Extension Factory Builder
31/05/2013 à 17:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Zomahoun Rufin est arrivé au Japon en mars 1994. Zomahoun Rufin est arrivé au Japon en mars 1994. © DR

Star du petit écran, écrivain et mécène, l'ambassadeur du Bénin à Tokyo s'est épris de l'archipel, qui le lui rend bien et auquel il fait découvrir l'âme africaine. Histoire de passions partagées.

« Quand je fais le bilan de toutes ces années, mon coeur est beaucoup plus attaché à cette partie du monde [l'Asie, NDLR], surtout au Japon, qu'aux autres régions de la planète. » Installé dans son bureau de l'ambassade du Bénin à Tokyo, Son Excellence Zomahoun D. C. Rufin ne cache pas son émotion d'être aujourd'hui le représentant de son pays dans l'archipel, avec lequel il entretient une véritable histoire d'amour.

Arrivé au Japon en mars 1994 après six années passées en Chine, où il est devenu « le premier sinologue africain du sud du Sahara », l'homme est fier de son parcours au pays du Soleil-Levant.

En 1998, il est repéré dans un restaurant de ramen (nouilles en bouillon) par un membre du staff de Takeshi Kitano. Celui que l'on connaît dans le reste du monde comme le réalisateur de Sonatine (1993) et de Hana-Bi (1997) est avant tout célèbre au Japon pour ses émissions de télévision. Grâce à lui, Zomahoun Rufin obtient le statut de talento, c'est-à-dire de star du petit écran. Invité régulier de l'émission Koko ga Hen da yo Nihonjin (« ils sont bizarres ces Japonais ») sur la chaîne TBS, il ne veut pas pour autant se satisfaire de cette notoriété.

Entre l'Afrique et le Japon

En 1999, il publie Zomahon no Hon (« le livre de Zomahoun »), dans lequel il raconte son histoire, celles de son pays et de son continent d'origine. « Je voulais lutter contre l'ignorance des Japonais à l'égard de l'Afrique, confie-t-il. Après une étude comparative des manuels scolaires en Chine, au Japon et au Bénin, j'avais pu constater que les ouvrages japonais présentent de façon assez précise l'ensemble des pays d'Asie, d'Europe ou d'Amérique, mais que le continent africain était réduit à une ou deux pages. » Sa liberté de ton et sa manière de s'adresser à eux séduisent les lecteurs nippons. Son livre est un best-seller. « J'aurais pu m'acheter une maison sur la Côte d'Azur, à Ginza ou à Aoyama, les deux quartiers chics de Tokyo. J'ai préféré construire des écoles primaires dans mon pays », explique celui dont les revenus se sont soudain comptés en dizaines de millions de yens.

Soucieux de lutter contre « la déshumanisation du monde dont la mondialisation est responsable », comme il le rappelle dans un second livre lui aussi classé en tête des ventes, Zomahoun Rufin poursuit sa lutte contre l'injustice et la misère. Il implante des puits dans les régions qui en ont besoin, il veut aussi développer les échanges entre l'Afrique et le Japon. En 2004, il fonde l'ONG Ife (« amour », en yoruba), dont l'un des premiers objectifs est la création d'une école de japonais à Cotonou, « la seule de toute l'Afrique sub­saharienne ». Animée par une vingtaine d'enseignants japonais volontaires, elle a déjà formé quelque 1 200 étudiants à la langue et à la civilisation nippones. Grâce à Ife, une trentaine d'entre eux poursuivent leurs cursus dans des universités japonaises.

Désormais représentant officiel de son pays, Zomahoun Rufin incarne on ne peut mieux, à la veille de la Ticad V, ce dynamisme qui permettra aux Japonais de « découvrir le vrai monde et de voir qu'il ne se résume pas à l'Asie, l'Europe ou l'Amérique ». 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
gobi - 31/05/2013 à 21h:05

du courage pour le developpement de ton cher et beau benin[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces