Extension Factory Builder
31/05/2013 à 16:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Exemple de cosplay au Japon. Exemple de cosplay au Japon. © Reuters

Instrument d'influence majeur de l'archipel à l'étranger, sa culture pop est haute en couleur. Mangas, jeux vidéo, cuisine... Le monde entier en est fan.

Malgré une volonté affichée de s'affranchir de l'influence américaine, la diplomatie japonaise reste encore hésitante (lire p. 82). La crise économique a eu pour effet de réduire sensiblement les enveloppes destinées à l'aide au développement, même si l'Afrique a pu bénéficier d'une relative stabilité dans les sommes débloquées. L'insuffisance de moyens financiers et la relative faiblesse de son influence diplomatique ont donc poussé les autorités japonaises à utiliser une autre arme, celle de la culture populaire : mangas, films d'animation, jeux vidéo, cuisine, littérature, etc. Une initiative lancée dès 2002 par le Premier ministre de l'époque, Jun'ichiro Koizumi. Il s'agissait de renforcer ou de promouvoir la présence des biens culturels nippons dans le monde, afin qu'ils contribuent à donner une image positive du pays. Au sein du ministère de l'Économie et de l'Industrie, il existe désormais un département chargé de la promotion de l'industrie du contenu (kontentsu sangyo) et le ministère des Affaires étrangères organise chaque année un Prix international du manga. En 2013, pour la première fois, un Africain a été récompensé pour son album. Il s'agit du Burkinabè Boureima Nabaloum, auteur de l'ouvrage Les Dix Rites de l'initiation.

Aujourd'hui, le résultat est concluant. Si l'on en croit le sondage international réalisé chaque année par BBC World Service sur la perception des États dans le monde, le Japon figure au premier rang des pays dont l'influence est ressentie comme la plus positive. Aujourd'hui, les personnages de mangas ou de films d'animation sont devenus les ambassadeurs du Japon. En Irak, où Tokyo avait déployé des troupes chargées de la logistique, les camions ravitailleurs arboraient les visages de héros de mangas. Ils n'ont jamais été victimes d'attaque. Qui aurait osé s'en prendre à Captain Tsubasa, ce champion de foot qui fait rêver les jeunes Irakiens ?

Manga

S'il est évident que les personnages d'animation comme Doraemon ont joué un rôle indéniable dans l'amélioration de l'image du Japon en Asie du Sud-Est où, pendant de longues années, le passé impérialiste et guerrier des Japonais avait suscité la haine, la culture populaire est aussi un énorme marché dont les potentialités n'ont pas encore été totalement explorées.

En France, la part du manga représente environ 40 % du secteur de la bande dessinée, soit 12,5 millions d'exemplaires vendus. Le succès de la Japan Expo, rendez-vous annuel des amateurs de culture populaire japonaise, qui attire chaque année plus de 200 000 visiteurs, explique aussi pourquoi les acteurs nippons sont de plus en plus présents dans l'Hexagone. En 2009, Shueisha, le principal éditeur de mangas au Japon, a ainsi racheté son homologue français, Kazé, afin d'avoir un accès direct au marché et de mener sa propre politique de développement. Cela permettra-t-il de stabiliser les ventes de mangas, qui commencent à baisser ? En 2012, elles ont reculé de 5,6 % en France, le deuxième marché après le Japon. Difficile encore de l'affirmer, mais il est évident que les maisons d'édition japonaises commencent à tourner leurs regards vers les pays émergents, le Moyen-Orient et l'Afrique.

Engouement

« Dans les pays du Golfe, les personnages issus des films d'animation et les mangas ont la cote », assure Naho Yamada, responsable des droits à l'international chez Kodansha (lire ci-contre). L'éditeur, numéro deux du secteur, suit avec attention l'évolution des modes dans cette partie du monde et constate que tout ce qui est relatif au Japon et à sa culture populaire suscite l'engouement, comme l'illustre l'exposition, à l'espace Al-Riwaq de Doha, au printemps 2012, de l'artiste Takashi Murakami, considéré comme le chef de file du néo-pop art japonais.

