Extension Factory Builder
17/05/2013 à 15:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jay-Z et Beyoncé, à Washington en janvier. Jay-Z et Beyoncé, à Washington en janvier. © AFP

Rappeur, entrepreneur, mari de Beyoncé... Tout semble réussir à Jay-Z. Son nouveau champ d'action : le management sportif. Son système : vantardise et débrouille. Son objectif : gagner toujours plus d'argent.

Jay-Z roule volontiers les mécaniques. Et, dans le flot des vantardises dont il parsème ses textes, il file la métaphore sportive. Il est le « Michael Jordan du rap », avec un « service à la Pete Sampras ». Il peut « shooter plus vite que Kobe Bryant », « esquiver et bouger ses pieds aussi vite » que Mohammed Ali. Il a plus de « titres que Michael Phelps » - des titres musicaux peut-être, mais pas en brasse papillon... « Je n'ai jamais appris à nager », avait-il avoué en 1999 dans So Ghetto, véritable ode aux gangsters.

Entrepreneur compulsif, Jay-Z a transformé son amour pour le sport en business. Il y a quelques semaines, Roc Nation, sa société de divertissement, a étendu ses activités au management de sportifs. Son premier client : la star du baseball Robinson Cano, en fin de contrat avec les Yankees de New York. Jay-Z qui, enfant, a joué dans la petite ligue de baseball de Brooklyn (quartier de New York), est un fan des Yankees. Mais cet accord est fondé sur le profit, pas sur les sentiments. Il vise à négocier un contrat mirobolant pour Cano. La référence ? Celui signé en 2011 par Albert Pujols, l'autre grande star du baseball, pour 254 millions de dollars (194 millions d'euros) et une durée de dix ans.

Avec sa femme, la chanteuse Beyoncé, ils auraient, dit-on, dépensé 200 000 dollars pour la première fête d'anniversaire de leur fille, Blue Ivy.

« Je ne pense qu'à faire du pognon », rappe Jay-Z. En 2008, lorsqu'il a lancé Roc Nation, avec l'organisateur de concerts Live Nation, il a obtenu près de 150 millions de dollars et l'assurance de toucher 10 millions à la sortie de chacun de ses albums. Ce deal a contribué à forger sa légende. « J'ai déjà claqué les 150 briques que Live Nation m'a filées », s'est-il targué ensuite. La prodigalité est un passe-temps auquel le milieu du hip-hop se livre allègrement. Jay-Z ne déroge pas à la règle. Avec sa femme, la chanteuse Beyoncé, ils auraient, dit-on, dépensé 200 000 dollars pour la première fête d'anniversaire de leur fille, Blue Ivy.

Mais en réalité, le « Warren Buffett noir » - comme il s'est surnommé - est fasciné par l'accumulation des gains, pas par la dépense. Shawn Carter, alias Jay-Z, est l'archétype de l'Américain qui a connu une ascension fulgurante. Son parcours - de dealer de cocaïne au statut de nabab - est certes moins exemplaire que celui de l'industriel philanthrope Andrew Carnegie ou celui de Sam Walton, parti de zéro pour fonder Walmart, aujourd'hui numéro un mondial de la distribution. Mais il y a néanmoins quelques points communs. Ce n'est pas un hasard si Jay-Z a appelé sa maison de disques Roc-A-Fella, en référence à la dynastie des Rockefeller. L'un de ses aphorismes préférés : « Je ne suis pas un businessman. Je suis un business, man. » Mais quel genre de business exactement, M. Jay-Z ?

Cow-boy

Le rappeur se dépeint comme un rebelle noir capitaliste « qui se fait du fric sur votre dos » - le dos en question étant celui de l'establishment blanc. La manière dont il se voit est liée à la notion de hustler : casse-cou, battant. Pour les Africains-Américains, le hustler est un citadin noir, une sorte de cow-boy solitaire vivant de ses exploits dans un O.K. Corral qui se déroulerait à New York, avec voitures de police toutes sirènes hurlantes, coups de feu, quartiers et bandes rivales.

Dans ses Mémoires, Decoded, Jay-Z a décrit son idéal : « L'indépendance, la richesse et le succès, obtenus en dehors des codes de la société. » Il y a beaucoup de forfanterie dans son autoportrait en hustler qui s'est hissé jusqu'aux conseils d'administration des entreprises de Manhattan, et son amitié avec Barack Obama ne le situe pas précisément en dehors de ces codes... Mais il y a tout de même une part de vérité dans cet autoportrait.

Les meilleurs hustlers sont maîtres dans l'art de jeter de la poudre aux yeux. « Ils connaissent la valeur d'une feinte », écrit-il. C'est la même chose dans le rap, où « plein de gens ne se rendent pas compte qu'un grand rappeur n'est pas seulement un grand documentariste, mais aussi un escroc ».

