Extension Factory Builder
15/05/2013 à 17:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Anwar Ibrahim, l'adversaire du Premier ministre sortant, crie à la fraude. Anwar Ibrahim, l'adversaire du Premier ministre sortant, crie à la fraude. © AFP

Lors des législatives du 5 mai, le parti au pouvoir en Malaisie l'a emporté sans gloire tandis que l'opposition manquait son rendez-vous.

Un clip du tube d'Elvis Presley It's Now or Never. C'est ce qu'Anwar Ibrahim, le très populaire leader de l'opposition malaisienne, postait sur Facebook tandis que ses concitoyens s'apprêtaient à se rendre aux urnes, le 5 mai. Ce sera finalement never pour l'infatigable sexagénaire qui brigue le pouvoir depuis quinze ans, dont six passés en prison pour corruption - faits qu'il a toujours niés - et sodomie - accusation dont il a été blanchi.

À l'issue de ces législatives très disputées qui auraient pu voir la fin de plus d'un demi-siècle de règne de la toute-puissante Organisation nationale unifiée malaise (UMNO) de Najib Razak, le Premier ministre sortant, c'est la coalition de ce dernier, le Barisan Nasional, qui a remporté la victoire avec 133 des 222 sièges du Parlement. La formation menée par Anwar Ibrahim, le Pakatan Rakyat, n'a obtenu que 89 sièges.

Des résultats aussitôt contestés par l'opposition, qui, tout en réalisant le meilleur score de son histoire - avec, en décompte de voix, 270 000 bulletins de plus que le Barisan Nasional -, a crié à la manipulation. « C'est la pire fraude électorale de notre histoire », a déclaré Anwar Ibrahim, qui, pendant la campagne, avait déjà dénoncé la présence de dizaines de milliers d'électeurs « douteux ». Des suspicions renforcées après la révélation que l'encre « indélébile » dans laquelle les électeurs trempent leur doigt pour voter partait au premier lavage.

Champion

La déception de l'opposition est à la hauteur de l'espoir qu'avait suscité la candidature d'Anwar Ibrahim, un réformateur devenu le champion de la lutte anticorruption, convaincu, cette fois-ci, de l'emporter.

Néanmoins, la reconduction de justesse du parti au pouvoir - qui réalise, lui, son plus mauvais score en cinquante-six ans - a un goût d'échec. Selon un haut responsable de l'UMNO, principale force du Barisan Nasional, « la prestation du Premier ministre Najib Razak a été mauvaise, et il n'a plus guère de marge de manoeuvre. Il pourrait donc devoir démissionner avant la fin de l'année ».

Avec une demi-défaite pour une opposition qui a laissé passer sa chance et un demi-succès pour un Premier ministre qui remporte une courte victoire, une seule chose est certaine : le paysage politique malaisien est en pleine mutation.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en [...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Racistes, les jeux vidéo ?

Traditionnellement absents ou relégués au second plan, les personnages noirs sont souvent caricaturaux : agressifs, dangereux et athlétiques. Des héros moins stéréotypés[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2731p052.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2731p052.xml1 from 172.16.0.100