Du côté africain, « il y a des frémissements », remarque Naho Yamada, en particulier au Maghreb. « Nous n'avons pas reçu assez de demandes relatives à la cession de licences pour que nous mettions sur pied un département chargé de l'Afrique, mais nous sommes persuadés que le continent africain sera à l'avenir un point d'appui important », poursuit-elle. Pour l'instant, les lecteurs algériens ou marocains se contentent des éditions françaises, mais chez Kodansha, on imagine déjà des albums en arabe et plus adaptés aux goûts locaux.

En attendant, le gouvernement japonais accompagne le mouvement. Dans son discours à la King Abdulaziz University, prononcé le 1er mai à l'occasion de sa visite officielle en Arabie saoudite, le Premier ministre Shinzo Abe a rappelé sa volonté d'ouvrir, comme à Abu Dhabi, aux émirats arabes unis, les écoles japonaises locales aux enfants de la région. « Imaginez ces jeunes enfants, qui sont nos futurs dirigeants, en train d'étudier côte à côte. Imaginez-les souriant et riant, en train de pratiquer des activités extrascolaires, comme le sport et la culture, pour lesquelles les écoles japonaises sont réputées. Ceci est une vision de notre avenir », a-t-il déclaré. La culture reste un instrument d'influence de première importance pour le Japon. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Tunisie : le retour des omdas

Article pr�c�dent :
Mali : qui avec Koenders à la Minusma ?

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Les Africains 'joueront leur rôle' pour défendre la famille traditionnelle, selon le cardinal Robert Sarah

Les Africains "joueront leur rôle" pour défendre la famille traditionnelle, selon le cardinal Robert Sarah

Le cardinal guinéen Robert Sarah assure que les Africains "joueront leur rôle" pour défendre la famille traditionnelle au prochain synode d'octobre, reconnaissant des incompréhensions profond[...]

Indignation après la destruction de trésors archéologiques en Irak

Une vidéo montrant des jihadistes du groupe État islamique (EI) en train de détruire des sculptures pré-islamiques en Irak a suscité l'indignation dans le monde et la crainte que d'autres[...]

Assassinat de deux Congolais en France : un procès au goût d'inachevé

Un accusé absent condamné à 20 ans de prison, l'autre acquitté. Quatorze ans après l'assassinat mystérieux de deux Congolais en France, de nombreuses questions restent sans[...]

Retour en 5 dates sur la vie d'Earl Lloyd, légende du basket et premier joueur noir de NBA

Earl Lloyd, surnommé "The Big Cat", est décédé le 24 février à l'âge de 86 ans. Retour en cinq dates sur la carrière d'une des légendes du basket[...]

Qui est Al-Fawwaz, condamné pour les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi en 1998 ?

Khalid al-Fawwaz, un Saoudien présenté comme un fidèle lieutenant d'Oussama Ben Laden, a été reconnu coupable de complot en lien avec les attentats contre les ambassades américaines[...]

RDC : Benoît Chatel condamné à 20 ans de prison pour le meurtre d'opposants à Kabila père

Principal accusé meurtre, il y a 14 ans en France, de deux supposés opposants à Laurent-Désiré Kabila, l'homme d'affaires belge Benoît Chatel a été condamné à[...]

France : crispations dans le monde de l'art après l'attentat contre "Charlie Hebdo"

Après les attentats des 7 et 9 janvier à Paris, plusieurs oeuvres d'art ayant trait à l'islam ont été censurées en France. Le phénomène n'est pas nouveau : art et religion[...]

"American Sniper" : quand Eastwood se tire une balle dans le pied

Annoncé en grande pompe, le nouveau long-métrage de Clint Eastwood, "American Sniper", relate le parcours d'un tireur d’élite de l'armée américaine connu pour ses exploits[...]

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Le gouvernement Valls lance une grande réforme de l'islam de France

Le gouvernement français a annoncé mercredi le lancement d’une grande réforme de l’islam de France autour d'une "instance de dialogue" censée mieux représenter les musulmans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2732p100.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2732p100.xml0 from 172.16.0.100