'Asie, l'Europe ou l'Amérique ». 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
La tentation de l'homme

Article pr�c�dent :
Football : Nakatsue a le Cameroun dans la peau

1 réaction(s)

1.
gobi - 31/05/2013 à 21h:05

du courage pour le developpement de ton cher et beau benin[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

International

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2732p102.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2732p102.xml0 from 172.16.0.100