La carrière de Jay-Z est jalonnée de feintes, comme ses faux adieux à la scène ou la sortie du tube Empire State of Mind (2009) pour masquer la banalité de son dernier album solo. Pourtant, à l'en croire, tout ce qu'il touche se change en or. Il arrive toutefois que la main de Midas tremble. Ses trois années passées à la tête du label Def Jam Recordings ont été mitigées, avec l'émergence de deux superstars, Rihanna et Kanye West, mais aussi bon nombre de flops. En 2007, la vente à 204 millions de dollars de Rocawear, la marque de vêtements qu'il a cofondée, l'a propulsé parmi les personnalités les plus riches de la pop. Jay-Z pesait 500 millions de dollars, disait-on. Cependant, l'entreprise n'a pas prospéré. L'an dernier, elle a même dû licencier la moitié de ses employés.

Sa participation à l'équipe de basketball des Brooklyn Nets, censée atteindre 1 million de dollars, ne représente qu'une infime fraction de la valeur réelle du club. On a beaucoup parlé de son investissement dans le Centre Barclays, la nouvelle salle omnisports où évoluent les Brooklyn Nets, alors qu'il ne s'élève qu'à 0,2 % (sur le milliard de dollars qu'a coûté la construction). Le véritable apport est venu de l'oligarque russe Mikhaïl Prokhorov, qui a payé 200 millions de dollars pour les Nets et possède 45 % du Barclays.

Batailles

La stratégie de Jay-Z, qui consiste à s'allier à de plus gros partenaires, s'étend aujourd'hui au sport et à cette fameuse nouvelle agence de management sportif, fondée avec Creative Artists Agency, un géant du secteur. Sa participation fait le buzz, mais reste peu claire. À quelle hauteur est-il impliqué financièrement ? Toujours plus de ruses ?

Le rappeur a ses pourfendeurs. Chuck D, le leader du groupe Public Enemy, qui appartient à une génération plus ancienne de rappeurs new-yorkais, laisse entendre que Jay-Z ne fait guère qu'occuper le devant de la scène. « Il y a des gens derrière lui, qui ont massivement parié et investi sur lui », a-t-il commenté. En réalité, Jay-Z s'inscrit dans la tradition du capitalisme noir qui, confronté à une forte hostilité, lutte pour assurer son indépendance financière. Comme il le rappe lui-même : « Bats-toi à fond dans chacune des batailles que tu t'es choisies ».

Sous les cocotiers de la Havane

Les médias américains l'appellent « the Beyoncé effect ». Autrement dit, l'art de donner une importance démesurée au moindre battement de cils de la chanteuse. Dernier exemple en date : le voyage du couple « Bey » et « Jay » à Cuba, en avril, a provoqué une polémique, des élus républicains accusant les deux stars d'avoir profité de leurs relations amicales avec Barack Obama pour se rendre en touristes sur l'île - ce qui est interdit aux Américains depuis l'embargo instauré en 1962. Si le rappeur a aussitôt dégainé une chanson, Open Letter, pour faire taire les critiques, il a fallu que le président intervienne en personne pour clore l'épisode. « Je n'étais pas au courant, a-t-il précisé. J'ai cru comprendre que Beyoncé et Jay-Z étaient allés à Cuba grâce à un groupe [habilité, NDLR] qui organise des programmes d'échanges éducatifs. La Maison Blanche ne s'est mêlée de rien. Nous avons mieux à faire. » On s'en doute... Haby Niakaté

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Danse : Hamid Ben Mahi, de la 'hogra' à la révolution

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec en cours

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le[...]

Francophonie : candidats au poste de secrétaire général, leurs atouts et leurs faiblesses

Dimanche à Dakar, les chefs d'États membres de la Francophonie, éliront le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Francophonie : la succession de Diouf en question à la veille du sommet de Dakar

La Francophonie a bien du mal a trouver un successeur à son secrétaire général, Abdou Diouf. Celui-ci sera-t-il contraint d'effectuer un nouveau mandat ?[...]

Football : et si Ronaldinho poursuivait sa carrière en Angola ?

Certes en fin de carrière, le Brésilien Ronaldinho, dont le contrat avec son club mexicain arrive à son terme, a été approché par le club de Kabuscorp.[...]

Francis Wolff dans l'intimité du jazz

Un album rassemblant les images du producteur-photographe Francis Wolff montre les jazzmen du label Blue Note sous un jour inédit.[...]

Ferguson : des dizaines de milliers de manifestants dans 170 villes américaines

Dans la nuit de mardi à mercredi, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans 170 villes des États-Unis contre la décision d'un grand jury de ne pas engager de poursuites contre le policier[...]

États-Unis : la vidéo de la mort de Tamir Rice, jeune Noir de 12 ans abattu par la police à Cleveland

Alors que la colère ne faiblit pas après le non lieu prononcé dans le dossier Michael Brown à Ferguson, une nouvelle affaire vient entacher la réputation de la police américaine.[...]

Ebola : un vaccin en cours de test donne des résultats encourageants

Un essai clinique du premier vaccin expérimental contre le virus Ebola a eu lieu aux États-Unis. Testé sur des adultes au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il a fourni des premiers[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces